Augusta Holmès, Y'becca, Le Féminin et L'Orchidée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Augusta Holmès, Y'becca, Le Féminin et L'Orchidée

Message par Admin le Ven 24 Fév - 16:34

Augusta Holmès - La Nuit et l'amour: Interlude de l'ode symphonique -
Ludus pro Patria, symphonic poem From wikipedia: "Augusta Mary Anne Holmès

https://www.youtube.com/watch?v=JQQnmqc4Fus

Signification du rêve

"On ne donne pas rendez-vous à ses rêves. Ils viennent vous rendre visite quand ils en ont envie et pas quand vous en avez besoin." Yvan Audouard, Les pensées

Le rêve est un phénomène très commun qui a intrigué l’humanité depuis la nuit des temps.
Le rêve a toujours suscité de nombreuses questions de par l’étrangeté de son contenu, et aussi de l’impact émotionnel qui y est associé.
Nous tenterons ici d’exposer l’état des connaissances scientifiques sur le rêve.

Est-il nécessaire de rêver ?

Non.
la présence ou l’absence de rêve n’est pas un critère suffisant pour juger, à priori, de la qualité du sommeil.
Les expressions populaires, sur ce sujet sont, par exemple, tout à fait contradictoires et illustrent le fait que chacun voit midi à sa porte.
On souhaite aux enfants de "faire de beaux rêves".
Un adulte se sentira en pleine forme après avoir dormi "d’un sommeil sans rêves" (ressenti comme suffisamment profond pour être efficace).

JPEG - 9.1 ko
rêve ou cauchemar ?


Deux concepts semblent ainsi s’opposer : le "sommeil de plomb" et le "sommeil de rêve", mais comme souvent, le sens commun est plein de sagesse.

Une personne qui dort d’un sommeil léger rêvera davantage que celle qui dort profondément.
Inversement, lorsqu’on enregistre le sommeil en laboratoire, , on constate que le sommeil d’un court dormeur contient plus de sommeil profond et a un meilleur rendement que celui d’un long dormeur..

Enfin, durant un enregistrement du sommeil, il n’est pas possible de distinguer un rêve d’un cauchemar, pas plus que de prédire avant de le réveiller, si un sujet saura se souvenir d’un rêve ou non.


Définition électro-encéphalographique du sommeil :

Les rêves sont restés les seuls phénomènes "observables" au cours du sommeil depuis le début de l’humanité, jusqu’à l’utilisation, dans les années cinquante, de méthodes permettant l’enregistrement, à la surface du crâne, de l’activité micro-électrique qui résulte du fonctionnement du cerveau : l’électro-encéphalographie (EEG).

La médecine du sommeil moderne date de cette époque, marquée par la découverte au cœur du sommeil, d’un phénomène imprévu d’activation cérébrale, qualifié de paradoxal" par le Pr Michel Jouvet à Lyon.
Il avait constaté qu’il y avait, toute les cent minutes de sommeil, des périodes où l’activité EEG ressemblait à de l’éveil.
Alors que le sujet semble profondément endormi, que son corps est totalement relâché, son cerveau fait preuve d’une dépense énergétique intense. Cela constitue ce que l’on appelle (en français) le Sommeil Paradoxal.

Quelques précisions :
Voir l’article : "Enregistrement du sommeil"
Les ondes électriques émises par le cerveau, sont caractérisées par leur fréquence et leur amplitude.
L’éveil correspond à un rythme très rapide irrégulier et micro-volté.
La relaxation et la fermeture des yeux entrainent un ralentissement et la régularisation de ce rythme (appelé Alpha).
L’endormissement et le sommeil correspondent (logiquement) à un ralentissement progressif de ce rythme : il apparaît de plus en plus d’ondes "lentes" (appelées Delta).
Ce sont ces ondes qui caractérisent le sommeil "lent" dont la "profondeur" est définie de 1 à 4 en fonction de la densité des ondes Delta sur l’EEG.
L’interruption de la conscience qui va de pair avec le sommeil correspond, dans le cerveau, à un ralentissement progressif des réseaux qui contribuent à maintenir l’éveil.
Le sommeil lent stade 1 est une transition avec l’éveil, le sujet ne "sait" pas encore qu’il dort.
Il est plus difficile de réveiller un dormeur en stade 3 ou 4 qu’en stade "2".

Le début du sommeil est donc marqué par un ralentissement progressif du fonctionnement cérébral, mais cette phase de repos est bientôt interrompue par une phase d’intense activité qui définit le Sommeil Paradoxal.

Le Sommeil Paradoxal apparaît comme un bouleversement radical et brusque du fonctionnement cérébral. L’enregistrement EEG permet d’observer l’apparition d’un tracé rapide et désorganisé analogue à celui qu’on observe durant l’éveil.

Une période de sommeil lent (SL) suivie d’une période de sommeil paradoxal (SP), constitue ce que l’on appelle un "cycle de sommeil".
Chaque cycle dure environ 90 minutes. Il y en a quatre à six par nuit (soit 6 à 9h de sommeil).
La part relative de SL et de SP dans chaque cycle évolue tout au long de la nuit. Le sommeil n’est pas homogène ! .


Il existe donc, non pas un mais deux types de sommeil :

- Le Sommeil Lent dont la profondeur est numéroté de 1 à 4 en fonction de sa densité en ondes lentes :

les stades 3 et 4 correspondent au sommeil lent profond qui prédomine en début de nuit. C’est à ce stade que surviennent parfois les épisodes de somnambulisme, de somniloquie ... ou de pipi au lit ...
par contre, , le sommeil lent de fin de nuit n’est constitué que de sommeil "léger" (stade 1 et 2).

C’est le sommeil qui "repose", celui qui répare des fatigues de la veille.

JPEG - 15 ko
Hypnogramme normal


- Le Sommeil Paradoxal, est marqué par une activité électrique cérébrale très rapide et désordonnée.
Il est caractérisé par l’existence d’une paralysie musculaire, de secousses oculaires rapides et d’une congestion des organes sexuels.

Il prédomine en fin de nuit.
C’est le plus souvent à ce stade que surviennent parfois les rêves, les cauchemars ... et les hallucinations.
C’est le sommeil qui "prédispose", celui qui prépare l’organisme à la journée à venir.

Il s’en produit à la fin de chaque cycle de sommeil après une période sommeil lent.

Voir l’article : "Hypnogrammes normaux et pathologiquesl"

Le sommeil paradoxal est d’une importance telle pour le fonctionnement du cerveau qu’il semble impossible de s’en passer durablement (mais cela reste un sujet de discussion scientifique, en l’absence d’étude techniquement valide).

Il occupe 15 à 25% du temps total de sommeil.
Un phénomène de "rebond compensatoire" apparaît dans les suites d’une privation sélective de ce sommeil.
On a mis en évidence son rôle dans les mécanismes de la maturation cérébrale et de la mémoire.
Voir l’article : "Savoir dormir"


On s’est aperçu par la suite que si le sujet se réveille (ou si on le réveille) à ce moment là, il est (assez) souvent en mesure de rapporter le contenu d’un rêve (qu’il était en train de faire).

De là à penser que le "rêve" accomplit une fonction primordiale, il n’y avait qu’un pas, que certains chercheurs ont franchi, un peu rapidement.
Des études récentes prouvent tout simplement qu’on rêve davantage lorsque le sommeil est léger (et donc qu’il y a de nombreux micro-éveils spontanés), que lorsque le sommeil est profond. On ne se souvient de ses rêves que lorsqu’il se produit de brefs éveils.


Quel est le rôle de l’extraordinaire dépense d’énergie, que représente le SP ?

Malgré cinquante ans de recherche, personne n’a la réponse exacte à cette question...


"le sommeil paradoxal est encore une « fonction orpheline » (Pr Jouvet).

NB. Selon notre hypothèse, le sommeil paradoxal est une période de "maintenance" indispensable au fonctionnement optimum du système nerveux central autonome. Cet étalonnage quotidien des constantes physiologiques semble absent chez les animaux à sang froid et apparaît, dans l’arbre de l’évolution des espèces, avec le développement du cerveau.

En toute logique, ce n’est pas le souvenir du rêve qui compte pour la santé, mais bien le "travail "(encore mystérieux) qui est accompli par le cerveau au cours du sommeil paradoxal.
On peut d’ailleurs parfaitement produire beaucoup de sommeil paradoxal sans se souvenir d’aucun rêve.
Cet amalgame malheureux entre le sommeil paradoxal et le souvenir des rêves a donné (en son temps), beaucoup de poids aux théories psychanalytiques. Durant le 20e siècle, on croyait détenir là un support physiologique à certaines étapes de la construction de la psyché.
[1]


Les rêves sont des phénomènes aléatoires et facultatifs. Leur contenu parfois traumatisant prend (trop) volontiers une dimension initiatique.
Certes, le sens du "message" qu’ils contiennent (parfois) peut servir de base à un dialogue intérieur constructif (certaines personnes disent trouver dans l’observation de leurs propres rêves une méthode d’épanouissement personnel). Mais, selon nous, des dérives regrettables sont possibles, car il peut être troublant (et parfois même dangereux) de leur accorder trop d’importance. [2]

Dès 1977, le Dr Allan Hobson [3] proposait dans sa "nouvelle théorie du rêve", une hypothèse selon laquelle les rêves seraient une activation-synthèse de la conscience destinée à attribuer un sens à des signaux aléatoire produits au cours du sommeil.
« Le terme de "synthèse" suggère pourquoi les rêves sont à la fois et paradoxalement cohérents et étranges : la synthèse est la meilleure intégration possible des données intrinsèquement chaotiques produites par le cerveau-esprit autoactivé. »


N’est pas rêveur qui veut.

Même s’il n’est (en principe) pas impossible de développer (par des techniques de méditation par exemple) la faculté de se souvenir de ses rêves avec plus ou moins de détails, leur occurrence est plus liée à des caractéristiques somnologiques (composante génétique et environnementale, événements de vie ...) qu’à des considérations de nature psychologique.

En d’autres termes, quelles que soient les conditions de vie, les soucis ou l’humeur, certains sujets ne rêvent quasiment jamais, tandis que d’autres semblent "équipés" pour rêver très souvent.

À l’époque où l’on ne décidait rien sans consulter les oracles, les petits rêveurs n’avaient pas de chance (sic). [4]

JPEG - 19.8 ko
"Grand traité des songes et.... de l’art de lire dans le marc de café"

Le rêve est un phénomène très commun mais inégalement réparti.
Le rythme de vie du monde moderne impose une réduction du temps de sommeil léger au profit du sommeil profond et réparateur.
S’il n’est pas réveillé au cours d’un rêve, les souvenirs du scénario en cours ne seront pas transférés dans la mémoire consciente, et il n’y aura donc pas de "rêve".

D’une certaine façon, le rêve est donc un luxe ... réservé a certains bons dormeurs qui ont (ou qui prennent) le temps de dormir.

On trouve sur Internet de nombreux sites très scientifiques qui traitent de la signification du rêve et des sources de réflexions qu’on peut y trouver.
Le lecteur intéressé peut se reporter aux liens externes en "Doc." de bas de page pour découvrir, entre autre, les techniques dites "d’incubation" ou d’induction de la lucidité onirique (qui consistent à travailler pour développer le souvenir des rêves).
On sait depuis longtemps qu’il est possible pour certaines personnes et avec un peu d’entrainement, de conserver durant le sommeil quelques schémas mentaux spécifiques, tel que la volonté de se réveiller spontanément à une heure choisie, par exemple.

Ce type de compétence (inégalement répartie entre les individus) est également compatible avec le développement de l’intention de se souvenir du contenu de ses rêves.
Certains dormeurs peuvent même garder une forme de conscience, au cours ce ce qu’on appelle des "rêves lucides" (Cf.).
- Une technique consiste à noter ses rêves par écrit le plus vite possible au réveil. Les personnes très motivées (et/ou relativement obsessionnelles...) sont capables de rappels oniriques très fournis. ( [5]).

- Le bouddhisme tibétain semble avoir développé une forme de yoga du rêve destiné à maintenir la même conscience qu’à l’état de veille au cours du rêve (voir l’article "Yoga Nidra, le sommeil conscient"), mais il est difficile de savoir exactement de quel stade du sommeil il s’agit car, à notre connaissance, il n’y a pas eu d’expérience sous enregistrement polysomnographique.

- De nos jours, certaines techniques plus prosaïques comme l’exposition à des flashes lumineux au cours du sommeil paradoxal seraient à l’étude. (Un appareil portatif pour l’induction du rêve lucide est sur le marché. Une étude aurait montré qu’avec de l’entrainement, Ce "DreamLight" à usage domestique , augmenterait la fréquence rapportée des rêves (?).
Voir l’article de 1995 (en Anglais), pour en savoir plus :"validité du "dreamlight"


Cependant, nous accordons peu de crédit aux différentes conceptions qui prêtent des vertus excessives à l’observation des rêves.

Le contenu irréel du rêve a inspiré de nombreux artistes...
À certaines époques plus barbares... en Europe, , il a conduit de nombreuses victimes au bûcher pour sorcellerie.
Dans d’autres cultures au contraire, il a été utilisé pour guider, initier ou guérir (chamanisme). [6]
De nos jours, son succès médiatique résulte en grande partie des affirmations de S. Freud. Il conduit certains rêveurs sur le divan des psychothérapeutes (parfois avec un certain succès, parait-il).
Pour mémoire, Selon Freud, « L’interprétation des rêves est la via régia, la voie royale, menant à la connaissance de l’inconscient dans la vie psychique. » (Die Tramdeutung, 1900).
Les bases neurobiologiques du rêve semblent de moins en moins en faveur de ces théories.


Place du rêve dans la consultation médicale ?

En consultation, il n’existe que deux situations où le médecin du sommeil s’intéressera à la présence de rêves :
- soit pour se prêter au jeu des Questions-Réponses et aider à mieux définir les différentes parasomnies ;
- soit pour dépister les implications pathologiques de certains types de rêves particuliers.

JPEG - 16.8 ko
"Désordre psychique à contenu absurde et sans valeur pratique." (1924, Larousse Médical Illustré)

Questions-Réponses au sujet des rêves.

Voir l’article : "Architecture du sommeil"
Pourquoi se rappelle-t-on, ou non, des rêves ?
Que faut-il penser du contenu de certains rêves ?
S’agit-il bien de rêves ?
Pourquoi se rappelle-t-on, ou non, des rêves ?

Les rêves se produisent essentiellement (mais pas exclusivement) au cours du sommeil paradoxal (SP), mais le souvenir des rêves en lui-même, n’est lié qu’à l’éveil.
Certaines expériences suggèrent même que des rêves, qui paraissent très longs, ne durent en réalité que les quelques secondes qui précèdent le réveil.


Le dormeur aura davantage souvenir d’avoir rêvé dans les circonstances où le sommeil qui encadre le sommeil paradoxal est entrecoupé de micro-éveils.


"Conter son rêve, c’est être revenu à l’état de veille". (Sénèque, 1°siècle ; Extrait de Lettres à Lucillus).

Cela se produit naturellement en fin de nuit, lorsque la "pression" de sommeil est très faible (Cf. l’hypnogramme en haut de page).
(c’est pourquoi il est plus fréquent de se souvenir d’avoir rêvé au matin).
Pour autant, un éveil provoqué en début de nuit peut aussi être accompagné d’un rêve.
Ainsi, le sujet qui se réveille spontanément ou facilement, ("couche tôt" ou court dormeur), aura plus de chance de se souvenir de rêves que celui qui doit s’arracher à un sommeil plus profond lorsqu’il est l’heure de se lever (chronotype couche tard ou long dormeur).

JPEG - 11 ko
"Le sommeil est comme un feu de bois, le matin il est inutile de souffler sur les braises"

Inversement, la consommation de produits "anti-éveil" (alcool, cannabis, tranquillisants, somnifères, antidépresseurs ... ) exerce un effet puissant anti rêves. Il n’est pas rare de voir une réapparition ou un rebond des rêves la nuit, quelques jours ou semaines après un sevrage.
La fréquence des rêves est positivement corrélée avec le nombre de changements de phases de sommeil. Chez un même sujet, le souvenir de rêves est plus fréquent lorsque le sommeil est perturbé par des événements de vie "somnotoxiques" (interruption du sport, décalage horaire, stress ...).
l’allègement du sommeil est physiologique en cas de préoccupation ou de danger. Il s’agit d’une réaction de défense qui augmente ainsi nos capacités de réflexion.

" Sommeil du juste ? Je crois que ce sont les injustes qui dorment le mieux, parce qu’ils s’en foutent" fait remarquer avec humour l’écrivain Romain Gary).
Voir l’article "Textes d’Auteurs et citations" )

C’est peut être pour cela que l’on dit que la nuit porte conseil. On peut y voir aussi l’origine de la notion "d’ange gardien" qui viendrait aider le dormeur dans sa quête d’un monde meilleur ...
La quantité (et la qualité) du Sommeil Paradoxal augmente au long de la nuit tandis que la profondeur du sommeil lent qui précède s’allège. Les micro-éveils sont donc naturellement plus fréquents durant toute la deuxième moitié de la nuit.
Chez l’adulte, le sommeil lent prédomine dans le premier cycle. Le reste de la nuit n’est composé que Sommeil Paradoxal encadré de sommeil de plus en plus léger.
Durant l’enfance, le besoin de sommeil lent est considérablement plus important que chez l’adulte. C’est pourquoi les phénomènes comme l’énurésie ou le somnambulisme y sont fréquents.
Ces anomalies sont le plus souvent bénignes car elles disparaissent en général spontanément à l’âge adulte.

JPEG - 7.4 ko
Comparaison d’un hypnogramme d’adulte et d’enfant (noter la différence de sommeil lent profond

La présence de certains rêves peut témoigner d’une anomalie du sommeil paradoxal.
A partir de l’endormissement, le délai d’apparition de la première phase de Sommeil Paradoxal est d’au moins 60 à 90 minutes.
L’irruption de SP dans un délai plus court est un phénomène anormal que l’on rencontre dans trois situations pathologiques :

- Le "Rebond de SP" qui survient en cas de privation de sommeil ou d’endormissement au petit matin (sous l’influence de la température).

- Le raccourcissement du délai de SP qui est un signe encéphalographique de dépression nerveuse. (Voir l’article : "Sommeil et dépression ").

- La présence d’endormissement directement en SP qui est un signe de Narcolepsie-cataplexie. l’enregistrement objectif de SP au cours de deux siestes sur cinq est suffisant pour poser le diagnostic. (Cf : "Exploration complémentaire du sommeil" ),
Voir aussi l’article : "Narcolepsie-cataplexie " )

JPEG - 15 ko
(Sources IVS)

Que faut-il penser du contenu de certains rêves ?

"J’ai lu l’article Songe dans le Dictionnaire encyclopédique, et je n’y ai rien compris. Mais quand je recherche la cause de mes idées et de mes actions dans le sommeil et dans la veille, je n’y comprends pas davantage".
Voltaire, Dictionnaire philosophique ou la raison par l’alphabet.

La recherche de la "signification profonde" des rêves procède, à notre avis, de la mise en évidence de corrélations rétrospectives. Ce mode d’analyse est biaisé par le désir de comprendre et surtout, de ne jamais se donner tort.
Les interprétations erronées (et parfois manipulatrices) de certains rêves ont, de notre point de vue, suscité beaucoup de confusion par le passé, et contribuent encore à troubler les sujets victimes de rêves très vivaces.
Certains mauvais dormeurs recherchent ainsi, inutilement, dans le contenu de leurs rêves (pour ceux qui en ont) une cause à leur fatigue ou à leur insomnie.
Il est, selon nous, plus efficace d’aborder les problèmes de sommeil par un angle bien plus pragmatique que par l’introspection : savoir bien dormir est une affaire de chronobiologie et d’hygiène de vie.

JPEG - 21.9 ko
Johann Heinrich Füssli, Der Nachtmahr (1790-91)


Certains thèmes sont communs à tous les rêveurs. Ils concernent des scènes à forte charge émotionnelle comme la poursuite, la chute dans le vide, le danger, la violence, la honte, et (bien sûr !) la sexualité.

« l’homme vertueux se contente de rêver ce que l’homme pervers fait en réalité » disait Platon (qui se souvenait beaucoup de ses rêves -Nda-).

JPEG - 21 ko
Les thèmes de nudité sont fréquents...
( Dessin d’Hervey de Saint-Denys, 1867)

JPEG - 6.2 ko
« Nos idées ne dépendent pas plus de nous dans le sommeil que dans la veille »


En pratique, il nous paraît plus simple d’être bon public mais de rester toujours circonspect quand à leur signification, parce qu’on ne maîtrise jamais le scénario des rêves.

JPEG - 12.5 ko

S’agit-il bien de rêves ? :
Un certain nombre de phénomènes survenant au cours du sommeil sont considérés par erreur comme des rêves.
Il faut bien distinguer les rêves (qui surviennent au cours du sommeil), de certaines "Parasomnies" de la transition veille/sommeil qui ne sont pas des rêves à proprement parler.
Voir l’article : "Parasomnies"

JPEG - 18.4 ko
Transition veille-sommeil (D’après Maurits Cornelis Escher)

Nb. Certaines formes de rêves éveillés sont également décrites, le plus souvent chez des sujets en manque de sommeil (comme les marins qui rencontrent des sirènes ou voient passer un train en pleine mer !). Leur présence chez certains sujets bien portants (mais au sommeil atypique) est également possible.


On en rapproche d’autres phénomènes comme le "déjà vu" (que les scientifiques appellent ecmnésie), cette impression fugace mais troublante qu’on a déjà vécu une scène par le passé (comme dans une vie antérieure).
Ce type de paramnésie a toujours été, dans l’histoire de l’humanité, rattaché aux notions de "rêves prémonitoires". C’est encore souvent le cas dans les cultures traditionnelles.
Ces phénomènes peuvent se produire chez la plupart des gens qui souffrent d’une privation de sommeil. Ils sont fréquents chez les personnes épileptiques.
Ces observations soulignent la difficulté de définir le rêve et mettent un peu à mal certaines des théories freudiennes.
Enfin, dans sa conception la plus large, on peut considérer qu’il est possible de rêver éveillé, et les agnostiques y trouveront là l’explication triviale d’un grand nombre "d’apparitions".
Les personnes atteinte de narcolepsie notamment (un trouble du sommeil paradoxal), sont très souvent victimes d’étranges et inexplicables visions.
Voir l’article : "Narcolepsie-cataplexie"


On distingue deux type de parasomnies : celles qui surviennent en Sommeil Lent, et celles qui surviennent au cours du Sommeil Paradoxal :

Parasomnies en Sommeil Lent :

Des sensations visuelles, auditives ou corporelles plus ou moins fugaces appelées hallucinations hypnagogiques et hypnopompiques surviennent au cours de l’endormissement (en début de sommeil pour les premières et au cours d’un ré-endormissement au milieu de la nuit pour les secondes.

Nb. Chez l’enfant, la qualité et la profondeur du Sommeil Lent explique la fréquence de ces phénomènes.

JPEG - 12.7 ko

Exemple :
Le dormeur est à la limite de la conscience et du sommeil lent profond. Il "flotte", sent certaines parties de son corps grandir ou rapetisser, voit bouger les choses qui l’environnent.
Il sursaute avec l’impression de tomber dans le vide, d’être traversé par un grand éclair, une décharge électrique ...

Nb : Ici, contrairement aux rêves authentiques, le dormeur n’est pas paralysé. Il est encore capable de sortir de son sommeil grâce à sa volonté mais souvent il reste frappé par le souvenir de l’expérience.
Ces distorsions sensorielles qui surviennent à l’endormissement sont très fréquentes dans l’enfance.
Selon le contexte religieux ou culturel, l’âge ou l’imaginaire du sujet, leur signification peut être terrifiante. Elles peuvent même générer chez certains sujets une véritable insomnie par peur phobique du sommeil.

Parasomnies en Sommeil aradoxal


Le SP est la période où surviennent majoritairement les rêves (ou les cauchemars).
Cet état de fonctionnement du cerveau est très "paradoxal" parce qu’il s’y produit au cours du sommeil, une activité intense alors que le reste du corps est entièrement paralysé.

Il existe deux situations pathologiques qui correspondent à une anomalie du SP :
soit le sujet se réveille : il est paralysé et assiste à des distorsions souvent terrifiantes de son environnement sans pouvoir émettre le moindre son.
soit le sujet reste endormi mais ne reste pas paralysé au cours de ses rêves, ce qui lui permet de bouger et de se comporter de manière souvent terrifiante pour l’entourage. Il produit des bruits très étranges et des gestes parfois violents.
Hallucination et paralysie au cours d’un éveil dissocié en SP
Certains sujets reprennent totalement conscience au cours de cet état qui associe paralysie et activité cérébrale autonome. Ils restent sans pouvoir bouger, les spectateurs de situations généralement désagréables.
Ces phénomènes de rêve dissocié sont caractérisés par une distorsion visuelle des éléments qui environnent le dormeur et surtout par l’impression d’être observé ou en présence d’une personne hostile, comme un fantôme ou un démon ...

Ces phénomènes d’hallucination avec paralysie au cours du sommeil sont connus de toutes les cultures. C’est le domaine des incubes, des "Dorlis", des fées et des revenants de toute sorte.
La constatation de l’érection réflexe, qui est concomitante aux épisodes, a donné lieu à toutes sortes d’interprétations (surnaturelles, religieuses, œdipienne ...).
Voir l’article : "Sexsomnies"


Le caractère émotionnellement traumatisant de ces expériences les fait très souvent passer sous silence (ou cantonnées dans le domaine de l’interprétation hasardeuse ou de la théorie psychanalytique qui ne peut qu’être vaine dans ce contexte).
Troubles du comportements en Sommeil Paradoxal "TCSP"

JPEG - 6.2 ko
Fantôme ou rêve ?


Il s’agit d’une anomalie neurologique qui se traduit par une disparition de la paralysie musculaire qui est normalement associée au SP (Le sujet de retrouve à "vivre ses rêves", au sens propre du terme...).
Il est donc capable de bouger pendant son rêves et cela peut provoquer des actes violents, mais qui ne laissent parfois aucun souvenir au dormeur.
Parfois le comportement du "dormeur" est très élaboré (il est capable de parler ou même de manifester un désir sexuel) mais l’entourage le décrit comme "méconnaissable" . Le sujet semble véritablement possédé ou habité par un esprit extérieur ...
Le terme de "somnambulisme sexuel" qui a été employé pour définir ces crises est impropre ici puisqu’elles ne se produisent pas en sommeil lent comme c’est le cas du vrai somnambulisme.

Il y a là une explication possible à certaines histoires de possessions et d’exorcismes rapportées par des observateurs très sincères qui "voyaient" dans ce comportement étrange tous les signes d’une possession par un esprit "Malin" ou diabolique.
Voir l’article : "Troubles du comportement en Sommeil Paradoxal."


Implications pathologiques du Sommeil paradoxal.

La pratique d’une polysomnographie avec enregistrement vidéo (en infrarouge), permet de préciser le diagnostic des parasomnies.
Selon le type de sommeil en cours lors de leur survenue on peut définir s’il s’agit de rêves, de somnambulisme, d’épilepsie nocturne ou de narcolepsie (voir plus haut).
Chez les sujets épileptiques, des mécanismes analogues aux ecmnésies (ou "déjà-vu, Cf. plus haut) sont mis en avant pour expliquer les "auras" qui annoncent parfois l’imminence d’une crise. Ce sont des sensations de distorsions de la réalité qui surviennent au début de certaines crises.
Longtemps considéré comme d’origine divine, l’interprétation du message symbolique qu’elles contiennent n’a plus de sens, de nos jours (sous nos contrées). [7]
Intérêt de l’enregistrement de l’érection en Sommeil paradoxal

La pléthysmographie nocturne est l’enregistrement des érections réflexes du pénis au cours du Sommeil Paradoxal à partir de capteurs posés autour du pénis.
Cet examen est pratiqué dans deux circonstances.
Bilan d’une impuissance sexuelle :
l’enregistrement est effectué à la demande des urologues ou des sexologues, dans le cadre du bilan d’une impuissance.
Il permet de distinguer l’impuissance "organique" (liée à l’âge ou au diabète par exemple) de l’impuissance dite psychologique (avec persistance des érections réflexes noctures).
Procédure juridique : On pouvais pratiquer ce bilan dans le cadre de la médecine légale pour objectiver une impuissance, présentée comme alibi dans une affaire d’agression sexuelle. Les avancées de la Police Scientifique (génétique) rendent cet examen anecdotique.

GIF - 3.7 ko
Enregistrement des érection réflexe au cours du sommeil paradoxal, sur 5 nuits successives.


Voir l’article : "Sexsomnies "
Intérêt thérapeutique de l’examen du contenu du rêve ?
État de "stress post-traumatique".
Les psychothérapeutes font appel au souvenir des rêves récurrents qu’on voit dans les séquelles de traumatismes psychologiques sévères (conflits armés, incendies, agression, séquestration ...).
État de "stress professionnel".
La présence de scènes de travail au cours de rêves au contenu désagréable est un symptôme reconnu de surmenage professionnel. Il doit être recherché en cas de troubles fonctionnels comme les "Troubles Musculo-Squelletiques" (TMS) qui donneraient lieu à des arrêts de travail à répétition.
Cet état proche de la dépression, consécutif, selon nous, à un allègement du sommeil, peut lorsqu’il décompense, être à l’origine de suicides sur les lieux mêmes de l’entreprise.
Le dépistage de ces rêves à contenu orienté est donc une démarche préventive indispensable à connaître.
Voir l’article : "burn-out "
Voir l’article : "Sommeil et dépression "
Sevrage des psychotropes (alcool, benzodiazépines, antidépresseurs, cannabis)
Les périodes de sevrage des neurotropes (les produits qui agissent sur le système nerveux) sont presque toujours marquées par un rebond de sommeil paradoxal.
Le sujet constate un retour de rêves plus vivaces.
Voir l’article : "Alcool, drogues et somnifères"
Le "Délirium tremens" (stigmatisé par la vision "d’éléphants roses") est interprété comme un rebond de SP qui se produit rapidement après le sevrage brutal d’alcool chez les malades alcooliques). Ici encore, il est évident que le contenu de ces hallucinations ne révèle aucun sens.


Conclusion

JPEG - 6.2 ko
« Nos idées ne dépendent pas plus de nous dans le sommeil que dans la veille »

Sur un plan strictement médical, l’intérêt des rêves est donc très limité. Il n’est pas nécessaire de rêver pour se réveiller en forme.
Selon nous, il faut simplement les considérer comme des épiphénomènes aléatoires qui témoignent de la persistance de l’activité corticale au cours de certaines phases du sommeil.
Cette activité électrique "débordante" est également responsable de la stimulation des centres nerveux qui commandent les mouvements oculaires rapides caractéristiques du SP [8].
De la même façon, des événements aléatoires (issus de l’activité liée au SP) peuvent parvenir à stimuler certaines régions du cerveau : les zones esthésiques (sensations visuelles, physiques) et affectives (plaisir, dégoût, peur, colère, honte ...).
L’intrusion dans le scénario d’un rêve d’éléments en rapport avec des événements de la réalité est fréquente, ce qui donne à certains rêves leur caractère troublant.

L’observation du visage d’un nouveau-né durant les périodes de sommeil "rapide" (équivalent du SP) est très intéressante parce qu’on y voit défiler, comme dans un film en accéléré, les mimiques qui reflètent les principaux sentiments humains.
Les nouveau-nés rêvent-ils pendant le sommeil paradoxal ?
D’après certains chercheurs comme le Pr Jouet, ce type de sommeil est indispensable à la maturation cérébrale et à l’établissement de circuits neurologiques "à blanc" qui formaterait notre communication non verbale.
Cette hypothèse est controversée car il n’existe que très peu de souvenir de rêve avant l’âge de 4 ou 5 ans, alors que le sommeil y est particulièrement riche en SP.
Quel que soit le rôle très probablement vital du sommeil paradoxal, il n’a jamais été démontré l’intérêt du rêve en tant que souvenir.

En pratique, le dormeur qui en a l’opportunité doit savoir profiter des rêves pour les sensations qu’ils procurent, comme on le ferait d’un film, ou d’une pièce de théâtre, mais nous pensons qu’il ne faut pas nécessairement s’interroger sur leur signification.

Du point de vue rationaliste qui anime ce site, nous ne pouvons que souscrire à la définition du Larousse Médical Illustré qui, en 1924, défini le rêve comme un simple « désordre psychique à contenu absurde et sans valeur pratique. » [9]


Pour autant, il est très agréable d’observer avec curiosité le contenu des rêves, comme l’écrit, si justement sur son blog, l’auteur contemporain Éric Chevillard (près d’un siècle après Voltaire) :

« Je ne crois pas au rêve comme rébus ou énigme dont le déchiffrement nous éclairerait sur nous-mêmes ou sur notre passé – ni forêt de symboles ni allégorie en costumes. Plutôt collage surréaliste de choses perçues, vues, entendues, sans parfois que l’on y ait pris garde.
Et c’est pourquoi, malgré tout, il peut être instructif d’analyser ses rêves : comme on ferait défiler les bandes d’une caméra de surveillance en espérant y découvrir après coup un détail important enregistré à notre insu ».
(Tirée du blog d’Éric Chevillard).

Admin
Admin

Messages : 41
Date d'inscription : 29/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://orkhidion-velamen.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Augusta Holmès, Y'becca, Le Féminin et L'Orchidée

Message par yanis la chouette le Mar 2 Mai - 16:47

Le courant de la Grande Ourse, également connu sous le nom de groupe mouvant de la Grande Ourse, association de la Grande Ourse ou encore Collinder 285, est le courant stellaire le plus proche de la Terre. Il s'agit d'une association d'étoiles partageant des caractéristiques communes telles que l'âge, la cinématique et la composition chimique. Son noyau se situe à environ 80 années-lumière de nous. Il comprend un grand nombre d'étoiles brillantes, dont la plupart des étoiles brillantes de la constellation de la Grande Ourse.

La Grande Ourse est la troisième constellation du ciel par son étendue. Elle contient le « grand chariot » ou « grande casserole », l'un des astérismes les plus connus de l'hémisphère nord. Faisant partie des 48 constellations identifiées par Ptolémée, elle est très facilement reconnaissable par la forme de casserole que composent ses sept plus brillantes étoiles. La Grande Ourse est une constellation circumpolaire pour les observateurs situés au-dessus de 41° de latitude Nord et elle ne semble jamais se coucher. En grec, le mot ours se dit arktos, qui a donné le nom d'Arctique.

Histoire
Mythologie gréco-romaine

Selon la mythologie grecque, cette constellation représenterait Callisto, une nymphe aimée de Zeus. Quand Héra, l'épouse de Zeus, découvrit leur relation, elle changea Callisto en Grande Ourse et son fils Arcas en Petite Ourse. Outragée par cette offense à son honneur, Héra demanda justice à l'Océan, et les ourses furent alors condamnées à tourner perpétuellement autour du pôle Nord, jamais autorisées à se reposer sous la mer.

Selon une autre version1, la nymphe Callisto était la fille de Lycaon, un roi d’Arcadie. Zeus l’aperçut alors qu’elle chassait en compagnie d’Artémis et il s’en éprit. Héra, jalouse, changea la jeune fille en ourse après qu’elle eut donné naissance à un fils, Arcas. L’enfant grandit, devint un homme, et un jour qu’il participait à une chasse, la déesse dirigea Callisto vers l’endroit où il se trouvait, dans l’espoir de lui voir décocher une flèche à sa mère, en toute ignorance. Mais Zeus enleva l’ourse et la plaça parmi les étoiles. Plus tard, son fils Arcas vint l’y rejoindre. Ils prirent respectivement les noms de Grande Ourse et de Petite Ourse.

Selon une autre version, Callisto était une nymphe au service d'Artémis. Elle a juré de rester vierge tout comme Artémis. Un jour, alors qu'elle cueillait des fleurs, Zeus la vit et s'éprit d'elle. Comme il savait qu'elle était vierge, il devait jouer le grand jeu. Il eut donc l'idée de prendre l'apparence de sa maîtresse et, revenue de sa promenade, elle fut étonnée par tant de besoin de tendresse. Le temps passa et la nymphe sentit son ventre grossir et, quand elle se déshabilla pour prendre un bain avec Artémis et les autres nymphes dans la mer Morte, elle vit son gros ventre et se sentit coupable de ne pas avoir remarqué tout de suite que ce n'était pas la déesse. Et quand la déesse l'aperçut, elle entra dans une rage folle et transforma Callisto en ourse avant qu'elle n'accouche. Et la déesse dit aux autres nymphes : « Tuons-la avant qu'elle ne s'échappe, elle nous servira de tapis et de dîner ! » À ces mots, la nymphe courut, poursuivie par les chasseuses. Quand la chasse fut terminée, Zeus ramassa la carcasse de l'ourse qu'il avait condamnée à l'exil et la mit au ciel. C'est là qu'elle mit au monde Arcas, qui désormais la suit tout le temps.
Europe

La Grande Ourse est à l'origine du terme « septentrional » : les Romains appelaient cette constellation septem triones c'est-à-dire « les sept bœufs de labour » qui tournent toujours autour du nord. Au Royaume-Uni, on l'appelle the Plough (la charrue), en Scandinavie, Karlavagen (le wagon de Charles, probablement Charlemagne), en Bretagne Karr kamm (chariot tordu), Karr Arzhur (le chariot du roi Arthur) ou Lost-arar (le bout de la charrue).

L'ours se dit arctos en grec, d'où le nom de cercle arctique qu'on donnait au cercle des étoiles circumpolaires toujours visibles (l'astronome Geminos assignait comme limite à ce cercle, « le pied de devant de la Grande Ourse »), et le terme Arctique qui désigne la région entourant le pôle Nord de la Terre2.
Moyen-Orient

Une version arabe raconte que la constellation représente le cercueil d'un père tiré par ses trois filles (le rectangle que forment les quatre étoiles représente son cercueil). Elles le portent depuis la nuit des temps et essaient de rattraper son assassin (La Petite Ourse). Le jour où elles attraperont l'assassin, ce sera la fin du ikhan.
Extrême-Orient (Inde, Chine, Japon)

Dans l'astronomie hindoue, on l'appelle aussi Sapta Rishi (les sept sages), et en persan, Haft Awrang (les sept trônes).

En Chine, les Prêtres taoïstes avaient pour habitude de prier les esprits et les divinités représentés par les constellations et les étoiles comme la Grande Ourse, et en astronomie chinoise, ses sept étoiles principales correspondent à l'astérisme Beidou, un des plus anciens astérismes utilisés (hormis les loges lunaires, dont l'orientation était utilisée pour suivre le cycle des saisons.

Au Japon, la Grande Ourse est nommée "Louche du Nord" 北斗 (hokutô), et dans le Japon médiéval, chacune des sept étoiles de la grande Ourse portait un nom traditionnel, noms souvent hérités eux-mêmes de la Chine ancienne :

« Pivot » 樞 (sû) désigne Dubhe (Alpha Ursae Majoris)

« Superbe jade » 璇 (sen) désigne Merak (Beta Ursae Majoris)

« Perle » 璣 (ki) désigne Phecda (Gamma Ursae Majoris)

« Autorité » 權 (ken) désigne Megrez (Delta Ursae Majoris)

« Baguette de mesure en jade » 玉衡 (gyokkô) désigne Alioth (Epsilon Ursae Majoris)

« Ouverture du yang » 開陽 (kaiyô) désigne Mizar (Zeta Ursae Majoris)

Enfin, Alkaid (Eta Ursae Majoris) porte à elle seule plusieurs noms traditionnels : « Sabre » 劍 (ken) (forme abrégée de « Extrémité du sabre » 劍先 (ken saki) ), « Lumière scintillante » 搖光 (yôkô), ou encore « Etoile de la défaite militaire » 破軍星 (hagun sei), car se diriger en direction de cette étoile était censé être de mauvais augure pour une armée3.
Amérique du Nord

Certains Indiens d'Amérique du Nord (Algonquins, Micmacs, Narragansett, Cherokees) considèrent aussi ce groupe d'étoiles comme une ourse poursuivie par trois chasseurs. Il semblerait que la Grande Ourse ait été liée au mythe d'une chasse cosmique depuis le Paléolithique supérieur au moins, ce qui expliquerait la présence de cette croyance à la fois en Eurasie et en Amérique du Nord. Le proto-récit aurait pris la forme d'un cervidé poursuivi jusqu'au ciel par un chasseur, et s'y transformant en constellation4 .

Aux États-Unis, son surnom actuel est the Big Dipper (la grande cuillère).
Observation des étoiles
Constellation Grande Ourse
Visibilité nocturne de la constellation.

La Grande Ourse est une des constellations les plus connues, une de celles que l'on apprend généralement à reconnaître en premier dans l'hémisphère nord. Sept étoiles ressortent nettement parmi les autres et forment le Chariot (ou la Casserole). Cette formation en chariot est visible toute l'année dans les villes situées au-dessus de 40° de latitude nord ; à titre indicatif New York, Rome et Pékin sont très proches de cette latitude. Pour les villes situées plus au sud, le Chariot disparaît sous l'horizon pendant l'automne.
Guide pour déterminer l'étoile polaire et α Bootis (Arcturus) à partir de la Grande Ourse
Repérage de la constellation

La « grande casserole » se repère par observation directe. Dubhe (α UMa), Merak (β UMa), Phecda (γ UMa), Megrez (δ UMa), Alioth (ε UMa), Mizar (ζ UMa) et Alkaid (η UMa) forment l'un des astérismes les plus connus : le « Chariot » ou la « Casserole » (ou parfois la « Cuillère ») de la Grande Ourse. Cet astérisme est tellement caractéristique et brillant que Johann Bayer partit du bout (Dubhe) et le remonta (Alkaid) pour désigner les étoiles de la constellation, au lieu de les classer par magnitude comme il avait l'usage de le faire.

Forme de la constellation

Un autre astérisme provient de la culture arabe. Il s'agit des « sauts de la gazelle », une série de trois paires d'étoiles :

Alula Borealis (ν UMa) et Alula Australis (ξ UMa), le « premier saut » ;
Tania Borealis (λ UMa) et Tania Australis (μ UMa), le « deuxième saut » ;
Talitha Borealis (ι UMa) et Talitha Australis (κ UMa), le « troisième saut ».

Ces étoiles se trouvent le long de la frontière sud-ouest de la constellation, les « orteils » de l'Ourse.
Mizar et Alcor

Mizar (ζ UMa) est l'étoile du milieu dans la série des trois qui forment le « manche » de la casserole. Elle est connue pour posséder un compagnon — Alcor (80 UMa) — qui est discernable à l'œil nu (on peut le deviner sur l'illustration). Pouvoir les distinguer était d'ailleurs un défi traditionnel d'acuité de vision dans plusieurs cultures, Gengis Khan en aurait fait l'un des critères de sélection de ses archers5.
La Grande Ourse telle que dessinée par Johannes Hevelius au XVIIe siècle.
Repérages à partir de la constellation

Ces étoiles particulièrement visibles sont utiles pour trouver d'autres étoiles importantes, le grand chariot jouant le rôle d'un véritable poteau indicateur céleste.

Une méthode très connue permet de déterminer l'emplacement de l'étoile polaire (α Ursae Minoris) : en traçant la ligne des Gardes de la Grande Ourse, prolongée dans le sens Merak-Dubhe d'une distance égale environ à cinq fois la distance entre ces deux étoiles, on tombe sur l'Étoile polaire après une trentaine de degrés.
Dans l'autre sens, en prolongeant la ligne de Dubhe à Merac, cet alignement passe d'abord par ψ UMa après ~10°, puis par ν UMa (premier saut de la Gazelle, et patte avant de l'Ourse) après encore ~10°, et après un dernier saut de ~10° on tombe sur Zosma (δ Leo) (visible sur l'illustration). La paire d'étoiles qui forme la patte avant est pratiquement dans cet alignement, ce qui permet de confirmer son identification.
Si l'on part du bord intérieur de la casserole, on peut suivre l'alignement Megrez (δ UMa) Phecda (γ UMa). Cet alignement passe également par ψ UMa après ~10°, puis après ~15° sur une étoile plus faible entre les deux premiers sauts de gazelle, qui est Praecipua (46 Leonis Minoris). En continuant cet alignement on tombe dans le Lion), d'abord sur γ Leo (visible sur l'illustration) et dans son prolongement sur Régulus, après un parcours total de ~45°.
Dans l'autre sens, le même alignement Phecda (γ UMa) Megrez (δ UMa) traverse les gardiennes de la Petite Ourse, puis les pieds du Dragon, et arrive finalement dans l'axe des ailes du Cygne.
Une autre méthode de repérage très connue consiste à suivre la courbe de la queue de la casserole en tournant à gauche suivant un arc de cercle vers α Bootis (Arcturus), puis de continuer sur la même distance et avec la même courbure jusqu'à α Virginis (Spica).
Dans l'autre sens, la diagonale de la casserole qui passe par Megrez (δ UMa) et Merak (β UMa) se prolonge à travers θ UMa et la paire d'étoiles qui marque le troisième « saut de la Gazelle » (ι et κ UMa), et l'extrémité de la constellation. Au-delà, dans le même alignement, on tombe sur une petite étoile du Lynx (sans intérêt particulier), et après ~30° dans le même prolongement on tombe sur Castor et Pollux (un peu à droite de l'axe), des Gémeaux, et toujours dans le même alignement Rigel puis Bételgeuse de la constellation d'Orion.
Le « dos » de la Grande Ourse forme un alignement entre Megrez (δ UMa) et Dubhe (α UMa), qui se prolonge à travers 23 UMa et ο UMa (extrémité de la constellation, sur la « fesse » de l'Ourse). Cet alignement se prolonge à travers le Lynx sur une trentaine de degrés pour tomber sur Capella du Cocher.
Dans l'autre sens, l'alignement du « dos » de Dubhe (α UMa) à Megrez (δ UMa) passe par Alkaid (η UMa), le « nez » de l'Ourse, traverse la tête du Bouvier et permet de repérer Gemma dans la Couronne boréale.
Si l'on prolonge l'axe Phecda-Dubhe en reportant la même distance, on tombe juste en dessous des deux galaxies M81 et M82 (pas toujours facile à trouver autrement).

Étoiles principales
Liste d'étoiles de la Grande Ourse
Article détaillé : Liste d'étoiles de la Grande Ourse.
Alioth (ε Ursae Majoris)
Article détaillé : Alioth.

Alioth (ε UMa), vers le milieu de la queue du « chariot », est l'étoile la plus brillante de la constellation de la Grande Ourse et la 34e de la voute céleste.

Alioth est une étoile blanche distante de 81 années-lumière, environ quatre fois plus grande que le Soleil et trois fois plus massive. Son type spectral indique qu'il s'agit d'une étoile particulière (A0p) : elle présente certaines régions de son atmosphère enrichies en certains éléments (oxygène, europium, chrome, etc.) tandis qu'ils sont en déficit dans d'autres zones. Alioth est classée dans la catégorie des étoiles variables de type α2 Canum Venaticorun, dont α2 Canum Venaticorum, ou Cor Caroli, en est en effet le prototype).
Dubhé (α Ursae Majoris)
Article détaillé : Dubhé.

Dubhé (α UMa), la deuxième étoile de la constellation, est une supergéante orange, environ 30 fois plus grande que le Soleil. C'est également une étoile double car elle possède un compagnon distant de vingt-trois ua qui orbite autour d'elle en quarante-quatre ans. Plus loin, à 9 000 ua, se trouve un autre système binaire.
Mizar (ζ Ursae Majoris)
Article détaillé : Mizar.

Mizar (sans Alcor) est un système stellaire complexe de quatre étoiles : deux couples d'étoiles (l'un orbitant en vingt jours et demi, l'autre en cent-quatre-vingt jours) tournent l'un autour de l'autre. Elle tient une place de tout premier rang dans l'histoire des étoiles doubles : Mizar avec son cavalier Alcor est une binaire visuelle connue depuis extrêmement longtemps [réf. nécessaire]. C'est aussi la première étoile double télescopique découverte, (Mizar A et B, découverte par Giovanni Riccioli en 1650), et la première double photographiée (par G. P. Bond en 1857), et Mizar Aa et Ab, la première binaire spectroscopique (annonce faite par Edward Charles Pickering en 1889).
Autres étoiles

Merak, Phecda, Megrez, Alioth et Mizar, toutes les cinq des étoiles chaudes de classe A, font partie d'un groupe d'étoiles distant d'environ quatre-vingt années-lumière et se déplacent de concert dans l'espace. Ce groupe d'étoiles s'appelle le courant d'étoiles de la Grande Ourse
Objets célestes

Plusieurs galaxies se trouvent dans la Grande Ourse, dont la paire M81 (l'une des plus brillantes galaxies du ciel) et M82 au-dessus de la « tête » de l'Ourse, M101, une belle galaxie spirale au nord-ouest d'Alkaid (η UMa) et les galaxies spirales M108 et M109. La constellation contient environ cinquante galaxies, dont la plupart ont une magnitude supérieure à 10, et ne sont donc pas visibles sans instrument.

On y trouve également la nébuleuse planétaire M97.
Notes et références

↑ Ovide, Métamorphoses, II, 409-530. [archive]
↑ Béatrice Bakhouche, Les textes latins d'astronomie: un maillon dans la chaîne du savoir, Éditions Peeters, 1996, p. 129
↑ Le « Bansenshūkai », écrit en 1676 par le maître ninja Fujibayashi Yasutake, consacre plusieurs passages à ces étoiles, et montre une représentation traditionnelle de la Grande Ourse au centre de la voûte céleste, dans son cahier 8, volume 17, consacré à l’astronomie et à la météorologie (Traduction d’Axel Mazuer)
↑ d'Huy Julien, Un ours dans les étoiles: recherche phylogénétique sur un mythe préhistorique [archive], Préhistoire du sud-ouest, 20 (1), 2012: 91-106; A Cosmic Hunt in the Berber sky : a phylogenetic reconstruction of Palaeolithic mythology [archive], Les Cahiers de l'AARS, 15, 2012.
↑ Astrodéfis, Éditions Publibook, 2008, p. 113

Le drapeau de l'Alaska est le drapeau officiel de l'État américain de l'Alaska. Il se compose de huit étoiles couleur or qui représentent le « grand chariot » de la Grande Ourse et l'étoile polaire, sur un fond bleu foncé1.

Il fut dessiné en 1927 par Benny Benson, un garçon de 13 ans qui vivait alors dans un orphelinat de Seward, pour un concours destiné à créer un drapeau pour le territoire de l'Alaska. Le dessin de Benson a été choisi parmi plus de 700 dessins d'écoliers dans tout l'Alaska. La plupart des autres dessins étaient des variations sur le sceau du territoire : soleil de minuit, ours polaire, aurores boréales, tamis de chercheur d'or. Pour le choix de son drapeau, Benny Benson reçut une récompense de 1 000 dollars et une montre gravée. Benson s'est inspiré du ciel nocturne pour trouver les symboles du drapeau qu'il a dessiné, et il soumit cette description avec son dessin :

« Le champ bleu représente le ciel de l'Alaska et le myosotis, fleur de l'Alaska. L'étoile polaire représente le futur État de l'Alaska, l'État de l'Union le plus au nord. La Grande Ourse symbolise la force. »

La législature de l'Alaska a adopté le dessin de Benny Benson comme drapeau officiel du Territoire de l'Alaska le 2 mai 1927. Le tout premier drapeau basé sur le dessin de Benny, conçu avec de la soie bleue et des étoiles dorées, a flotté le 9 juillet 1927. Il est resté le drapeau de l'Alaska lorsque l'Alaska devint le 49e État américain, en 1959.

Les symboles du drapeau sont décrits dans la chanson Alaska's Flag, écrite par Marie Drake et mise en musique par Elinor Dusenbury.

Découverte

Toutes les étoiles du courant de la Grande Ourse occupent la même région de la Voie lactée et se déplacent à des vitesses similaires, dans la même direction. Elles possèdent une métallicité voisine et approximativement le même âge. Ces points de convergence suggèrent que ces étoiles partagent une origine commune.

D'après l'âge de ces composantes, on pense que le courant de la Grande Ourse est un ancien amas ouvert. Il se serait formé à partir d'une nébuleuse protostellaire il y a environ 500 millions d'années, ce qui est relativement jeune. Les étoiles de l'amas se sont ensuite progressivement dispersées sous l'action des forces de marée et le groupe occupe aujourd'hui une région de l'espace mesurant approximativement 30 années-lumière de large sur 18.

Le courant de la Grande Ourse a été découvert en 1868 par Richard A. Proctor1, qui remarqua qu'à l'exception de Dubhe et Alkaid, les étoiles de la Grande Ourse possèdent un mouvement propre qui les fait toutes se diriger vers un même point situé dans le Sagittaire. Ainsi, à la différence de la plupart des autres constellations et astérismes, la Grande Ourse est constituée en grande partie d'étoiles étroitement liées les unes aux autres.
Membres du groupe

Le mouvement des étoiles dans l'espace est le principal critère pour déterminer si une étoile est un membre ou non du courant de la Grande Ourse. Il est nécessaire de connaître le mouvement propre des étoiles ainsi que leur vitesse radiale et leur parallaxe pour caractériser le mouvement de ces étoiles. Le satellite Hipparcos a permis en 2003 d'améliorer nettement l'estimation du mouvement propre et de la parallaxe des étoiles situées au voisinage du Soleil2. Une fois que la distance et la magnitude apparente des étoiles sont connues, on en déduit leur magnitude absolue, et ainsi leur âge. Les étoiles appartenant au courant de la Grande Ourse apparaissent alors partager un âge commun de 500 millions d'années.
Membres du noyau

Le noyau du courant de la Grande Ourse est constitué de 14 étoiles dont 13 appartiennent à la constellation de la Grande Ourse et la quatorzième à la constellation voisine des Chiens de chasse.

37 Ursae Majoris (HD 91480)
Beta Ursae Majoris (Merak) (HD 95418)
Gamma Ursae Majoris (Phecda) (HD 103287)
Delta Ursae Majoris (Megrez) (HD 106591)
HD 109011
HD 110463
Epsilon Ursae Majoris (Alioth) (HD 112185)
78 Ursae Majoris A (HD 113139A)
Gliese 503.2 (HD 115043)
Zeta Ursae Majoris (Mizar) A (HD 116656)
Zeta Ursae Majoris (Mizar) B (HD 116657)
80 Ursae Majoris (Alcor) (HD 116842)
HD 109647 (dans les Chiens de chasse)

Membres périphériques

D'autres étoiles appartiennent au courant de la Grande Ourse mais elles sont dispersées plus largement dans la voûte céleste (de Céphée au Triangle austral). Seules les étoiles possédant une désignation de Bayer ou une désignation de Flamsteed sont listées ci-dessous :

Delta Aquarii
Beta Aurigae (Menkalinan)
Zeta Bootis
18 Bootis
Chi Ceti
Zeta Crateris
29 Comae Berenices
Alpha Coronae Borealis (Alphecca)
59 Draconis
21 Leonis Minoris
Gamma Leporis
16 Lyrae
Gamma Microscopii
Chi1 Orionis
89 Piscium
Beta Serpentis
Tau6 Serpentis
Omega Serpentis
6 Sextantis
66 Tauri
Zeta Trianguli Australis
Pi1 Ursae Majoris
41 Virginis

Attributions

Pendant longtemps, on a pensé que la brillante étoile Sirius appartenait à ce groupe, mais les recherches de 2003 effectuées par Jeremy King suggèrent que Sirius est trop jeune pour en être un membre à part entière2.

Notre Soleil lui-même est situé à la périphérie de ce groupe, mais il n'en est pas pour autant un membre, car son âge (4,6 milliards d’années environ) le rend en effet bien trop vieux pour qu'il puisse en faire partie. Notre Soleil parcourt en solitaire une orbite de 250 millions d'années autour du centre galactique, si bien que dans 40 millions d'années, il ne sera plus situé dans le voisinage des étoiles du courant de la Grande Ourse.
Notes et références

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Ursa Major Moving Group » (voir la liste des auteurs).

↑ Mary Proctor, Everyman's astronomy, The Scientific Book Club, 1939, p. 64 [archive].
↑ a et b (en) Jeremy R. King, Adam R. Villarreal, David R. Soderblom, Austin F. Gulliver et Saul J. Adelman, « Stellar Kinematic Groups II - A Reexamination of the Membership, Activity, and Age of the Ursa Major Group », The Astronomical Journal, vol. 125, no 4,‎ avril 2003, p. 1980–2017 (DOI 10.1086/368241).

RAPPORT DE
Y'becca

yanis la chouette

Messages : 408
Date d'inscription : 24/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Augusta Holmès, Y'becca, Le Féminin et L'Orchidée

Message par yanis la chouette le Mar 2 Mai - 16:52

Mariee Sioux-Wild Eyes
https://www.youtube.com/watch?v=28yuWPnX33w

Si sur Terre, ces musiques furent brulés lors des bombardements, Tomaso Giovanni Albinoni est le plus grands
des chefs d'Orchestres sur L'Univers de La Contre: Il est le Seul que Mal l'Ensorceleur permet de désenvouter
Lilith par sa musique et qui donne des instants magique entre la Mère et sa fille, Bastet... Si ce monde vous parait bien proche de notre univers; c'est qu'il est en mesure de vous entendre... L'importance du lieu n'est pas d'être dans l'aspect de la vision mais dans celui de l’Ouïe...

Ainsi, les esprits se conduisent en fonction du chant qui résonne en leurs cœurs... Ainsi, Notre esprit dans la mort redevient l'animal; il se laisse emporter par une hormone divine: celui de l'écho du soi devant l'essence du corporel... Oui dans la métaphysique de l'attrait, le corps est parti composante de l'esprit: On appelle cela le fluide... Les phéromones n’obéissent qu'à la musique de leurs sens afin de se reconstituer en une cellule renfermant l'information de l'existence ancienne, propre et présente construisant ainsi l'aspect d'Avenir... Ainsi l'aspect de l’Âme redevient chair et permet la reconstitution de
A horse with no name... L'Univers n'a pas de limite car comme l'as appris Magellan l'Albatros à sa Fille Nagalïéw et à Minouska
La chatte : "Il y a des étoiles au delà de L'Infini..." Chante TAY La chouette effraie en direction des Enfers et de Bâal le démoniaque...

" Étrange phénomène... A venir.. Une nouvelle composition de Without You, Ma Douce Lilith..." Mal l'ensorceleur regarde Bastet et lui dit :

"Si tu veux rejoindre Hector, Ma Belle Fille... Je n'y vois aucune objection... Je n'ai jamais été aussi barbare envers ta mère... Tu peux même partir avec ton père Adam, Le code de L'Honneur a plus de valeur que la brisure du Temps..."

Lilith regarde sa fille : "La mort est un souvenir de mon présent; je ne puis venir m'excuser auprès des hommes et des elfes... Leur Jugement serai autre que celui Mâl et je pense que malgré la bonté de ton père, Bastet... Dis lui que tu es la plus belle des manière qui soit... Je ne peux retourner dans votre monde et c'est ici que je suis chez moi... Je ne prendrai pas part à la guerre des sorcelleries: Je suis lasse et le fais d'avoir revu ton père à changer mon âme..."

"Lilith... Pardonne Moi... Et toi; Bastet, je mérite ta Haine et je promets de protéger Hector dans ce duel face à Baal... Je vais arrêter mes incantions contre Antinéa..."

"Tu as tuer Luciole, Le Mauvais que tu es !" crie Bastet contre Mal...

"Non... Je l'ai offert à Baâl... Mais, il est toujours en vie... Tu dois rejoindre les Dragons... Et en cela, tu dois défier mon Fils
en présence de Antinéa..." Réponds Mal l'Ensorceleur...

"Que veux tu en échange, Vil Serpent..."

"Si je me livres à tes chaines, m'accorderas tu de permettre à ta mère de venir me parler malgré mon châtiment..."

"Non..." S'exclame Bastet mais elle entends un cri de colère contre Elle. Ce sont Nephtys et Rhadamente...

"La Justice des enfers ne peut aller à l'encontre de cet amour... Ils sont des amants maudits tel Un Roméo et une Juliette...
Et puis, tu dois penser à Luciole... Et puis, nous sommes devenus esprits des enfers à présent... C'est notre quotidien..."

"Et mon mariage... Oui, j'ai souhait à devenir épouse... Je suis la conscience du devenir... Me voici tel que vous, ma Mère...
Je suis prête à l'avance de la masculinité... Je n'en puis d'être dans cet aspect de platonique, je veux être ..." dit Bastet
en jetant regard sur Lilith

" Une Sweet Escape, Ma fille... A ton aise, tu as raison; je suis ton Octavie... J'accepte de me marier à ce goujat de Baäl...
Je ne suis pas du genre à m'attendrir devant le remord... Le fils comprendrai le piège... Tu es sournoise, ma fille Bastet..."
ricane Lilith...

" Annonce à Baal, chère Nephtys... Que je lui accorde la Main de ma Mère et que celle ci est soumise à ma décision... A présent, Mâl l'ensorceleur pense tu vraiment que je puisse avoir une quelconque émotion sur ton sort..."

Il la regarde et lui donne un sourire... L’amertume n'est pas une mesure de culpabilité dans son esprit... Tu sais et elle sait...
L'infini des aspects est tel que Demain restera demain... Il croyait le faire réagir mais Yahvé resta dans son grand silence...

"Très bien, Bastet... Fini la plaisanterie... Ta mère épouseras Mon Fils et Toi, Rejoins tes amis avec ton père... Je tiendrai ma promesse... Je vais vous rendre Luciole... Si mon fils est incapable te conquérir ton coeur; moi je me soumettrai à ta haine:
Ainsi tu finiras par m'aimer... Dans le désert je te trainerai tout comme Lot fit avec ses filles..."

Lilith resta muette comme une statue de sel... Elle était devenue source des mirages des pouvoirs... Elle était devenue Octavie... Cela lui ouvrait un horizon bien plus radieux qu'ils ne pouvaient imaginer... Tel le Lotus, elle pouvait renaitre dans un autre attrait du Moteur Immobile ou de Dieu...

" Они нас всех ненавидят!
Смертную казнь всем детям дьявола, что заливают кровью наши города в попытке запугать и посеять смуту!
Ils nous haïssent tous ! La peine de mort pour tous les enfants du diable, qui verse le sang de nos villes pour tenter d’intimider et de semer la discorde ! " s'écria une paysanne vers un pourtour... La Faim les affamait tous et aucun d'entre eux malgré L’intérêt commun, ne parvenait à discerner la lueur de raison devant ce siège qui s'éternisait.

La ville de Fézia pleurait sous le regard de la lune rouge; aucune pluie ne venait étancher leur soif. Aucun d'entre eux n'étaient prêt à entendre la moindre clameur de foi... Ils se croyaient abandonner du destin et même la discorde leur était source de souffrance...

Seth restait là... Il ressentit que le moment était d'agir avec le soi... Il devait agir en groupe limité et parvenir à créer un mouvement de frénésie dans l'armée des Orcs et des Démons... Pour cela, il devait faire appel à se qui c'était jurer de ne jamais employer sur ce monde d'Accueil...

Alors, il appella Fenrir, Brouillard, Yanis, Hector, Antinéa, Force de Tyria, Hermine Blanche de Syvia, Police la Coatie et Eyodeleiw le dragon de feu... Il leur dit de prévenir Piquelle la Mouette ainsi que l'ensemble des mondes connus et engloutis.

"Il me dois une dette..." leur dit il
Un vent fit entendre une voix douce et infantile...
"Je suis avec toi, mon époux... Le Livres des Morts... Voilà une chose qui arrive au meilleur des moments !"

Sans le savoir, Seth le Maléfique allait bouleverser le scénario établi par Bastet et Mal l'ensorceleur au sujet du mariage
de Bâal et Lilith...

" Je suis ce Rê qui brille la nuit,
tout homme qui est à sa suite vit dans la suite de Thot
et fait des apparitions comme le grand Horus céleste.
Je suis venu à toi mon père Rê,
j’ai parcouru l’espace céleste et je suis parvenu
à cet Ancien aux limites de l’horizon et je l’ai écarté.
Mon âme respecte la crainte
que tu inspires et honore ton prestige.
Je suis devenu quelqu’un qui transmet les ordres de Rê dans le ciel.
Montre toi, Dieu Jaloux, Universel et Unique...
Dans la clarté de La nuit, la Lune soulève tes pas de chacal
et Le Vent emporte tes plumes divines dans la clarté
de l'Astre Divin... Je me fais à ton Image car tout comme
Toi, Je suis Jaloux et Universel...
Montre toi, Yahvé... Et je te montrerai mon silence... Celui que
tu entends à travers mes prières et connu de toi seul.
Je les ferai universel à ton Nom comme Autrefois Père du Destin..."

Alors, l'impensable se fit devant le monde de La Contre, Une
Aurore Boréale Divine se fit devant le Blasphème de Seth le Maléfique...
Et d'une voix, elle parla vers lui et ceux qui l'entouraient am"e"is et ennemi"e"s.

"Rien n'est établi,... Seule l'essence est source d'inspiration et la cellule ne vient
pas de la chair: elle se construit par la conscience et la connaissance,
dans la nudité tout comme dans l'armure, je suis établi en charge de la responsabilité
de la conception, de l'Immaculé et de la valeur... Morale et éthique, Je suis...
j’envoie toujours des Anges semer ma colère et la Mort; mais en cet instant;
je suis d'une humeur à faire entendre la conscience même de mon image...
Morale et Éthique, Je suis... Majuscule et Minuscule... Imaginé et Imaginaire...
tout en me montrant, je garde mon mystère... Marchez en votre Nom et soyez
dans l'espérance d'une conquête sur l'adversité...
et si cela t'amuse maléfique obscurantisme que tu es, chante cela:
Dresse-toi Rê !
Afin que tu engloutisses les vents,
Que tu avales la brise du Nord,
Que tu prennes au piège le jour,
Que tu respires Maât,
Et que tu vogues en barque vers le ciel inférieur !
Tu reviens rajeuni chaque jour car tu es cette image d’or sous les ombrages d’Itenou."
J'ai suffisamment entendu ces chants à travers mon existence pour reconnaitre
un Orphée d'un ... En bref, Seth... Si ton chant ne peut les séduire; tu pourra
les faire fuir..."

La voix s’interrompit... Mais l'Aurore Boréale demeura bien après le lever de soleil...
Elle les aveuglai où leur brulaient les yeux... Quelque chose les désengrenait...
Tout comme Fézia, ils étaient à nouveau en proie avec le doute de l'existence...
Et la Nouvelle de la Rupture entre Bastet et Baal ainsi que la répudiation de Lilith
par Mâl l'Ensorceleur déclencha des mutineries de clans et de meutes...

Et Ainsi, Par la Force de L'Aurore Boréale envoyé par Yahvé à Seth le Maléfique
qui ne l'est plus tout à fait depuis qu'il a présenté ses excuses à Nephtys aux
yeux de Toutes et Tous... Tous comprirent que dire Osiris avait commis
un adultère avec sa femme alors que c'était faux: cela était le plus pire des
mensonges qui soit, car il s'agit de la diffamation...

Alors tous les citadins libérés de la Ville de Fézia s’écrièrent:
" Éternel est L’Éternel..."

Croaw Croaw le Corbeau regarda le Ciel et vit que sa présence était toujours là...
Il avait décidé de remettre certaine chose en place dans les enfers...

"Éternel est L’Éternel tout comme la Nature du chant des étoiles...!"
Chanta le Corbeau sous forme de croassement...

"Je suis heureux pour eux car dans cette naïveté de monde; je sens une espérance que je
peux vous transmettre, Vous, Peuples de La Terre et d'autres Mondes de L'infini et des Étoiles...
Mais rassurez vous, L'Histoire n'est pas encore fini: Elle est inspiré de la philosophie Laïque..."
Dit Monsieur Tignard Yanis aux enfants et Adultes de la Bibliothèque de Toulouse...

yanis la chouette

Messages : 408
Date d'inscription : 24/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Augusta Holmès, Y'becca, Le Féminin et L'Orchidée

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum