Ἐλευσίνια Μυστήρια, Mystère, Assemblage ou EUROPE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ἐλευσίνια Μυστήρια, Mystère, Assemblage ou EUROPE

Message par yanis la chouette le Jeu 4 Mai - 11:57

NON à L'ESCLAVAGE
NON AUX TORTURES ET VIOLS QU'ILS SOIENT MORALES ET PHYSIQUES...
"RÉBELLION CONTRE LES DIEUX L'HOMME VEUT NOUS ASSOUVIR PAR LE TEMPS"
DIT MOONCHILD à TAY LA CHOUETTE EFFRAIE.


Mystère est un terme qui peut désigner :

Un rite ou enseignement mystique, caché à ceux qui n'y sont pas initié.
Le mystère, le plan divin de salut conçu par Dieu de toute éternité, et révélé par Jésus-Christ, dans la religion chrétienne.
Un mystère, un dessert glacé.
Mystère II, Mystère IV, Super Mystère, Mystère 20, Mystère-Falcon, des avions de la marque Dassault.
Une énigme en littérature, comme dans le roman policier ou un thriller,

Culture

Le mystère (ou mistère), un genre théâtral médiéval.
Le Mystère, un projet artistique inachevé du compositeur Alexandre Scriabine (1903)
Mystère, un film de Carlo Vanzina sorti en 1983.
Mystère, un spectacle du Cirque du Soleil (1993).
Mystères, une émission de télévision française des années 1990.
Mystère, un feuilleton de l'été 2007 de la télévision française TF1 avec Toinette Laquière, Lio, Babsie Steger, Marisa Berenson
Mystères, un livre de Knut Hamsun (1891).
Mystères, une série de romans d'Enid Blyton.
Un mystère, une collection policière française publiée entre 1949 et 1966 par les Presses de la Cité qui connaît un prolongement par deux séries successives baptisées Mystère de 1966 à 1973.
Mystère, une chaîne de télévision québécoise maintenant connue sous le nom de AddikTV.

Voir aussi

Les Mystères d'Osiris du mois de Khoiak (Égypte antique), des journées destinées à commémorer le martyre d'Osiris.
culte à mystères, forme de culte initiatique antique.
Les Mystères d'Éleusis, un culte à mystères propre au temple Déméter à Éleusis.
Mystères joyeux, Mystères douloureux, Mystères glorieux et Mystères lumineux, quatre cycles de prières catholiques constituant le rosaire.
Le Mystère des voix bulgares, un qualificatif accolé à des chansons issues de la tradition bulgare.
Mystères de Lisbonne, un film réalisé par Raoul Ruiz en 2010.
Mystères à Santa Rita, le titre français du feuilleton télévisé américain Second Chances (1993-1994) et de sa suite Hotel Malibu (1994) du réseau CBS.

--------------------------------------

Assemblage (art)

L'assemblage est un procédé artistique qui consiste à assembler divers objets découverts par l'artiste et mis en scène par celui-ci dans le cadre d'une composition en trois dimensions.

Picasso réalise ses premiers assemblages avec la série des "guitares" en 1912 ; tandis que Marcel Duchamp invente le « ready-made » ("Roue de bicyclette", 1913). Puis les dadaistes créent des assemblages à partir de 1914, avec Jean Arp et ses "reliefs" (Der Hirsch, 1914 ; Trousse d'un Da, 1920-21, constituée de bois flottés récupérés, MNAM, Paris) et en 1919 Marcel Janco avec ses "masques" du Cabaret Voltaire ou Kurt Schwitters. Le russe Vladimir Tatline, créé également des reliefs picturaux" et contre-reliefs" dès 1914 et Jean Pougny des Compositions en 1915. La première femme à travailler sur les assemblages fut Elsa von Freytag-Loringhoven, la baronne du Dada, suivie de Louise Nevelson qui commença à créer ses sculptures à partir de pièces de bois récupérés vers la fin des années 1930. Les surréalistes, tels que Man Ray, Max Ernst, Victor Brauner ou Joseph Cornell pratiquèrent aussi l'assemblage.

Simon Hantaï introduit à partir de 1952 des ossements (arrêtes de poisson, crâne) sur ses toiles ; tandis que Jean Dubuffet a commencé à créer des assemblages à partir d'août 1953 et les mois suivants1, puis de nouveau en février 1955 et les mois suivants2, en utilisant des éléments végétaux (écorce) et également animaux (ailes de papillons) dénommés assemblages d'empreintes, où cette expression est pour la première fois employée dans ce sens.

Du 2 octobre au 12 novembre 1961, l'exposition "The Art of Assemblage" (l'art de l'assemblage), organisée par William Seitz avec la collaboration active de Pierre Restany, se tient au MoMA à New York. On y trouve le travail de plus de cent cinquante artistes3, originaires d'Europe, depuis le début du XXe siècle, comme Braque, Dubuffet, Marcel Duchamp, Picasso, Kurt Schwitters ou plus récents comme Daniel Spoerri, Wolf Vostell et Joseph Beuys, mais aussi américains comme Man Ray, Joseph Cornell et Robert Rauschenberg avec ses "combines", en incluant aussi des artistes "assembleurs" moins connus de la côte Ouest, comme Edward Kienholz, George Herms et Bruce Conner. William C Seitz, le commissaire de l'exposition, décrit les assemblages comme étant réalisés à partir des matériaux naturels ou manufacturés, des objets, entiers ou non, qu'on ne pourrait considérer comme des matériaux d'art4.

Niki de Saint Phalle, qui participe également à cette exposition, expose en particulier le tableau Tu est moi (sic), technique mixte, composée de rasoirs, d'un marteau, de ciseaux, d'un pistolet, 19603, que Seitz choisit pour sa collection personnelle5. Une exposition intitulée En joue! Assemblages & Tirs (1958-1964) réunit les assemblages de Saint Phalle en 2013 à la Galerie Vallois à Paris6. Le catalogue rédigé par Catherine Francblin porte le même titre 7
Artistes ayant créé des assemblages

Louise Nevelson (1899 - 1988), une artiste américaine, connue pour ses boites expressionnistes abstraites reliées pour former une nouvelle création. Elle utilise des objets trouvés ou des objets délaissés de la vie de tous les jours dans ses assemblages8
Joseph Cornell (1903 - 1972), qui a vécu à New York, est connu pour ces boites délicates, fermées par une vitre, dans lesquelles il collectionnait des objets, des images de peintures de la renaissance et vieilles photographies. Beaucoup de ces boites, comme les fameuses boites "Medici Slot Machine", sont interactives et nécessitent d'être portées9.
John Chamberlain (1927) est un artiste de Chicago, connu pour ses sculptures d'épaves soudées de voitures.
Wolf Vostell (1932-1998) est célèbre pour son assemblage avec télévision. La Chambre noire10
Betye Saar (1926) est une artiste de Los Angeles qui est célèbre pour son assemblage autour de Tante Jemima.
Bernard Pras, artiste charentais (France), qui est célèbre pour notamment pour son portrait : Albert Einstein tirant la langue.
Armand Avril 1926, artiste lyonnais. Il est connu pour ses assemblages avec des bouchons de champagne découpés installés dans des Casses, ou mêlés à des épingles à linge pour former des compositions souvent intitulées La Mer à Cassis11
Markus Meurer (1959), un artiste allemand, qui transforme des matériaux trouvés en objets figuratifs.
Mohammad El Rawas (1951), un artiste libanais qui développe une pratique basée sur des constructions de balsa, d’aluminium et de cordes superposées sur des toiles. Pour ces œuvres complexes, il utilise de nombreuses références à la culture populaire (manga, comics) de même que des œuvres des maîtres comme Las Meninas de Diego Velázquez.

Bibliographie

Gaétan Picon, Jean Dubuffet et François Mathey, Rétrospective Jean Dubuffet, Paris, Éditions Musée des arts décoratifs, 1961, 398 p.
Collectif Grand Palais, Niki de Saint Phalle, Paris, RMN, 2014, 367 p. (ISBN 978-2-7118-6151-4).
catalogue établi à l'occasion de l'exposition au Grand Palais Paris, et de l'exposition au musée Guggenheim (Bilbao) avec la participation de la Niki Charitable Art Foundation de Santee (Californie).

Notes et références

↑ Picon Dubuffet Mathey 1961, p. 146
↑ Picon Dubuffet Mathey 1961, p. 173
↑ a et b Camille Morineau et al 2014, p. 257.
↑ William C. Seitz, The Art of Assemblage, Doubleday (1962)
↑ Émilie Bouvard conservatrice du Musée Picasso à Paris dans Camille Morineau et al 2014, p. 55.
↑ quelques exemples d'assemblages [archive]
↑ Catherine Francblin, Michelle Grabner, Norber Nobis et Jacques Villeglé, En joue ! Assemblages et tirs 1958-1964, Paris, Galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois, Fondation Ahlers Pro Arte, 2013 (ISBN 978-2-954-28711-9)
↑ Biographical Note, The Louise Nevelson Papers [archive], Archives of American Art, Smithsonian Institution.
↑ Deborah Solomon, Utopia Parkway: The Life and Work of Joseph Cornell, New York: Farrar, Straus & Giroux (1997).
↑ Wolf Vostell, La Chambre noire, 1958 [archive]
↑ au musée des beaux arts de Lyon [archive]

AINSI

Assemblage peut avoir plusieurs significations, selon le domaine d'activité concerné :

En mécanique, l'assemblage mécanique consiste à assembler des pièces.
En viticulture, l'assemblage est un procédé consistant à assembler des vins de différents cépages, cuvées, ou des eaux-de-vie.
En biologie :
l'assemblage est une méthode qui permet d'obtenir à partir de deux séquences d'ADN possédant une partie commune (séquences chevauchantes) une séquence d'ADN unique d'une longueur supérieure à celle de chacune des deux séquences.
l'assemblage est une technique de bio-informatique permettant l'alignement et/ou la fusion de fragments d'ADN ou d'ARN issus d'une plus longue séquence, afin de reconstruire la séquence originale.
En informatique, l'assemblage est une méthode de programmation.
En imprimerie, l'assemblage consiste à assembler des cahiers préalablement pliés, des feuillets, ou des films plastiques.
En arts plastiques, l'assemblage est un procédé de réalisation en trois dimensions qui consiste à assembler différents objets trouvés. À distinguer du collage, qui s'élève en plus ou moins faible relief ; le papier collé est un collage parmi d'autres.
En archéologie, un assemblage (en) consiste en l'ensemble des vestiges de l'activité humaine, collecté dans un endroit précis (site archéologique, niveau archéologique, etc.),
En ingénierie nucléaire, l'assemblage combustible d'un réacteur à eau ordinaire est constitué d'un ensemble de « crayons » contenant le Combustible nucléaire (uranium enrichi, MOX).
En charpenterie, l'assemblage consiste à assembler les pièces d'une charpente.
En menuiserie, un ouvrage d'assemblage désigne toute menuiserie composée de plusieurs pièces assemblées à tenons et mortaises, et qui renferment des panneaux qui y sont embrevés.
En cartographie, un tableau d'assemblage représente la division d'un ouvrage en différentes feuilles.
En musique, Assemblage est le titre d'un coffret du groupe The Cure regroupant au format CD les douze premiers disques de ce groupe.

GROUPEMENT OSMOSE PAR PAULHIAC CELINE ET BRIAND THOMAS AVEC ALEX ET TAY ...

RAPPORT DE
Y'becca

_________________
Kounak le chat....

yanis la chouette

Messages : 408
Date d'inscription : 24/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ἐλευσίνια Μυστήρια, Mystère, Assemblage ou EUROPE

Message par yanis la chouette le Jeu 4 Mai - 11:58

Mystères d'Éleusis
Déméter remettant à Triptolème les graines sous les yeux de Coré. Musée national archéologique d'Athènes.

Dans la religion grecque antique, les Mystères d’Éleusis (en grec : Ἐλευσίνια Μυστήρια) faisaient partie d'un culte à mystères, de nature ésotérique, effectué dans le temple de Déméter à Éleusis (à 20 km à l'ouest d'Athènes). Au cours de leur évolution, les mystères d'Éleusis se sont ouverts d'abord à tous les Grecs, puis à tout homme ou femme, libre ou esclave, parlant grec. L'initiation comportait plusieurs degrés. Ces mystères étaient traditionnellement consacrés non seulement à Déméter et à sa fille Perséphone, mais aussi à Hadès, c'est-à-dire aux divinités de la terre et des morts, ainsi qu'à Dionysos sous son nom favori d'Iacchos auquel il a été assimilé1,Note 1 ; Dionysos était en effet intimement mêlé à la vie de la terre et de la végétation, et dans les rituels des Anthestéries et les fêtes des Halôa en Attique, il était associé aux divinités proprement chtoniennesNote 2. Les mystères d'Éleusis représentent une des formes les plus élevées de la spiritualité grecque, et leur fortune a été considérable durant des siècles, dans l'ensemble du monde antique.

Origines mythologiques et historiques du culte
Le mythe

Selon la mythologie grecque, Hadès enleva Perséphone, au cours d'une cueillette de fleurs dans les prairies d'Enna (Sicile), pour l'épouser et en faire la reine des Enfers. Les cultures cessèrent de croître dans les champs alors que Déméter parcourait le monde à la recherche de sa fille. Un jour, alors qu'elle errait sur les terres de Grèce sous les traits d'une vieille mendiante, elle entra dans la cité d'Éleusis et demanda l'hospitalité. Le roi du pays l'accueillit avec une grande générosité et, en reconnaissance, la déesse dévoila sa véritable identité et récompensa ses bienfaiteurs : elle leur dévoila ses mystères et la maîtrise de l'agriculture, et les princes d'Éleusis furent dès lors chargés d'administrer son culte2.

Par la suite, Déméter retrouva Perséphone qui ne put être entièrement libérée des Enfers, puisque ceux qui mangent la nourriture des morts ne peuvent retourner chez les vivants et que Perséphone avait mangé six pépins de la grenade (fruit associé au mariage) offerte par Hadès. Zeus décréta toutefois que Perséphone passerait la moitié de l'année sur terre (durant la saison des cultures) avec sa mère et le reste de l'année (l'hiver) en compagnie d'Hadès.
Évolution historique

L'origine historique des mystères d'Éleusis est très ancienne : ils sont sans doute venus de Crète à date préhellénique3, sans qu'il soit possible pour autant d'affirmer que tout fût crétois à Éleusis, et sans exclure non plus des enrichissements achéens et helléniques, car à Éleusis tout est composite4; le nom même d'Éleusis (Ἐλευσίς) doit être rapproché du nom de la ville crétoise d'Éleutherna, de Ἠλύσια et de Εἰλείθυια peut-être5 ; celui des divinités laisse aussi entrevoir leur origine préhellénique : le nom de Perséphone, dans ses diverses formes (Περσεφόνη, Φερσεφόνεια, Φερέφαττα, Πηρίφονα), présente des alternances qu'on ne peut expliquer d'après le système des langues indo-européennes. Le nom de Déméter comprend un premier élément d'origine préhellénique δᾶ dans ses diverses formes (Δαμάτηρ, Δαμμάτηρ, Δωμάτηρ, Δηώ, Δωίς) qui pourrait bien correspondre au grec γᾶ / γῆ, Terre . On peut donc imaginer à Éleusis un culte rustique rendu à ces deux déesses primitivement anonymes, et qui serait la continuation des rites agraires de la Crète minoenne6.

La cité d'Éleusis, à l'origine indépendante, finit par être englobée dans le synœcisme d'Athènes à une date qu'on ne peut indiquer avec précisionNote 3, et cette intégration facilita le développement des mystères en les rendant assez vite panhelléniques7. Devenus une fête religieuse de l'État athénien, les mystères furent alors dirigés par l'archonte-roi et un corps de quatre épimélètes élus par l’ecclésia, deux issus du peuple athénien, et deux des grandes familles nobles d'Éleusis, les Eumolpides et les Céryces8. Le monopole de l'initiation fut en effet probablement détenu d'abord par les membres de ces familles aristocratiques et sacerdotales9,8qui conservèrent toujours la surveillance du culte et l'intendance du temple10. L'existence de promotions et de grades au sein de l'initiation11 est précisément une survivance des anciens cadres issus de ces familles nobles qui fondaient ainsi leur autorité individuelle. Mais du moins la société religieuse cessa ensuite de se recruter dans un groupe social préétabli12. Les mystères d'Éleusis apparaissent ainsi comme la synthèse entre la tradition de rites secrets et des éléments d'une religion populaire et paysanne, issue d'un culte agraire : en attestent les fêtes des Éleusinia, restées assez primitives, et le rattachement, à la religion éleusinienne, des Thesmophories et des Halôa.

Dans cet héritage d'une vieille religion paysanne, une nouveauté importante apparut à Éleusis : la promesse d'immortalité13 ; l'initiation élevait à une éminente dignité ; elle eut donc pour effet de créer une société d'élus. L'idée d'immortalité s'orienta ainsi dans un sens individualiste, ce qui signifie qu'un privilège aristocratique se démocratisait :

« Heureux celui des hommes qui a vu ces choses ; mais celui qui n'a pas eu part aux sacrements, celui-là n'aura pas un sort égal dans les ténèbres de la mort. »

— Hymne à Déméter, vers 480 à 482.

Les pratiques immortalisantes avaient été un ancien privilège aristocratique, dont l'épisode de Démophon garde le souvenir14 ; communiquer ce privilège de princes à chaque initiéNote 4,15 représente bien une démocratisation des vertus religieuses. Les mystères, qui ne furent pas d'emblée accessibles à tous, s'ouvrirent finalement aux riches et aux pauvres, aux hommes libres comme aux esclaves, aux hommes et aux femmes. Quiconque était capable de moduler exactement les formules rituelles en grec et n’avait pas commis d’homicide pouvait être admis à participer aux rituels. Seuls les Barbares en étaient exclus, en souvenir des guerres médiques16, mais cette interdiction ne devait sans doute plus être en vigueur après les conquêtes d'Alexandre le Grand17. Cicéron dit qu'à son époque les mystères d'Éleusis exerçaient leur attrait jusqu'aux confins les plus reculés du monde18. La plupart des empereurs romains se feront d'ailleurs initier à ces mystères, et Hadrien reçut même les deux degrés de l'initiation19.
Le culte des mystères
Déméter et Perséphone accueillant une procession des mystères. Plaque votive en terre cuite peinte, milieu du IVe siècle av. J.-C. Musée national archéologique d'Athènes.

L’Hymne homérique à Déméter, qui retient seulement d'antiques légendes sur la formation du culte éleusinien20, est la principale source de données sur les rituels. Les rituels des mystères étaient toujours accomplis par les prêtres de Déméter. Parmi les plus connus d'entre eux, on retrouve Céléos et son fils Triptolème, à qui Déméter avait donné la tâche d'enseigner l'agriculture et de semer le blé sur Terre2. Ce prêtre avait aussi institué les Éleusinies, fêtes associées au culte. Parmi les autres premiers prêtres se trouvent Dioclès, Eumolpos et Polyxène2. On célébrait le culte dans le télestérion d'Éleusis. L'aspect principal de ce culte se construisait autour de la culture du blé et le cycle vie entreposage–semis–renaissance des cultures. Tous les initiés préservaient les secrets de la religion et croyaient qu'ils connaîtraient eux aussi une vie après la mort grâce à leur initiation à ces mystères. Comme la divulgation des rites était strictement défendue et qu’aucun auteur n’a trahi ce secret, aucun écrit ne documente avec précision les cérémonies.
Les Petits Mystères

Annuellement, il existait deux célébrations des mystères d’Éleusis : les Grands mystères et les Petits mystères. Ces derniers avaient généralement lieu au printemps, du 19 au 21 du mois d'Anthestérion, c'est-à-dire en février, et se déroulaient non pas à Éleusis mais Athènes dans le faubourg d'Agra, sous la présidence du hiérophante et de l'archonte-roi. Il est possible qu'à l'origine les mystères d'Agra étaient indépendants, et qu'Athènes ait eu intérêt à les relier à ceux d'Éleusis. Ces Petits Mystères étaient un préliminaire obligatoire. Un délai de six mois était requis avant l'initiation aux Grands Mystères. Les rites de cette préparation sont mal connus, seul un texte de Stéphane de Byzance évoque une imitation de l'histoire de Dionysos21.
Les Grands Mystères

Les Grands mystères duraient neuf jours, d’après la durée de l’errance de Déméter à la recherche de sa fille. En septembre, avant l’automne, le 19e jour du mois Boédromion, on se préparait aux cérémonies préliminaires qui se déroulaient à l’extérieur et qui sont donc mieux documentées. Avant l'initiation proprement dite, le myste devait procéder, dans un acte individuel et non collectif, aux rites de purification destinés à le laver de toutes ses souillures, c'est-à-dire sans doute baptême et sacrifice d'un porceletNote 5.

La première partie du rituel débutait par le départ des éphèbes qui quittaient Athènes pour Éleusis le 13 du mois Boédromion, et qui revenaient le lendemain, ramenant les objets sacrés, les ἱερά / hiéra, cachés dans les corbeilles. C'est la prêtresse d'Athéna qui recevait ces reliques sacrées dans l'Éleusinion, un sanctuaire au pied de l'Acropole22. Le 15 était consacré au rassemblement (ἀγυρμός) des mystes au Portique Pœcile : ils recevaient les instructions données par les mystagogues, et le hiérokéryx proclamait (πρόρρησις) les cas d'interdiction. Les mystères étaient interdits aux meurtriers et aux sacrilèges dont les mains étaient souillées, et à ceux qui, affligés d'un défaut physique, étaient de ce fait incapables de moduler correctement les formules rituelles23.

Le 16 de Boédromion était le jour de la lustration générale, au cri de : « À la mer, les mystes » (ἅλαδε μύσται). Les mystes (candidats dignes des mystères) se plongeaient dans la mer pour se purifier avant de procéder au sacrifice purificatoire d'un porcelet. Les deux journées suivantes étaient consacrées à une période de jeûne et de retraite24. Le 19, commençait la grande procession solennelle des mystes qui suivaient la statue d'IacchosNote 6, les hiéra et les prêtres en direction d’Éleusis, le long de la Voie sacrée. Le cortège faisait quelques haltes23. Au pont du Céphise, des spectateurs attroupés lançaient aux mystes brocards et lazzi25, survivance sans doute d'un vieux rite destiné à écarter le mauvais œil26,Note 7. Aux portes d'Éleusis, le cortège passait devant le palais de Crocôn, l'ancêtre d'une autre famille sacerdotale27, et les mystes entouraient alors leur main droite et leur jambe gauche avec des bandelettes couleur de safran (en grec ancien κρόκος)4,28. On arrivait à Éleusis vers le soir, toutes torches allumées. C'est alors qu'avait lieu, autour du puits Kallichoros, la cérémonie de la danse aux flambeaux, dite de l’Eikas / εἰκάς, ou « cérémonie du 20e jour », en hommage à Iacchos29.

Au cours des journées des 20 au 22 Boédromion, avaient lieu les rites secrets de l'initiation proprement dite, dont certains détails nous sont connus grâce aux nombreuses allusions rapportées par plusieurs auteurs. Dans l'enceinte sacrée du péribole, le prêtre sacrifiait solennellement à Déméter et à Korè. Le 21, dans le télestérion, le hall des initiations, après avoir rompu le jeûne en consommant le κυκεών / kykéôn, une boisson à base de lait de chèvre, de menthe et d'épicesNote 8(celle-là même qui, jadis avait restauré la déesse éperdue), les mystes se déclaraient inféodés à Déméter en prononçant la fameuse formule (σύνθημα) conservée par Clément d'Alexandrie30 :

« ἐνήστευσα, ἔπιον τὸν κυκεῶνα, ἔλαβον ἐκ κίστης, ἐργασάμενος ἀπεθέμην εἰς κάλαθον καὶ ἐκ καλάθου εἰς κίστην. »

« J'ai jeûné ; j'ai bu le kykéon ; j'ai pris dans le panier et, après avoir travaillé, j'ai déposé dans la corbeille, puis, reprenant de la corbeille, j'ai replacé dans le panier. »

De nombreux érudits31 ont forgé des hypothèses pour rendre compte du sens de ces rites secrets, en les expliquant tantôt par la consommation d'une portion de gâteaux, tantôt par la manipulation de simulacres d'organes génitaux, considérée comme un charme magique de rite de féconditéNote 9. Les secrets du monde inférieur étaient révélés aux mystes, secrets peut-être accompagnés de visions ou d'apparitions tantôt effrayantes, tantôt rassurantes32. Puis, les épis de blé étaient consacrés, les mystes recevaient des révélations des initiés et accédaient au salut et à la vie après la mort.
L'initiation
Les participants

Ils étaient constitués des mystes, les nouveaux candidats à l'initiation qui participaient aux mystères pour la première fois, des mystes initiés y retournant une seconde fois pour passer à un niveau supérieur, des époptes (ἐπόπτης) qui étaient passés au plus haut degré d'initiation, et des prêtres qui présidaient aux rites. Parmi ceux qui dirigeaient la cérémonie, on trouvait quatre ministres : le premier dignitaire était le hiérophante Eumolpide, prêtre qui révélait les choses sacrées ; choisi à vie, il avait la surveillance des objets sacrés, les ἱερά qui étaient la propriété de sa famille, et qu'on transportait d'Athènes à Éleusis lors de la grande procession. Il avait aussi la garde des lois non-écrites du sanctuaire dont il était le seul exégète33. La prêtresse de Déméter, également désignée à vie, était issue de la famille sacerdotale des Philleides, et était égale en dignité avec l'hiérophante34. Son second en dignité, le dadouque, était le chef des hérauts sacrés, des porteurs de flambeaux, et à ce titre avait la charge de porter la double torche pendant la veillée sacrée17 ; le hiérokéryx / ἱεροκῆρυξ, présent pendant toute l'initiation, devait faire respecter le silence religieux17 ; il y avait aussi un Assistant (dont le costume symbolisait la lune), et des prêtresses. L'archonte-roi d'Athènes était le surintendant de la cérémonie. La cérémonie était également dirigée par une multitude de prêtres subalternes répartis en différentes classes. Le mystagogue (μυσταγωγός), l'introducteur, avait pour fonction de faire entrer le myste dans un monde social et spirituel nouveau, car la société des initiés forme une société de purs, de saints, des ὅσιοι.
Les rites éleusiniens

Ce qui se passait pendant l’initiation aux mystères devait rester secret : cette loi du silence, prescrite aux initiés, est mentionnée dans l’Hymne à Déméter qui évoque « les beaux rites, les rites augustes qu'il est impossible de transgresser, de pénétrer, ni de divulguer »35 ; mais nous en savons quelque chose par les allusions des auteurs antiques. D'après Aristote, on ne dispensait pas aux futurs initiés un enseignement proprement dit ni un corps de doctrines, mais l'initiation consistait à éveiller chez eux des sentiments et un état d'âme : « Les initiés n'ont pas à apprendre, mais à recevoir des impressions et à être mis dans certaines dispositions, après y avoir été convenablement préparés36. » Des chrétiens, notamment Clément d'Alexandrie dans son Discours aux Gentils, ou encore Arnobe37, Théodoret, et saint Hippolyte38 en ont parlé de façon polémique mais, comme le souligne l'helléniste Fernand Robert, leurs critiques n’auraient eu aucun impact si elles n’avaient pas reflété la réalité.

Les procédures rituelles étaient à la fois de purification, d'introduction et de consécration. Elles étaient essentiellement lustratoires, par le sacrifice du cochon de lait et l'emploi de la peau de bélier (Διὸς κῲδιον)39. Le cérémonial mystique d'Éleusis impliquait des rites comprenant la prononciation de certaines paroles. Nous possédons le texte de la formule que prononçait le myste après avoir bu le kykéon40. La communion que représente l'absorption du kykéon (ou cycéon) vise à produire une consécration individuelle. Cette formule s'accompagnait de l’accomplissement de certains gestes ; un des points culminants de l'initiation consistait dans le geste du hiérophante, présentant un épi de blé nouvellement moissonné ; parmi les objets du culte figure le plateau à godets éleusinien appelé κέρνος / kernos, le même que celui trouvé dans les fouilles de Crète, et qui souligne l'origine crétoise du culte4 ; des représentations liturgiques évoquant la légende de Déméter et Coré impliquaient sans doute, pour figurer les hiérogamies, le mariage sacré entre le hiérophante et une prêtresse, car qui dit mystères, dit union sexuelle avec la divinité41. Ce symbolisme sexuel (σύμβολον) fait entrevoir une antique organisation hiérarchique. Le hiérophante, revêtu du costume royal7, appartenait au génos des Eumolpides, famille aristocratique et sacerdotale, et la prêtresse de Déméter, au génos des Philléides (Φιλλεῖδαι) : leur hiérogamie traduit l'image d'un couple royal donc divin7. À un moment critique de la cérémonie religieuse, le hiérophante faisait retentir un objet de métal appelé en grec ancien ἠχεῖον / ècheion, « résonateur (d'un tambourin) » ou selon d'autres, « bassin de cuivre »42. Or, on sait par ailleurs qu'entrechoquer des objets métalliques, en particulier des armes, passait pour avoir la vertu de mettre fin à la sécheresse43.
Interprétations modernes

Certains auteurs contemporains44 ont supposé l'idée d'une consommation contrôlée de grains de blé fermentés ou contaminés par l'ergot de seigle préparée par les convertis, prêtres, aux mystères 45. Le carpophore de l'ergot de seigle contient un hallucinogène proche dans sa nature de celui du LSD, l'acide amide lysergique, c'est d'ailleurs en travaillant à l'élaboration de médicaments ayant les mêmes propriétés médicales que l'ergot (Ergotamine, Ergométrine...), qu'Albert Hofmann le découvrit par erreur dans un premier temps et accidentellement en absorba une infime quantité qui s'avéra riche en expériences. On peut voir sur les gravures relatant les mystères d'Éleusis ou en rapport avec eux, des représentations de personnages sacrés portant à la main des gerbes de blé ou de seigle parasités par le champignon de l'ergotNote 10. Certains ethnobotanistes pensent alors au fameux Soma des chamanes du Nord et indo-asiatiques[réf. nécessaire]. Walter Burkert rejette cette hypothèse d'abord du fait de l'absence de preuves, ensuite parce que l'intoxication par l'ergot de seigle est décrite comme un état déplaisant et non euphorique, aussi parce que les initiations impliquaient des milliers de participants et s'accordent mal avec l'expérience individuelle et isolante que l'on constate dans la prise de drogue46.
Inscription des comptes des épistates éleusiniens et des trésoriers de Déméter et de Korè, datés de 329/8 av. J.-C. (IG II² 1672) (Musée épigraphique d'Athènes).
Bibliographie
Textes éleusiniens (Éleusinia)

Trad. et texte grec d'écrits éleusiniens (dès 610 av. J.-C. avec l’Hymne homérique à Déméter) : Giorgio Colli, La sagesse grecque, L'éclat, t. I : Dionysos, Apollon, Éleusis, Orphée, Musée, Hyperboréens, Énigme, p. 92-115.
Hymne homérique à Déméter (610 av. J.-C.) Lire en ligne [archive] Document utilisé pour la rédaction de l’article
Nombreuses citations chez Victor Magnien, Les Mystères d'Éleusis. Leurs origines, le rituel de leurs initiations, Payot, 1929, 3° éd. 1950 Lire en ligne [archive]

Études

Paul Foucart, Les Mystères d'Éleusis (1914), Pardès, 1992, 508 p.
Georges Méautis, Les dieux de la Grèce et les mystères d'Éleusis, PUF, 1959.
Robert Turcan, « Les Mystères d'Éleusis, la quête du bonheur suprême » dans Religions & Histoire n° 24, Jan. - Fév. 2009, Éd. Faton, 2009, p. 26 à 35.
Armand Delatte, Le Cycéon, breuvage rituel des mystères d'Éleusis, Les Belles Lettres, 1955 (Lire la présentation en ligne [archive])
Charles Picard, « L'épisode de Baubô dans les mystères d'Éleusis », Revue d'Histoire des Religions, 1927, vol. I ; autre article du même auteur dans cette même Revue en 1929, vol.I, page 9 sqq.
Louis Séchan et Pierre Lévêque, Les Grandes Divinités de la Grèce, Paris, E. de Boccard, 1966, 438 p., p. 135 à 161 Document utilisé pour la rédaction de l’article
Louis Gernet et André Boulanger, Le Génie grec dans la religion, Albin Michel, coll. « Évolution de l'humanité », 1970, p. 110 à 118 : « L'évolution des Mystères »
Pierre Boyancé, « Sur les mystères d'Éleusis », Revue des Études grecques, no 75,‎ 1962, p. 460-482.
Pierre Roussel, « L'initiation préalable et le symbole éleusinien », Bulletin de correspondance hellénique, vol. 54, no 1,‎ 1930, p. 51 à 74. (lire en ligne [archive]) Document utilisé pour la rédaction de l’article
Le chimiste Albert Hofmann, qui synthétisa le LSD, ainsi que Robert Gordon Wasson et Carl A. P. Ruck publièrent une étude sur les plantes utilisées dans les Mystères d'Éleusis : The Road to Eleusis : Unveiling the Secret of the Mysteries, Harcourt, Brace, Jovanivich, New York, 1978.

Fiction

Le Mystère d'Éleusis, troisième tome de la série romanesque Titus Flaminius.
Dans Mémoires d'Hadrien, autobiographie imaginaire de l'empereur éponyme, Marguerite Yourcenar fait évoquer par son narrateur son initiation au culte d'Éleusis, ainsi qu'à d'autres pratiques ésotériques grecques et orientales.
Dans le Symbole Perdu de Dan Brown, l'auteur fait référence aux mystères d'Éleusis en disant que Socrate, voulant garder son droit de libre parole, avait toujours refusé de participer formellement aux mystères d'Éleusis.
Dans le jeu Titan Quest par THQ, où l'on peut traverser une zone représentant « la vieille cité d'Éleusis ».
Dans le jeu de rôle Nephilim, les Mystères d'Éleusis sont une composante de l'Arcane mineure de l'Épée, les Mystères du Septentrion, qui a récupéré une des 22 Lames Majeures d'Akhenaton et construit un culte autour de Perséphone pour cacher son secret. (Cf. Nephilim Révélations - Les Arcanes Mineures).
Dans Le Palimpseste d'Archimède, roman écrit par Éliette Abécassis et paru en 2013, les Mystères d'Éleusis sont au cœur de l'intrigue.

Annexes
Articles connexes

Culte à Mystères
Dadouque
Éleusis (jeu)
Hydrie des mystères d'Éleusis

Liens externes

Daremberg et Saglio [1] [archive]

Notes

↑ Au son de la flûte, le chœur des initiés éleusiniens invoquent Iacchos avant Déméter : voir Aristophane, Les Grenouilles, vers 324 à 353.
↑ Les Mystères de Lerne étaient déjà consacrés au couple Dionysos-Déméter, et à Delphes, la déesse a Dionysos pour parèdre, comme le signale Pindare dans la VIIe de ses Isthmiques, au vers 5.
↑ Louis Séchan et Pierre Lévêque 1966, p. 146 indiquent le dernier tiers du VIIe siècle av. J.-C. mais d'autres auteurs ne se prononcent pas.
↑ L'idée selon laquelle l'immortalité correspond à un privilège social réservé aux princes est nettement exprimée chez Pindare, Olympiques, 58 sq.
↑ Nous ne connaissons pas suffisamment les rites qui étaient accomplis dans cette partie des Mystères. Un sacrifice est représenté sur l'urne Lovatelli et sur le sarcophage de Torre-Nova, où Pierre Roussel, (op.cit.) reconnaît l'initiation préalable d'Héraclès.
↑ On invoquait ce jeune dieu avec des chants pleins de ferveur que rapporte Aristophane dans Les Grenouilles, vers 316 à 353.
↑ On appelait cette coutume le géphyrisme, du grec γεφυρισμός.
↑ Dans l'Hymne homérique à Déméter, vers 208 et 209, il est question d'une boisson faite de farine, d'eau et de menthe.
↑ Voir les explications détaillées chez Séchan et Lévêque 1996, p. 151-152.
↑ Art grec du VIe siècle au IVe siècle av. J.-C. représentation de Déméter, Perséphone, Triptolème.

Références

↑ Gernet et Boulanger 1970, p. 110.
↑ a, b et c Hymne à Déméter, 474-477 ; Aristophane, Les Grenouilles, 384.
↑ Diodore de Sicile, Bibliothèque historique [détail des éditions] [lire en ligne [archive]], V, 77, 3 ; Gernet et Boulanger 1970, p. 112.
↑ a, b et c Notice de Jean Humbert aux Hymnes d'Homère, éd. des Belles Lettres, 1959, p. 26 à 29.
↑ Notice de Jean Humbert aux Hymnes d'Homère, éd. des Belles Lettres, 1959, p. 28.
↑ Notice de Jean Humbert aux Hymnes d'Homère, éd. des Belles Lettres, 1959, p. 31.
↑ a, b et c Gernet et Boulanger 1970, p. 113.
↑ a et b Aristote, Constitution d'Athènes, 57.
↑ Paul Foucart, Les Mystères d'Éleusis[réf. incomplète], p. 144.
↑ Séchan et Lévêque 1966, p. 147.
↑ Paul Foucart, Les Mystères d'Éleusis, p. 297 et 432.
↑ Gernet et Boulanger 1970, p. 113-115.
↑ Gernet et Boulanger 1970 p. 116-117.
↑ Hymne à Déméter, 233 sq.
↑ Gernet et Boulanger 1970, p. 117.
↑ Isocrate, Panégyrique, 157.
↑ a, b et c Séchan et Lévêque 1966, p. 148.
↑ Cicéron, De natura deorum, I, 119.
↑ Dion Cassius, Histoires romaines, 69, 11.
↑ Gernet et Boulanger 1970, p. 111.
↑ Séchan et Lévêque 1966, p. 149.
↑ Plutarque, Vies parallèles [détail des éditions] [lire en ligne [archive]], Phokion, 28.
↑ a et b Séchan et Lévêque 1966, p. 150.
↑ Aristote, Constitution d'Athènes, 56, 4 ; Voir Paul Foucart, op. cit., p. 317 et 320.
↑ Strabon, IX, 1, 24 ; Hésychius, s.v. Γεφυρίς et Γεφυρισταί.
↑ William Keith Chambers Guthrie, Les Grecs et leurs dieux, Payot, 1956, p. 318.
↑ Pausanias, Description de la Grèce [détail des éditions] [lire en ligne [archive]], I, 38, 2 et 4.
↑ Séchan et Lévêque 1966, p. 151.
↑ Aristophane, Les Grenouilles, 340 à 353 ; Euripide, Ion, 1074 sq. ; Pausanias, Description de la Grèce [détail des éditions] [lire en ligne [archive]], I, 38, 6.
↑ Clément d'Alexandrie, Protreptique, 2, 21, 2.
↑ Pierre Roussel, Ch. A. Lobeck, Paul Foucart, A. Körte, Charles Picard et Martin P. Nilsson.
↑ Platon, Phèdre, 250 b-c ; Dion Chrysostome, Orationes, 12 p. 387 ; Lucien de Samosate, 16, 22 ; Aelius Aristide, Éleus., p. 256.
↑ Lysias, Contre Andocide, 10.
↑ Démosthène, Contre Nééra, 78 et 116.
↑ Hymne à Déméter, vers 476 à 479.
↑ J. Croissant, Aristote et les Mystères, p. 146.
↑ Arnobe, Adversus Gentes, 5, 26.
↑ Notice de Jean Humbert aux Hymnes d'Homère, éd. des Belles Lettres, 1959, p. 26, note 1.
↑ Gernet et Boulanger 1970, p. 114.
↑ Armand Delatte, Le cycéon, breuvage rituel des mystères d'Éleusis.
↑ Fernand Robert, La religion grecque, PUF, coll. Que sais-je ?, 1981, p. 47.
↑ D'après Apollodore, scholie à Théocrite, II, 36. Voir Louis Gernet et André Boulanger, Le Génie grec dans la religion, Albin Michel, 1970, p. 74.
↑ Apollonios de Rhodes, II, 518.
↑ Albert Hoffman ; R.E. Shultes, Les plantes des Dieux ; Les mystères d'Éleusis par G. Wasson, Carl A. P. Ruck.
↑ Peter Webster, Daniel M. Perrine,Carl A. P. Ruck, « Mixing the Kykeon » [archive], 2000.
↑ Walter Burkert, Les cultes à mystères dans l'Antiquité, Les Belles Lettres, p. 98.

[masquer]
v · m
Sites et monuments de l’Antiquité en Attique
Acropole d'Athènes Parthénon · Article de qualité Frise du Parthénon · Article de qualité Métopes du Parthénon · Frontons du Parthénon · Érechthéion · Propylées · Temple d'Athéna Nikè
Autour de l'Acropole Théâtre de Dionysos · Odéon de Périclès · Odéon d'Hérode Atticus · Pnyx · Monument de Philopappos · Éleusinion · Aréopage · Agora romaine · Tour des Vents · Monument chorégique de Lysicrate · Monument chorégique de Nicias · Monument chorégique de Thrasyllos
Agora d'Athènes Héphaïstéion (Théséion) · Stoa d'Attale · Bibliothèque d'Hadrien · Stoa de Zeus · Stoa du roi · Stoa sud · Bouleutérion · Tholos · Métrôon · Temple d'Apollon Patroos · Autel des Douze Dieux · Autel d'Aphrodite Ourania · Monument des héros éponymes · Monnaie · Stratègéion · Héliée · Fontaine Ennéacrounos
Autres sites à Athènes Olympiéion · Porte d'Hadrien · Céramique · Stade panathénaïque
Attique (hors Athènes) Aigosthena · Forteresses de l'Attique · Éleusis · Mystères d'Éleusis · Le Pirée · Longs Murs · Phalère · Sounion · Article de qualité Mines du Laurion · Thorikos · Brauron · Rhamnonte · Amphiaréion d'Oropos · Munichie
Dèmes Aixonè · Alopèce · Aphidna · Collytos · Deiradès · Égilies · Enrichista · Erchia · Lamptrée · Marathon · Mélite · Myrrhinonte · Pithos · Péanie · Prospalte · Scambonide · Stiria

CELA N'EST PAS UNE SECTE, MAIS SI NOUS PARVENONS à FRANCHIR LA BARRIERE DE ORT : NOUS DEVRONS COMPRENDRE
LES LIMITES DE NOTRE SAVOIR DEVANT L'IMMENSITE DE L'INFINI AFIN DE DEMEURER ABORDABLE DANS L'EVENTUALITE DE RENCONTRE DANS L'ESPACE... UN MOYEN DE RESTER LES PIEDS SUR TERRE EST CES PROPOS DE LOI:

NON à L'ESCLAVAGE
NON AUX TORTURES ET VIOLS QU'ILS SOIENT MORALES ET PHYSIQUES...
"RÉBELLION CONTRE LES DIEUX L'HOMME VEUT NOUS ASSOUVIR PAR LE TEMPS"
DIT MOONCHILD à TAY LA CHOUETTE EFFRAIE.

La torture est l'utilisation volontaire de la violence pour infliger une forte souffrance à un individu. En droit international coutumier, des éléments clés de la définition de la torture ont fait l'objet de références officielles : en résumé, elle implique « une douleur ou souffrance aiguës, physique ou mentale », infligée « intentionnellement »1. La Convention interaméricaine pour la prévention et la répression de la torture en étend la définition aux cas d'« applications de méthodes visant à annuler la personnalité de la victime ou à diminuer sa capacité physique ou mentale, même si ces méthodes et procédés ne causent aucune douleur physique ou angoisse psychique »1. La distinction entre « torture » et « peine ou traitement cruel, inhumain ou dégradant » est sujette à débats et à variations selon la jurisprudence et les tribunaux1.

Elle peut être utilisée comme châtiment, comme moyen de coercition pour obtenir quelque chose, afin d'inspirer la terreur et la domination, ou encore par cruauté. Elle est notamment employée pour obtenir des aveux ou autres informations secrètes – elle est alors appelée dans certains contextes la question –, ainsi que pour terroriser des populations ou des organisations, en ciblant certains individus afin que les autres restent passifs de peur d'être victimes à leur tour. Elle peut volontairement aboutir à la mort de l'individu, il s'agit alors du supplice qui vise à amener la mort de façon très douloureuse, voire à la retarder le plus possible, pour prolonger l'agonie.

D'innombrables méthodes de tortures ont été ou sont employées, en fonction de la technologie disponible, de la culture des tortionnaires, des ressources locales, etc. Elles passent par toutes sortes d'agressions, physiques sur le corps de l'individu, et/ou psychologiques reposant sur la peur, la tristesse ou autres émotions. Les actes de torture produisent le plus souvent des séquelles, notamment des mutilations physiques et des traumatismes psychologiques. Pour le tortionnaire ou bourreau, torturer peut éventuellement répondre à des pulsions sadiques ou s'inscrire dans la soumission à l'autorité (expérience de Milgram), mais souvent lui aussi en ressort profondément marqué.

La torture a été pratiquée dans la plupart des civilisations à toutes les époques de l'histoire, notamment dans des contextes de guerre ou autres formes de conflit, ou au service du pouvoir judiciaire. La Déclaration universelle des droits de l'homme, adoptée le 10 décembre 1948 par l'ONU, est le premier texte international à déclarer illégale la torture, dans son article 5 : « Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ». Les quatre Conventions de Genève adoptées en 1949 et leurs Protocoles additionnels (1977) prohibent la torture (qui ne s'identifie pas, malgré les ressemblances et les zones d'indiscernabilité, à la notion de « peine ou traitement cruel, inhumain ou dégradant »). D'autres textes internationaux ou régionaux l'ont, dans les années suivantes, interdite également. Le premier est la Convention européenne des droits de l'homme, adoptée en 1951 par le Conseil de l'Europe, qui est le premier traité interdisant la torture (article 3).

Le viol est l'acte par lequel une personne est contrainte à un acte sexuel, par la force, surprise, menace, ruse ou plus largement, sans son consentement. Au XXIe siècle, le viol constitue un crime dans la plupart des législations ; la tromperie ou le dol constituent en général, comme la violence, un élément appréciateur du viol.

La définition du terme peut être plus ou moins large selon le pays1. Ainsi, dans le droit français, le viol est une agression sexuelle impliquant, selon l'article 222-23 du Code pénal, « tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu'il soit, commis sur la personne d'autrui par violence, contrainte, menace ou surprise »2. Dans certains pays comme l'Allemagne et le Canada, des définitions plus larges sont adoptées. Au Canada, l'infraction de viol a été abolie et remplacée par le crime d'agression sexuelle, notamment pour mettre l'accent sur la dimension violente de l'acte et pour inclure toute forme d'attouchement sexuel non consenti. En France, le criminel s'expose à une peine allant de 15 ans de prison ferme jusqu'à la prison à perpétuité (par exemple en cas de récidive ou si le viol est accompagné de tortures).

Le viol n'a pas toujours été puni, et il existe toujours des sociétés où il est toléré, voire non juridiquement défini. Même lorsqu'il est reconnu comme un crime, il n'est pas toujours défini par la violation du consentement de la victime. Ce qui a longtemps été puni (et ce qui l'est encore dans certaines sociétés), c'est plutôt le fait de prendre la femme d'un autre, ou une femme non encore mariée. À l'époque moderne, le viol par contrainte physique est punissable par la loi dans la plupart des sociétés. Quant à la contrainte psychologique, peu de législations la retiennent pour définir le viol. L'agression sexuelle par contrainte psychologique peut être considérée comme un crime fréquent dont la prévention comme la répression connaissent des difficultés dans tous les pays.

NON à L'ESCLAVAGE
NON AUX TORTURES ET VIOLS QU'ILS SOIENT MORALES ET PHYSIQUES...
"RÉBELLION CONTRE LES DIEUX L'HOMME VEUT NOUS ASSOUVIR PAR LE TEMPS"
DIT MOONCHILD à TAY LA CHOUETTE EFFRAIE.

yanis la chouette

Messages : 408
Date d'inscription : 24/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ἐλευσίνια Μυστήρια, Mystère, Assemblage ou EUROPE

Message par yanis la chouette le Jeu 4 Mai - 11:59

NON à L'ESCLAVAGE
NON AUX TORTURES ET VIOLS QU'ILS SOIENT MORALES ET PHYSIQUES...
"RÉBELLION CONTRE LES DIEUX L'HOMME VEUT NOUS ASSOUVIR PAR LE TEMPS"
DIT MOONCHILD à TAY LA CHOUETTE EFFRAIE.

Antiquité

La première mention écrite du viol est dans le Code de Hammurabi, qui distingue viol et adultère. La loi 129 établissait que si une femme mariée et un homme étaient surpris ensemble « en flagrant délit », les deux devaient être noyés. Le mari pouvait cependant pardonner à sa femme. La loi 130 établissait, en revanche, que si une jeune fille vierge était trouvée avec un homme, seul l'homme devait être mis à mort3.

Chez les Hébreux, le viol de la femme d'autrui est interdit dans le dernier des 10 commandements : Tu ne convoiteras ni la femme, ni la maison, ni rien de ce qui appartient à ton prochain. Dans le Code deutéronomique, la punition était infligée si : une femme mariée ou fiancée était surprise avec un homme, il était considéré qu'il y avait eu adultère et la mort par lapidation était exécutée pour les deux individus ensemble ; si, en revanche, une femme mariée ou fiancée était prise par un homme à l'extérieur de la ville, le viol était supposé et seul l'homme était lapidé ; si la victime était une jeune fille non fiancée, l'homme devait payer une amende au père de la fille et épouser la jeune fille sans possibilité de divorce. C'est une des premières attestations du mariage réparateur, conçu comme une forme de dédommagement et de protection pour la femme, qui avait perdu son honneur et n'aurait probablement pu trouver d'autre mari.

« …si l'homme couchant avec une femme mariée est pris sur le fait, tous deux mourront. Tu feras disparaître d'Israël le mal. Si une jeune fille vierge est fiancée à un homme, qu'un autre homme la rencontre dans la ville et couche avec elle, vous les conduirez tous deux à la porte de cette ville et vous les lapiderez jusqu'à ce que mort s'ensuive : la jeune fille parce qu'elle n'a pas appelé au secours dans la ville, et l'homme parce qu'il a usé de la femme de son prochain. Tu feras disparaître le mal du milieu de toi. Mais si c'est dans la campagne que l'homme a rencontré la jeune fille fiancée, qu'il l'a violentée et a couché avec elle, l'homme qui a couché avec elle mourra seul ; tu ne feras rien à la jeune fille, il n'y a pas en elle de péché qui mérite la mort. Le cas est semblable à celui d'un homme qui se jette sur son prochain pour le tuer : car c'est à la campagne qu'il l'a rencontrée, et la jeune fille fiancée a pu crier sans que personne vienne à son secours. Si un homme rencontre une jeune fille vierge qui n'est pas fiancée, la saisit et couche avec elle, pris sur le fait, l'homme qui a couché avec elle donnera au père de la jeune fille cinquante pièces d'argent ; elle sera sa femme, puisqu'il a usé d'elle, et il ne pourra jamais la répudier4. »

Dans la mythologie de la Grèce antique, les dieux recourent très souvent au viol notamment contre les humains mais en utilisant rarement la violence. Dans certains cas il est question de mariage par enlèvement, qui est encore actuellement pratiqué par certaines cultures traditionnelles. Par exemple, l'enlèvement de Perséphone par Hadès ; de Daphné par Apollon ; de Cassandre par Ajax ; d'Andromaque par Hector ; de Polyxène par Achille ; pour ne pas mentionner la liste de femmes et de nymphées violées par la force ou la tromperie par Zeus. Dans la Grèce antique, l'adultère de la femme était puni mais l'homme pouvait légalement entretenir des concubines. Dans la société romaine primitive, le pater familias dispose du droit de vie et de mort sur ce qui lui appartient et notamment les femmes placées sous son autorité. Le développement du droit romain leur donnera un statut et une liberté exceptionnelle tout en restant sous l'autorité du père.

NON à L'ESCLAVAGE
NON AUX TORTURES ET VIOLS QU'ILS SOIENT MORALES ET PHYSIQUES...
"RÉBELLION CONTRE LES DIEUX L'HOMME VEUT NOUS ASSOUVIR PAR LE TEMPS"
DIT MOONCHILD à TAY LA CHOUETTE EFFRAIE.

Viol des esclaves
La pratique du viol des esclaves n'a jamais été punie, excepté quand la victime esclave était la propriété d'autrui

Le viol en temps de guerre est un moyen d'humilier le vaincu ou de provoquer un adversaire lorsque le conflit est latent. Dans l'histoire de l'Antiquité, Augustin (cf. La Cité de Dieu) note que le viol est une pratique habituelle lors des pillages de villes, au même titre que le massacre des hommes. Selon lui, on ne trouve guère plus d'un ou deux contre-exemples, et encore seraient-ils douteux. Un exemple notable inclut le cas d'Alexandre le Grand dont le comportement semble avoir parfois témoigné d'une volonté de protéger certaines femmes de la violence masculine.
Épargnez cette horreur à votre foyer : poster de propagande américain de la Seconde Guerre mondiale exploitant les informations sur les exactions de l'armée impériale japonaise par un rejet du viol de la part de la société civile américaine ; pour éviter cela, il faut financer les forces aériennes en acquérant des obligations de guerre.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, des militaires de toutes nations se livrèrent au viol. Le cas de l'armée impériale japonaise utilisant de 20 000 à 200 000 femmes de réconfort enlevées est un cas extrême dans lequel le commandement lui-même a organisé le viol, alors que dans l'immense majorité des armées, il est totalement interdit par le règlement. Pendant la chute du IIIe Reich en 1945, le nombre de femmes allemandes violées par l'armée soviétique a été estimé à 2 millions6,7 A Vienne en 1945, les cliniques enregistrèrent 87 000 cas de viols et 110 000 cas à Berlin 8,9.

L'historienne allemande Miriam Gebhardt documente de nombreux viols de femmes, jeunes filles, mais aussi hommes et garçons allemands perpétrés par des troupes américaines, britanniques et françaises. Son estimation numérique est basée sur la supposition que 5 % des accouchements de femmes non mariées dans les différents secteurs d'occupation furent issus de viols de soldats, et 100 viols eurent lieu pour chaque naissance enregistrée10. Ces chiffres, plausibles si ce n'est définitifs, portent la responsabilité longtemps refoulée des alliés à 860 000 cas, soit près d'un tiers du total des viols perpétrés.

Lors du débarquement des soldats alliés en Europe, de nombreuses plaintes ont été portées sans grands résultats contre les soldats américains par des femmes françaises. L'historien américain J. Robert Lilly dans son ouvrage « La Face cachée des GI’s » rapporte que plus de 17 000 viols ont été commis par les GIs au Royaume-Uni, en France (estimation entre 2 500 et 3 500 cas de viols en France ayant entraîné 150 condamnations11) et en Allemagne12. Il y a eu, selon Susan Brownmiller, 971 condamnations pour viol par les cours martiales américaines entre janvier 1942 et juin 1947 dont 57 exécutions capitales. 78 % des GI’s responsables de viols faisaient partie d'unités de soutiens logistiques : stationnant plus longtemps que les autres soldats, bien payés et pouvant s'offrir de l'alcool auprès des populations locales, les viols par ces soldats sont souvent organisés entre copains en état d'ivresse13. Le coupable tout désigné est le soldat noir. La majorité des violeurs traduits en justice et condamnés à mort pour viol à la Libération sont en effet des afro-américains alors qu'ils ne représentent que 10 % des troupes sur le théâtre européen. L'US Army qui débarque en France est une armée raciste et ségrégationniste qui n'hésite pas à désigner ce bouc émissaire pour ne pas endommager durablement les relations franco-américaines. Les victimes françaises qui donnent des témoignages très biaisés racialement contribuent également à forger ce « crime noir »14.

Pendant la guerre d'Algérie, l'armée française aurait, selon l'historienne Raphaëlle Branche, régulièrement utilisé le viol comme arme de guerre15.

Durant la guerre de libération du Bangladesh en 1971, les militaires pakistanais ont commis environ 20 000 viols16.

À Chypre, durant la période d'Enosis (annexion à la Grèce) déclenchée par le régime des colonels grecs, les milices chypriotes grecques se livrèrent jusqu'à l'intervention de l'armée turque à de nombreux viols, non dénoncés par les Turcs désireux de cacher cette humiliation[réf. nécessaire]. Au Congo-Brazzaville, des milliers de femmes qui fuyaient la capitale ont été violées dans la région du Pool, qui entoure celle-ci, durant les guerres de 1998-200017 ; en République démocratique du Congo, le docteur Denis Mukwege indique avoir soigné dans sa seule clinique plus de 40 000 femmes victimes du viol, utilisé comme arme de guerre en toute impunité18, et plus de 500 000 victimes ont été recensées depuis 199619,20,21 ; en Irak, selon Amnesty International, au moins 10 000 femmes, jeunes filles et fillettes, rien qu'à Abu Ghraib, auraient été violées pendant la guerre, depuis avril 200322[réf. insuffisante]. En Algérie, pendant les années noires (1992-1999), selon les sources officielles, plus de 10 000 femmes ont été violées, essentiellement par les généraux et la GIA.[réf. nécessaire]

Le viol de guerre, qu'il soit opportuniste ou prémédité23, est un instrument d'épuration ethnique, les nombreuses naissances qui s'ensuivent brisant la cohésion ethnique du groupe victime. Ainsi lors de la guerre de Bosnie-Herzégovine et de Croatie24 ou encore au Darfour où les chefs de village disent des enfants nés de viols par les Djandjaouids qu'ils pourront rester dans leurs villages « s'ils se conduisent bien ». Ces viols systématiques contribuent très fortement à la propagation du sida et d'autres MST. Enfin, pour affaiblir leurs victimes, les tortionnaires violent souvent[réf. nécessaire] leurs victimes. Les traumatismes physiques et psychologiques « facilitent l’interrogatoire ».

En 2001, le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie qualifie et condamne pour la première fois le viol comme crime contre l’humanité25.
Pétition de cinq millions de femmes contre le viol de guerre
Article détaillé : Pétition de cinq millions de femmes américaines contre le viol de guerre.

Une pétition contre le viol de guerre signée par cinq millions de femmes des États-Unis a été remise le 15 avril 1919 à Georges Clemenceau président de la Conférence de paix de Paris. Cette pétition demandait notamment que les victimes de viols de guerre ne soient plus considérées comme des personnes « déshonorées », mais comme des « blessées de guerre ».

Cette démarche de masses contre le viol est la plus importante jamais vue à ce jour par le nombre des protestataires impliqué. Elle n'a pas connu de suites effectives.

NON à L'ESCLAVAGE
NON AUX TORTURES ET VIOLS QU'ILS SOIENT MORALES ET PHYSIQUES...
"RÉBELLION CONTRE LES DIEUX L'HOMME VEUT NOUS ASSOUVIR PAR LE TEMPS"
DIT MOONCHILD à TAY LA CHOUETTE EFFRAIE.

yanis la chouette

Messages : 408
Date d'inscription : 24/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ἐλευσίνια Μυστήρια, Mystère, Assemblage ou EUROPE

Message par yanis la chouette le Jeu 4 Mai - 11:59

NON à L'ESCLAVAGE
NON AUX TORTURES ET VIOLS QU'ILS SOIENT MORALES ET PHYSIQUES...
"RÉBELLION CONTRE LES DIEUX L'HOMME VEUT NOUS ASSOUVIR PAR LE TEMPS"
DIT MOONCHILD à TAY LA CHOUETTE EFFRAIE.

En droit
Au monde

La définition du viol varie d'un pays à l'autre et la définition a également changé plusieurs fois dans l'histoire42. Dans de nombreux pays, le statut juridique du viol et le traitement que la justice réserve aux victimes a évolué notamment grâce aux féministes[réf. nécessaire]. Le viol échappe dans certains pays à tout contrôle et toute sanction. Même dans les pays qui le sanctionnent, la loi ne s'appliquerait généralement pas de manière exhaustive (UNIFEM, Nations unies, 2003).

Le viol est, dans la plupart des juridictions, un crime défini comme relation sexuelle ou pénétration sans consentement valide des deux parties. Dans certaines juridictions, le viol est défini par une pénétration de l'anus ou du vagin par un pénis, [réf. nécessaire] tandis que dans d'autres juridictions, la pénétration que ce soit du vagin ou de l'anus n'ont pas besoin d'un pénis : un doigt ou un godemichet suffisent.[réf. nécessaire] Certaines juridictions étendent la définition du viol pour inclure d'autres activités sexuelles sans consentement valide, incluant la fellation, le cunnilingus et la masturbation.[réf. nécessaire] L'absence de consentement valide ne signifie pas nécessairement que la victime a explicitement refusé de donner son consentement; généralement le consentement est considéré invalide :

quand le consentement a été obtenu par la force physique, menace ou pression, ou
quand le consentement a été donné par une personne dont l'âge était en dessous de la maturité sexuelle, ou
par une personne intoxiquée par des drogues ou de l'alcool, ou
par une personne mentalement déficiente.

La plupart des juridictions considèrent qu'un enfant en dessous de l'âge de la majorité sexuelle, ne peut valablement consentir à un rapport sexuel. L'âge de cette majorité sexuelle varie selon les pays. Quand l'acte sexuel implique une personne dont l'âge est en dessous de la majorité sexuelle, le crime est nommé « viol » même si certaines juridictions utilisent l'expression « acte sexuel non autorisé par la loi ». L'âge de cette majorité sexuelle varie selon les pays : c'est ainsi qu'en France, la législation interdit les rapports sexuels entre un mineur de quinze ans et un majeur civil43. Dans la plupart des pays européens, la majorité sexuelle est acquise entre quatorze et seize ans; dans d'autres États, elle l'est à dix-huit ans. (voir Majorité sexuelle sur le continent européen). Dès 1950, ce sont les intellectuels de France pendant la guerre d'Algérie qui, dans leur lutte pour dénoncer la torture, tentent aussi de lever le voile sur les innombrables viols commis par l'armée française. Parmi les nombreuses victimes, seulement quelques-unes ont eu le courage de dénoncer ce crime devant une cour ; notamment Djamila Boupacha [archive], une combattante du FLN torturée par le contingent de parachutistes sous les ordres du général Massu. Son avocate Gisèle Halimi et l'auteur féministe Simone de Beauvoir créeront le comité à son nom pour plaider sa cause devant la Cour. Gisèle Halimi défendra d'autres victimes de viol, notamment l'affaire Bobigny. Plus tard, ce sont les féministes américaines qui, dès le début des années 1970, dénonceront aussi les violences sexuelles.[réf. nécessaire] Leurs études ont eu un large écho dans les pays anglo-saxons, puis en France, où le Collectif féministe contre le viol s'est constitué en 198529. Ce sont les luttes féministes qui ont contribué à faire évoluer les lois[

Analyse féministe du phénomène

Le viol occupe une place importante dans l'analyse féministe, pour laquelle il est une violence masculine à l'égard des femmes. En France, d’après les statistiques du CFCV, entre 2003 et 2005, plus de 90 % des victimes de viols étaient des femmes et environ 96 % des agresseurs, des hommes34.

Selon des auteurs féministes, le viol n'est pas qu'une violence masculine : c'est aussi un puissant moyen pour maintenir les femmes dans une position subordonnée. Ainsi, Susan Brownmiller considère que le viol « n’est rien de moins qu’un processus d’intimidation, conscient ou inconsciemment, par lequel tous les hommes maintiennent toutes les femmes dans la peur »35. Il a été montré dans une étude de 1981 que la peur du viol, – particulièrement présente chez les femmes pauvres, âgées, ou appartenant à des minorités ethniques – est corrélée à des comportements d’auto-restriction (notamment celui d’éviter de sortir seule)36,37. Par ailleurs, une femme agressée ou violée après avoir osé sortir seule, entendra des reproches du type « Une femme ne doit pas sortir seule la nuit ». En effet, les mythes sur le viol, ces croyances généralement fausses, mais répandues et persistantes, qui permettent de nier et de justifier l’agression sexuelle masculine contre les femmes38, sont extrêmement répandues puisque des études ont pu montrer qu'entre 25 % et 66 % des gens adhèrent à la majorité de ces mythes38,39. Ainsi, pour les féministes, le viol servirait de punition pour celles qui aurait bravé l’interdit, celui d’utiliser librement l’espace public.

Le viol figure en bonne place parmi les féminicides.

D'après la féministe Andrea Dworkin41, le viol fait partie des quatre crimes qui balisent la condition des femmes, avec la violence conjugale, l'exploitation économique et l’exploitation reproductive.

Certains États ne considèrent pas que le viol puisse exister entre époux. Alors que certaines civilisations ou religions considèrent que la femme doit être soumise sexuellement à son époux, la législation ou la jurisprudence de certains pays admettent l'accusation de viol d'une femme par son mari, parfois de l'inverse. L'étude de 2006 du secrétaire général de l'ONU sur la violence à l’égard des femmes dit (page 118) : « Le viol conjugal peut faire l’objet de poursuites dans au moins 104 États. Trente-deux d’entre eux ont fait du viol [conjugal] une infraction pénale spécifique tandis que les 74 autres n’exonèrent pas le viol conjugal des dispositions générales concernant le viol. Le viol conjugal n’est pas une infraction passible de poursuites judiciaires dans au moins 53 États. Quatre États ont érigé le viol conjugal en infraction seulement lorsque les conjoints sont séparés de corps. Quatre États envisagent d’adopter une législation qui permettrait de rendre le viol conjugal passible de poursuites judiciaires »44. Depuis 2006, plusieurs autres pays ont interdit le viol conjugal. En général, les pays islamiques qui appliquent le loi islamique du Charia (charî'a) n'acceptent pas le concept du viol conjugal.

En 2008, une résolution du Conseil de Sécurité de l'ONU a défini le viol comme une « arme de guerre ».

NON à L'ESCLAVAGE
NON AUX TORTURES ET VIOLS QU'ILS SOIENT MORALES ET PHYSIQUES...
"RÉBELLION CONTRE LES DIEUX L'HOMME VEUT NOUS ASSOUVIR PAR LE TEMPS"
DIT MOONCHILD à TAY LA CHOUETTE EFFRAIE.

yanis la chouette

Messages : 408
Date d'inscription : 24/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ἐλευσίνια Μυστήρια, Mystère, Assemblage ou EUROPE

Message par yanis la chouette le Jeu 4 Mai - 17:21

Northern exposure for satnav summer school
08-02-2017 10:37 AM CET

8 February 2017

This year’s ESA–Joint Research Centre International Summer School
on Global Navigation Satellite Systems will be held in Longyearbyen,
Svalbard-Spitsbergen, Norway, on 4–15 September, close
to the world's northernmost Galileo station.

This will be a unique opportunity for young researchers in satellite navigation
to gain first-class knowledge from worldwide lecturers while experiencing
the Arctic environment. The 10-day course will cover all aspects
of satellite navigation, up to and including the creation
of a satnav-based business.

This extraordinary location has been made possible through the support
of the Norwegian Space Centre, ESA, the European Commission’s Joint
Research Centre and various sponsors.

The Summer School is open to graduate students,
PhDs and postdoctoral researchers, as well as young engineers
and academics working within industry or agencies, aged 35 or younger.

Register before the end of April to benefit from an early registration discount.
The number of participants is limited to 50 on a first-come, first-served basis.
Svalbard seen by satellite

Internationally renowned scientists and specialists will be giving lectures
as well as overseeing practical exercises and lab work.

Participants will receive a full-spectrum overview of satellite navigation,
starting from the theoretical basis of Global Navigation Satellite Systems (GNSS),
their signals, the processing performed by signals and receivers
and how the position–navigation–time solution is worked out.
The modernisation and the evolution of these systems will also be covered.

Discussion will also be made of threats to satnav systems, such as spoofing
or jamming, and the countermeasures available against them, along
with back-up navigation solutions for a GNSS-denied environment.

Exercises will include receiving the various satnav constellations
now in orbit – including Europe’s 18-satellite Galileo –
to give course members hands-on experience.

In addition, lectures will cover business aspects, including patents
and intellectual property rights.

The course will emphasise the development of a group business project,
building on an innovative idea to take in the planning of the product or service,
its technical realisation and finally its marketing to customers as well as on ideas
for the second generation of Galileo.

For more detailed information and registration see
www.esa-jrc-summerschool.org

---------------------------------------

Swirling spirals at the north pole of Mars
02-02-2017 11:00 AM CET

ESA > Our Activities > Space Science > Mars Express

Perspective view of Mars north polar ice cap
2 February 2017

A new mosaic from ESA’s Mars Express shows off the Red Planet’s north polar ice cap
and its distinctive dark spiralling troughs.
Mars north polar ice cap in context

The mosaic was generated from 32 individual orbit ‘strips’ captured between 2004
and 2010, and covers an area of around a million square kilometres.

The ice cap is a permanent fixture, but in the winter season – as it is now in early 2017 –
temperatures are cold enough for around 30 percent of the carbon dioxide
in the planet’s atmosphere to precipitate onto the cap, adding a seasonal layer up
to a metre thick.

During the warmer summer months most of the carbon dioxide ice turns directly
into gas and escapes into the atmosphere, leaving behind the water-ice layers.

Strong winds are thought to have played an important role in shaping
the ice cap over time, blowing from the elevated centre towards its lower edges
and twisted by the same Coriolis force that causes hurricanes to spiral on Earth.
Colour mosaic of Mars north polar ice cap

One particularly prominent feature is a 500 km-long, 2 km-deep trench
that almost cuts the cap in two.

The plunging canyon, known as Chasma Boreale, is thought to be
a relatively old feature, forming before the ice–dust spiral features,
and seemingly growing deeper as new ice deposits built up around it.

Subsurface investigations by radar instruments onboard Mars Express
and NASA’s Mars Reconnaissance Orbiter revealed that the ice cap is
made up of many individual layers of ice and dust extending
to a depth of around 2 km.

This presents a valuable record for the nature of how the planet’s climate
has changed as its tilt and orbit varied over hundreds of thousands of years.
Perspective view of Chasma Boreale

Currently 5 out of 5 Stars.
1
2
3
4
5

Rating: 4.9/5 (234 votes

-------------------------------------------------

Upcoming Astrobiology Early Career Opportunities

The deadlines for these opportunities are approaching. Don't miss your chance to apply!

*********************

Lewis and Clark Fund for Exploration and Field Research
Lewis and Clark Fund for Exploration and Field Research in Astrobiology
Application Deadline: February 1, 2017
Details: http://www.amphilsoc.org/grants/astrobiology

The American Philosophical Society and the NASA Astrobiology Institute
have partnered to promote the continued exploration of the world around us,
through a program of research grants in support of astrobiological field studies,
undertaken by graduate students, postdoctoral students,
and early career scientists who are affiliated with U.S. institutions.

The Lewis and Clark Fund for Exploration and Field Research in Astrobiology
is designed for field studies in any area of astrobiology research.
Grants may be used for travel and related expenses, including field equipment,
up to $5,000. Applications will be reviewed by a committee that includes members
of the NAI, the APS, and the wider science community as needed.
Recipients will be designated as Lewis and Clark Field Scholars in Astrobiology.

Additional information, including the application forms and instructions,
is available at the APS’s Lewis and Clark Fund for Exploration
and Field Research in Astrobiology page.


*********************

AbGradCon 2017
Astrobiology Graduate Conference (AbGradCon)
Application Deadline: February 6, 2017
Details: http://abgradcon.org

AbGradCon will be held on June 5-9, 2017 at the National Radio
Astronomy Observatory in Charlottesville, VA, preceded by an optional Proposal
Writing Retreat on June 2-5, 2017 at the Green Bank Observatory in Green Bank,
WV. The conference is a unique experience and a rare opportunity for students
to learn how their work fits into the hugely interdisciplinary big picture of Astrobiology.
The presentations and discussion at AbGradCon have the same level of scientific rigor
found at traditional meetings, but with the added benefit of fluid interaction
between peers.

Conference attendees will share their research over a period of two days.
Attendees have the option of presenting a 15-minute talk or presenting a poster.
Topics to be covered include astronomy, astrochemistry, exoplanet research,
planetary science, geology, atmospheric chemistry, geobiology, computer science,
origins of life research, and aerospace engineering, and everything in between.
The conference culminates on the third day with attendees participating
in an educational field trip.

Applications from exceptional senior undergraduates who will be attending
a graduate program in Fall 2017 are welcome. For all interested undergraduates,
a virtual Undergraduate Poster Competition will be held, with at least one winner
chosen to attend the conference as a fully-funded participant.
To apply to AbGradCon 2017 and the 2017 Proposal Writing Retreat,
go to: http://abgradcon.org.



Presented by the NASA Astrobiology Program.

--------------------------------------------------------------


Title Συσσώρευση παγετού κοντά στον βόρειο πόλο του Άρη
Released 31/01/2017 12:00 pm
Copyright ESA/Mars Express – CC BY-SA 3.0 IGO
Description

Αυτή η κινούμενη εικόνα (animated gif) δείχνει την συσσώρευση παγετού σε ένα τμήμα
73 x 41 χιλιομέτρων του βόρειου πολικού καλύμματος πάγου του Άρη μεταξύ
Νοεμβρίου και Δεκεμβρίου 2004.

Οι εικόνες λήφθηκαν από την Στέρεο Κάμερα Υψηλής Ανάλυσης του ESA Mars Express
κατά τη διάρκεια του πρώτου έτους του στο Κόκκινο Πλανήτη. Η αποστολή βρισκόταν
σε τροχιά γύρω από τον Άρη για πάνω από 13 χρόνια.

Η πρώτη εικόνα λήφθηκε στις 23 Νοεμβρίου 2004, κατά τη διάρκεια της τροχιάς 1087,
και η δεύτερη από την ίδια περιοχή στις 30 Δεκεμβρίου 2004, κατά τη διάρκεια της τροχιάς 1219.
Οι εικόνες επικεντρώνονται στις συντεταγμένες 79.94ºN / 44.11ºE. Τα ενδιάμεσα καρέ (frames)
στην κινούμενη εικόνα έχουν υποστεί παρεμβολή με σκοπό να υπάρχει ομαλή εμφάνιση.

Το βόρειο πολικό κάλυμμα πάγου περιλαμβάνει στρώματα νερού-πάγου που εκτείνονται
σε βάθος περίπου 2 χιλιομέτρων. Τα στρώματα προκύπτουν από εποχική τήξη και εναπόθεση πάγου,
τα οποία αναμιγνύονται με σκόνη.

Κατά την διάρκεια του χειμώνα, η επιφάνεια νερού-πάγου καλύπτεται από
ένα λεπτό στρώμα πάγου από μονοξείδιο του άνθρακα
που είναι μερικά εκατοστά έως περίπου ένα μέτρο πάχος.

Κατά τη διάρκεια των θερμότερων μηνών του καλοκαιριού,
το μεγαλύτερο μέρος του πάγου του διοξειδίου του άνθρακα μετατρέπεται απευθείας σε
ατμό και διαφεύγει στην ατμόσφαιρα, αφήνοντας πίσω τα στρώματα νερού-πάγου.

Αλλά όταν οι εποχές αρχίζουν να αλλάζουν και πάλι, ένα λεπτό
στρώμα από στερεό διοξείδιο του άνθρακα αρχίζει να παρεισδύει, όπως φαίνεται
σε αυτές τις εικόνες, στις οποίες καταγράφονται ανεπαίσθητες αλλαγές μεταξύ
του καλοκαιριού και του φθινοπώρου.

Οι αρχικές εικόνες είναι διαθέσιμες στο αρχείο Mars Express, και παρουσιάζονται σε ανάλυση 50 m/pixel.
Id 372692

----------------------------------------------


Title Cheops solar cells
Released 30/01/2017 9:30 am
Copyright ESA – C. Carreau
Description

ESA’s CHaracterising ExOPlanet Satellite mission – Cheops –
underwent important testing last year to be ready for launch
by the end of 2018.

Cheops will operate from a low orbit circling Earth, taking its power from the Sun.
As such, an important focus of the prelaunch testing
is qualifying the satellite’s solar arrays and their cells.

The image shows part of the 12 solar cell assemblies
in the Vacuum Solar Cell Illumination Facility at ESA’s technical centre
in the Netherlands.

The cells were heated to high temperatures to reflect what the satellite
will experience once in space. In fact, the actual temperatures were scaled in order
to accelerate the ageing effects experienced in flight, to represent
a 3.5 year mission in just a few months.

The cells spent 2000 hours at 140ºC, 2000 hours at 160ºC and 2090 hours
at 175ºC. After the tests, the cells’ maximum power and short circuit current
had degraded by less than 2%, clearly below the acceptance criterion of 3%.

As a result of these tests, the Cheops solar arrays and their elements
are now ready for the mission.

Once in space, Cheops will measure the density of exoplanets with sizes
or masses in the super-Earth to Neptune range. Its data will set new constraints
on the structure of planets in this mass range, and therefore
also on their formation and evolution.

Read more about last year’s tests: Cheops solar arrays tested and built
Id 372612

--------------------------------------------------

Wind satellite heads for final testing
30-01-2017 01:15 PM CET

30 January 2017

The road to realising ESA’s Aeolus mission may have been long and bumpy,
but developing novel space technology is, by its very nature, challenging.
With the satellite now equipped with its revolutionary instrument,
the path ahead is much smoother as it heads to France to begin
the last round of tests before being shipped to the launch site
at the end of the year.

Aeolus carries one of the most sophisticated instruments ever to be
put into orbit: Aladin, with two powerful lasers, a large telescope
and very sensitive receivers.

It shoots pulses of ultraviolet light down into the atmosphere
to profile the world’s winds.

This is a completely new approach to measuring the wind from space,
which usually involves tracking cloud movement, measuring the roughness
of the sea surface or inferring wind from temperature readings.
Profiling the world's winds

Aeolus has been built mainly to advance our understanding of Earth.
These vertical slices through the atmosphere, along with information
on aerosols and clouds, will advance our knowledge of atmospheric dynamics
and contribute to climate research.

However, Aeolus also has a very important practical role to play because
its measurements will be delivered rapidly, improving weather forecasts.

After its long development, Aladin was finally ready to join the satellite
at Airbus Defence and Space in Stevenage in the UK in August last year.
Standing proud

ESA’s Aeolus project manager, Anders Elfving, said, “Over the last months,
the UK team with support of their colleagues from Toulouse in France
have worked tirelessly to integrate Aladin into the satellite,
to check that all is aligned and that the complete satellite
is working flawlessly.”

With the satellite now complete, it is time move it to Toulouse
where it will be tested to make sure that it can withstand
the vibration and noise of liftoff.

“This next round of tests is very important and I know
the team is raring to get the opportunity to show that
their proudly built satellite can withstand the tough ride on the launcher,”
added Anders.

After this, Aeolus will go to Liege in Belgium to be checked
in a thermal–vacuum chamber.
Aeolus on the road

Anders said, “We still have some critical steps ahead. We need the ultimate proof that the laser and the complex optical system performs well with the satellite thermal radiators and in vacuum conditions, but I am confident that the satellite, operation and launch teams will deliver as planned.”

Once all this is done, towards the end of the year, it will be shipped
across the Atlantic to Europe’s Spaceport in French Guiana
for launch on a Vega rocket.

RAPPORT
DE
Y'BECCA
AVEC LE
CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY
LA CHOUETTE EFFRAIE

yanis la chouette

Messages : 408
Date d'inscription : 24/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ἐλευσίνια Μυστήρια, Mystère, Assemblage ou EUROPE

Message par yanis la chouette le Jeu 4 Mai - 18:12

Space Station Moon
20-01-2017 12:24 PM CET

Is it a bird? Is it a plane?
No, it is the International Space Station as it flies
in front of the Moon as seen from ESA’s space science centre
near Madrid, Spain, on 14 January.

A full Moon, looking up at the right time and good weather
are necessary to take a picture like this. Consisting of 13
superimposed images, it clearly shows the Station’s main elements.

Thirteen frames were captured starting at 01:01:14 GMT,
with the Station taking just half a second to cross the Moon.

The outpost is the largest structure in orbit, spanning the size
of a football pitch, but at 400 km altitude it still appears
tiny through a telescope.

Michel Breitfellner, Manuel Castillo, Abel de Burgos and
Miguel Perez Ayucar work at ESA’s European Space Astronomy
Centre and are members its astronomy club.
They braved freezing temperatures to set up two telescopes
with reflex cameras to record this sequence.

As the Station could be seen only when in front of the Moon,
the group had to press the shutter and hope for the best.
Their calculations were perfect and the result speaks for itself.

-------------------------------------------

Prof Monty Mythen - Perioperative Medicine
https://www.esahq.org/

---------------------------------------------------

22 March 2017

Strong electric currents in the upper atmosphere are known
to vary according to the season, but ESA’s Swarm mission
has discovered that this seasonal variation is not the same
in the north and south polar regions.

Named after Kristian Birkeland, the scientist a century ago who
first postulated that the ‘northern lights’ were linked
to electrically charged particles in the solar wind, these currents
flow along Earth’s magnetic field lines in the polar regions.

Magnetic field measurements from ESA’s Swarm satellite
constellation are allowing scientists to understand more
about these powerful currents, which carry up to 1 TW
of electric power to the upper atmosphere. This is about
30 times the energy consumed in New York during a heatwave.

It is important to understand the interplay between these
Birkeland currents and the solar wind that bombards
our planet and that can potentially cause power
and communication blackouts.

New findings, presented this week at the Swarm
science meeting in Canada, show how three years
of measurements from the mission were combined
with measurements from Germany’s earlier Champ satellite
to produce global climatological maps of these currents.
Earth's protective shield

Moreover, these results show differences between currents
in the northern and southern hemisphere, how they change
with the season and how they vary according to the strength
of the solar wind.

Karl Laundal, from the Birkeland Centre for Space Science,
explained, “Interaction between Earth’s magnetic field
and the interplanetary magnetic field – meaning part
of the Sun’s magnetic field carried by solar wind –
depends on how the interplanetary field is orientated.

“While this sounds complicated, it means that hardly
any solar wind can enter the magnetosphere and arrive
at Earth if the interplanetary magnetic field points north,
parallel to Earth’s magnetic field.

“On the other hand, if the interplanetary field points south,
the opposite is true and this allows a connection
to be made with Earth’s magnetic field.

“Part of the energy in solar wind then further energises
the charged particles that are responsible for the visible light
displays of the auroras.”
Swarm

Birkeland currents therefore tend to be weak
for a northwards interplanetary field and strong
for a southwards field.

Importantly, these new results also reveal
that the strength of the currents is not the same
in both hemispheres. These hemispheric differences
may relate to asymmetry in Earth’s main magnetic field.

In fact, the two geomagnetic poles are not geometrically opposite
to one another, and the magnetic field intensity is also not
the same in the north as in the south.

Dr Laundal said, “The main reason for this probably has
to do with differences in Earth’s main field. Such differences imply
that the ionosphere–magnetosphere coupling is different
in the two hemispheres.

“In particular, the magnetic pole is more offset with respect
to the geographic pole in the south compared to north,
which leads to different variations in sunlight
in the ‘magnetic hemispheres’. Because of these differences,
the two hemispheres do not respond symmetrically
to solar wind driving or changing seasons.

“Swarm is a fantastic tool for space science studies.
The high-quality measurements and the fact that there are
three satellites working in concert hold many new clues
about how our home planet interacts with the space around it.
It’s a fascinating time.”

---------------------------------------------


Title Gaia sky scan
Released 10/04/2017 9:00 am
Copyright ESA/Gaia/DPAC; acknowledgement:
B. Holl (University of Geneva, Switzerland) on behalf of DPAC
Description

This may look like a brightly decorated Easter egg wrapping,
but it actually represents how ESA’s Gaia satellite scanned
the sky during its first 14 months of science operations,
between July 2014 and September 2015.

The oval represents the celestial sphere, with the colours indicating
how frequently the different portions of the sky were scanned.
Blue represents the regions scanned most frequently in that time period;
the lighter colours lesser so.

The satellite scans great circles on the sky, with each lasting
about six hours. During the first month, the scanning procedure
was such that the ecliptic poles were always included.
This meant that Gaia observed the stars in those regions many times,
providing an invaluable database for the initial calibration of the observations.

Then, the satellite started its main survey, scanning in such
a way to achieve the best possible coverage of the whole sky.

These initial 14 months provided the first catalogue
of the brightness and precise position of more than a billion stars,
the largest all-sky survey of celestial objects to date.

Over its five-year mission, Gaia will survey one billion stars
in our Galaxy and local galactic neighbourhood, measuring their position
and motion at unprecedented accuracy, in order to build the most precise
3D map of the Milky Way and answer questions about its structure,
origin and evolution.

Watch an animation of how Gaia scans the sky here.
Id 375857

----------------------------------------

Here's what you missed, now available for on-demand viewing:
Seminar Photo Early Career Spotlight Series
Shawn Domagal-Goldman (NASA Goddard Space Flight Center)
Watch Seminars
https://www.youtube.com/watch?v=kPGxvWz6LJ8&feature=youtu.be

Seminar Photo Ask an Astrobiologist: Episode 4
Dr. George Cooper (NASA Ames Research Center)
Watch Seminars
https://nai.nasa.gov/seminars/other-seminar-series/saganetorg-ask-an-astrobiologist-series/2017/3/1/ask-an-astrobiologist-featuring-dr-george-cooper/

Seminar Photo VPL Astrobiology Colloquium
Aude Picard (Harvard University)
Watch Seminars
https://nai.nasa.gov/seminars/other-seminar-series/university-of-washington-seminars/2017/4/4/do-microbe-mineral-interactions-produce-biosignatures/

Seminar Photo VPL Astrobiology Colloquium
Olivier Bollengier & Baptiste Journaux (University of Washington)
Watch Seminars
https://nai.nasa.gov/seminars/other-seminar-series/university-of-washington-seminars/2017/4/11/thinking-alien-abysses-how-high-pressure-experimental-thermodynamics-of-aqueous-systems-help-us-constrain-the-structure-and-habitability-of-deep-planetary-hydrospheres/

Seminar Photo VPL Astrobiology Colloquium
Pablo Sobrón (SETI Institute)
Watch Seminars
https://nai.nasa.gov/seminars/other-seminar-series/university-of-washington-seminars/2017/4/18/missions-to-planetary-analogs-science-and-technology-that-enable-robotic-planetary-exploration/

Seminar Photo Ask an Astrobiologist: Episode 5
Dr. Britney Schmidt (Georgia Tech)
Watch Seminars
https://nai.nasa.gov/seminars/other-seminar-series/saganetorg-ask-an-astrobiologist-series/2017/4/19/ask-an-astrobiologist-featuring-dr-britney-schmidt/

All of our seminars are recorded and available for on demand playback at the NAI Seminars & Workshops website within 24 hours of the original broadcast.


yanis la chouette

Messages : 408
Date d'inscription : 24/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ἐλευσίνια Μυστήρια, Mystère, Assemblage ou EUROPE

Message par yanis la chouette le Jeu 4 Mai - 18:13

Title Bering Sea
Released 28/04/2017 10:00 am
Copyright contains modified Copernicus Sentinel data (2017),
processed by ESA , CC BY-SA 3.0 IGO
Description

The Copernicus Sentinel-3A satellite brings us over
the Bering Sea, north of the Alaska Peninsula, on 26 March.

Seasonal sea ice dominates the upper part of the image.
Ice plays an important role in the sea’s ecosystem.
Growing algae attach to the bottom of the ice;
when the ice melts in the spring, it leaves behind
a layer of nutrient-rich freshwater on which the algae thrive.
Organisms higher up the food chain then eat the algae.

In the top-right corner, we can see part of Alaska’s mainland
blanketed with snow, as well as Nunivak Island appearing
like a massive piece of floating ice.

At the centre of the image are the islands of Saint Paul
and Saint George – part of the Pribilof Islands. An estimated
two million seabirds nest on these islands annually.

The swirling clouds on the right side of the image are
the result of a meteorological phenomenon known
as a von Kármán vortex street. As wind-driven clouds
pass over the Unimak Island on the right edge of the image,
they flow around the high volcanoes to form the large spinning
eddies that can clearly be seen in the image.

This image, also featured on the Earth from Space video programme,
was captured by Sentinel-3’s Ocean and Land Colour Instrument,
which helps monitor ocean ecosystems, supports crop management
and agriculture, and provides estimates of atmospheric aerosol and clouds.
Id 376705

Mylène Farmer - Désenchantée
https://www.youtube.com/watch?v=vkiyW0vqat8

-------------------------
Before and after: unique changes spotted on Rosetta’s comet
21-03-2017 03:30 PM CET


21 March 2017

Growing fractures, collapsing cliffs, rolling boulders and moving material burying
some features on the comet’s surface while exhuming others are among
the remarkable changes documented during Rosetta’s mission.

A study published in Science today summarises the types of surface
changes observed during Rosetta’s two years
at Comet 67P/Churyumov-Gerasimenko. Notable differences
are seen before and after the comet’s most active period – perihelion –
as it reached its closest point to the Sun along its orbit.

“Monitoring the comet continuously as it traversed the inner Solar System
gave us an unprecedented insight not only into how comets change
when they travel close to the Sun, but also how fast these changes
take place,” says Ramy El-Maarry, study leader
Comet changes: new fracture and boulder movement in Anuket

The changes, which were either unique transient phenomena
or taking place over longer periods, are linked to different
geological processes: in situ weathering and erosion, sublimation
of water-ice, and mechanical stresses arising from the comet’s spin.

In situ weathering occurs all over the comet, where consolidated
materials are weakened –
such as by heating and cooling cycles on daily or seasonal timescales
– causing their fragmentation. Combined with heating of subsurface ices
that lead to outflows of gas, this can ultimately result
in the sudden collapse of cliff walls, the evidence of which
is apparent in several locations on the comet.

A completely different process is thought to be responsible
for the 500 m-long fracture spotted in August 2014 that runs through
the comet’s neck in the Anuket region, and which was found
to have extended by about 30 m by December 2014.
This is linked to the comet’s increasing spin rate
in the lead up to perihelion.

Furthermore, in images taken in June 2016,
a new 150–300 m-long fracture was identified parallel
to the original fracture.

Close to the fractures, a 4 m-wide boulder moved by about 15 m,
as determined by comparing images taken in March 2015
and June 2016. It is not clear if the fracture extension
and movement of the boulder are related
to each other or caused by different processes.
Comet changes: moving boulder in Khonsu

A substantially larger boulder, some 30 m wide
and weighing 12 800 tonnes, was found to have moved
an impressive 140 m in the Khonsu region, on the larger
of the two comet lobes.

It is thought that the boulder moved during
the perihelion period, as several outburst events
were detected close to its original position.
The movement could have been triggered in one of
two ways: either the material on which it was sitting eroded away,
allowing it to roll downslope, or a forceful outburst could have
directly lifted it to the new location.

-----------------------------------------------
Setting Sun on Space Station Solar research
15-02-2017 11:46 AM CET

15 February 2017
Solar facility on Columbus

Today, ground control in Belgium switched off a package
that had been continuously watching the Sun from the International Space Station for nine years.

‘Solar’ has been measuring most of the radiation emitted
by our closest star across the electromagnetic spectrum.
Built to run for only 18 months, it was still working until today –
exceeding all expectations.

Solar’s observations are improving our understanding of the Sun
and allowing scientists to create accurate computer models
and predict its behaviour.
Space Station flies in front of the Sun seen from Earth

To predict how the Sun behaves, scientists create complex computer
models to build a virtual star. With more observations, scientists can
fine-tune their models. Modelling and predicting the Sun’s activity
with precision is an important step towards understanding
humankind’s effect on Earth’s climate.

Between 2012 and 2016, the Space Station turned itself five times
to position Solar so that it could track the Sun without interruption
for a complete solar day – around a month of Earth days.

It was the first time the Station changed attitude for scientific reasons
alone and a huge achievement – it’s not every day that you move
a 450 tonne orbital outpost.

Message from Thomas Pesquet to Solar team
Access the video
Belgian user support and operations centre

Today, Solar was moved to a parked position where it was secured
with a pin. Even during its last days, Solar was delivering important data.

The teams at the control centre in Brussels, Belgium,
used the final moments to stress the hardware to its limits
and gain a better understanding of how the observations
have been affected by age and the intense changes
in temperature it endures outside the Station.
Using this extra information, researchers
are developing software that will improve
calibration of parts of the data.

ESA’s project leader, Astrid Orr, comments,
“After all these years of gaining valuable information about our Sun it
is an emotional moment for the team, but Solar has far
exceeded everyone’s expectations.”

“This kind of research does not deliver pretty pictures,
but numbers. I tip my hat to the researchers who patiently
sort through the wealth of data – this field of science may
seem tedious and unexciting to the outside world,
but climate studies heavily rely on these data to understand
the world we live in and how we are shaping it.”

The measurements from the SOLAR/SolACES instrument are
freely available here: https://www.cosmos.esa.int/web/esdc

-------------------------------------------------


Title Controlling robots
Released 02/05/2017 2:19 pm
Copyright ESA–G. Porter, CC BY-SA 3.0 IGO
Description

What is the best way to control a robot from afar
as you circle a planet with your mechanised alter ego
doing precise work on the surface?
ESA is testing human–robot control in space and
on Earth as part of a strategy that sees astronauts
controlling robots from space.

Last week at ESA’s technical heart in the Netherlands,
the Interact Centaur rover was controlled from
the Human Robot Interaction Laboratory next door,
formerly known as the Telerobotics and Haptics lab.
Relying on video feedback, the operator drove the car-sized
rover through an obstacle course.

The left hand controls the rover’s movements,
while the right-hand controller pictured here moves
the robot’s arm and gripper, offering 3D movement
such as twisting and gripping.
Id 376864

-------------------------------------------------------
Printing bricks from moondust using the Sun’s heat
03-05-2017 09:25 AM CEST

3 May 2017

Bricks have been 3D printed out of simulated moondust using concentrated sunlight
– proving in principle that future lunar colonists could one day use
the same approach to build settlements on the Moon.

“We took simulated lunar material and cooked it in a solar furnace,”
explains materials engineer Advenit Makaya, overseeing
the project for ESA.

“This was done on a 3D printer table, to bake successive
0.1 mm layers of moondust at 1000°C. We can complete
a 20 x 10 x 3 cm brick for building in around five hours.”

3D-printing moondust bricks with focused solar heat
Access the video

As raw material, the test used commercially available
simulated lunar soil based on terrestrial volcanic material,
processed to mimic the composition and grain sizes
of genuine moondust.

The solar furnace at the DLR German Aerospace Center
facility in Cologne has two working setups.
As a baseline, 147 curved mirrors focus sunlight
into a high-temperature beam to melt
the soil grains together. But the weather
in northern Europe does not always cooperate,
so the Sun is sometimes simulated by an array
of xenon lamps more typically found
in cinema projectors. Solar furnace

The resulting bricks have the equivalent
strength of gypsum, and are set
to undergo detailed mechanical testing.

Some bricks show some warping at the edges,
Advenit adds, because their edges cool faster
than the centre: “We’re looking how to manage
this effect, perhaps by occasionally accelerating
the printing speed so that less heat accumulates
within the brick.
Lunar base

“But for now this project is a proof of concept,
showing that such a lunar construction method is indeed feasible.”

Following this ESA General Support Technology Programme study,
the follow-up RegoLight project is being backed through
the EU’s Horizon 2020 programme.

Advenit adds: “Our demonstration took place
in standard atmospheric conditions, but RegoLight
will probe the printing of bricks in representative lunar conditions:
vacuum and high-temperature extremes.”

Side view of brick

ESA’s effort follows a previous lunar 3D printing project,
but that approach required a binding salt. The new technique calls
for only the 3D printer plus solar concentrator to be conveyed
to the Moon.

This continuing research is part of a range of studies being
undertaken by ESA investigating techniques to use in-situ lunar
resources for manufacturing infrastructure and hardware.

Tommaso Ghidini, heading ESA’s Materials and Processes, notes,
“For a mission like building a base on the Moon surface,
in-situ resource utilisation will certainly be one
of the most important enabling technologies.
This result offers the opportunity of a complete
sustainable approach.

“Back on Earth, 3D printing of civil structures
using solar power and in-situ resources could support rapid
construction of post-disaster emergency shelters,
removing long, costly and often inefficient supply chains.”

--------------------------------------------------------
AstroPlant: citizen science for growing plants in space
03-05-2017 11:28 AM CEST

3 May 2017

ESA is teaming up with enthusiasts to build a desktop greenhouse
for people to grow plants at home and in classrooms
as potential crops in space.

The Micro-Ecological Life Support System Alternative team,
or MELiSSA for short, has been working for over 27 years
to create ecosystems for astronauts. They are finetuning
how microrganisms, chemicals, catalysts, algae and plants
interact to process waste and deliver unending supplies
of oxygen, water and food.

After launching bacteria into space, formulating groundbreaking
software on algae growth and developing new water-treatment
facilities, MELiSSA is now turning to us to help gather
as much data as possible on crops that show potential
for astronauts in space, such as spinach, lettuce,
herbs and strawberries.
AstroPlant hackathon

AstroPlant is a citizen science initiative that aims
to inspire home-gardeners, schools, urban farmers
and enthusiasts to nourish seeds selected
by the MELiSSA team. Data recorded
via a smartphone app will be sent
to ESA for processing.

A ‘hackathon’ in Rotterdam, the Netherlands,
saw 40 people from all over Europe gather
and brainstorm a prototype in April.
Three groups focused on the hardware,
the user interface and business development.

Christel Paille of MELiSSA explains:
“Getting the data we need
on our own would take centuries
because we would need
to grow each plant ourselves.
Using a citizen science initiative
like this is new for ESA
but has great potential.

“We need as much data as we can get,
and the more people who send us their results
the better we can design a real space greenhouse.
From home or classroom, you would be doing
your part for future human exploration.”

With the prototype design finished, the team
of space farmers will produce 10 AstroPlant kits
and test them by 28 June for the next event
at the Border Sessions festival in The Hague,
the Netherlands, as well as look for additional funding.

Get involved and stay tuned for the full kit
to be released so you can nurture your plants
for human spaceflight.

------------------------------------------


Title A sea of galaxies
Released 01/05/2017 11:00 am
Copyright NASA, ESA & M. Mutchler (STScI), CC BY 4.0
Description

While one instrument of the NASA/ESA Hubble Space Telescope
observed a pair of spiral galaxies for its 27th anniversary last month,
another simultaneously observed a nearby patch of the sky
to obtain this wide-field view.

These ‘parallel field’ observations increase the telescope’s productivity.

This parallel field shows an area of the sky awash largely
with spiral galaxies like our Milky Way. Most of the prominent galaxies
look different only because they are tilted at various orientations
to our viewpoint – from edge-on to face-on.
A few others are interacting or merging.

The image also shows a number
of foreground stars in our own galaxy.

More image formats available here.
Id 376814

------------------------------------------

Processus de Paix des secouristes de la république de l'Olivier.

Je crois qu'à l'avenir, plus personne ne pourra recréer des bulles d'exclusions...
Pour cela, je ne peux me permettre de mettre à l'écart tout individu(e) et "État".

Je ne suis qu'une femme ou un homme humble qui en vous adressant ces ces vers,
espère qu'il puisse vous conduire vers l'expérience, le travail et la communauté...
La solitude augmente ou diminue le nervosité... Cela s'appelle le malheur...

Alors par décision, on recherche à se tranquilliser et remettre la balance sur le zéro;
alors par construction, on décèle la notion d'une fragile tolérance:
Celle d'insulter !

Par Yahvé, cela est une horreur et une erreur...

La République de l'Olivier dit :
"Oui à la gréve, Non à l'Esclavage..."
la constitution rajoute :
"Oui à la Bibliothèque et Non à la Faim."
et le peuple doit rajouter :
"Oui à l'écoute et Non aux viols physiques et moraux."

Alors le Novice du Secourisme prends en charge sa nouvelle fonction autre qu'un service
militaire mais basé aussi sur la protection du Bien et du Corps.

"Je suis Y'becca"

Ecrit de
TAY
La chouette effraie.

--------------------------------------------------------------------------------------------------

Y'becca ou murmure de l'Arbre-Olivier.
http://leclandesmouettes.bbflash.net/t41-y-becca-ou-murmure-de-l-arbre-olivier

Profils des Juges du Secourisme et
la république de l'Olivier.

Chére Minouska, Féline de Pierre et Yvette et toutes les bonnes volonté(e)s

Je regarde le temps différemment après la mort de Athéna la chatte Bleue.
De longues années à voyager; à travailler et à écrire... Tel un Spartiate, je me suis emprunt à une apogée sur la compréhension du monde qui m'entourai de ses richesses; J' y ai rencontré des lueurs, des affronts et des forces.

Je regarde celle qui a su réveiller la force de réveiller ces écrits que j'ai voulu sauvegarder par le fait que après
tout, aide toi et le ciel te répondra: Et je dois dire que ma volonté fut exaucer... Alors je regarde Minouska, une chatte qui a recueilli mon cœur en lambeau lors de la guerre ou intifada, si vous préférez:

Le Juge Suprême de la république de l'Olivier est un personnage
qui doit s'informer et accueillir la Parole de l'un et de l'Autre. Il se doit d'écrire des vers, des proverbes, des espoirs, des fables car notre peuple aime cela: Ni fouet, ni chaines ! être sérieux devant les nuages gris !
Car l'arbre peur garantir notre fraternité et la justice de l'eau propager la diversités des écritures des forets donc vers la connaissance et Yahvé... La République est le pilier de l’Âme dans le sens où il s’inclut dans le peuple et ne cherche pas à devenir idole, idolâtre ou idolâtré. Être humble doit être la qualité première du Juge Suprême de la République de l'olivier.

Dans la vallée du Nil à la plaine des cèdres; le juge suprême doit présenter ses hontes et ses espoirs... je vous fait part de mon expérience... Nuls réponses dans un premiers temps ne se fit entendre alors j'envoyai des mouettes, des chouettes et des canaris sous forme de lettre tel un oiseau qui apprends son premier envol.

Alors sous forme de mirage pour certains et pour d'autres, cela s'appelle un message. Je me fis ce constat et que la volonté en soit ainsi si il ne veulent pas entendre;

"Propage la Connaissance des serments car ce sont les hommes qui s'entretuent par leur entreprise, leur volonté et leur désir! Car certains vomissent sur la fraternité voilà un maillon de haine du trois en un délivré par le vieux coq... Rétablit l'apprentissage de l'Espérance sur l'apprentissage de marcher ! La canne de l'age n'est pas un spectre; elle est une source d'eau ! Tu apprendra à entendre ta douleur devant la faim ! Nous sommes des étapes et en cela cherche le fait d'exister ! La République est le pilier de l’Âme dans le sens où elle s’inclut dans le peuple et ne cherche pas à devenir idole, idolâtre ou idolâtré. Être humble doit être la qualité première !

Ecrit de
TAY
La chouette Effraie.

--------------------------

Y'becca est soumis à toujours suivre un dossier médical, on ne peut se reposer sur des radios anciennes et toutes opérations auquel Lise Verdier ne peut être bâclé... Certains medecins oublient d'osculter la gorge quand un patien à une fiévre... Il est des gestes de précautions auquel la médecine n'a pas la droit de s'occulter... Y'becca doit répondre à ces faits là et son secouriste ne doit jamais dire jamais sur le fait que l'expérience ne donne jamais d'acquis et il est une chose auquel je voue une grande discipline et rigueur: Celle d'entendre la Prudence lorsque le temps le permet... quel que soit l'opération, on agit avec prudence du temps, de l'aspect et des allergies possibles auquel le patient ou la patiente peut être soumis en fonction de son age et de sa corpulence...

"La grâce est à la beauté ce que la souplesse est à la rose. Sans grâce, la beauté n'est qu'une fleur artificielle, qu'un colibri sans vie."
Citation de Jean-Napoléon Vernier ; Fables, pensées et poésies (1865). L'association pour Lise et pour vous, s'inspire de cette citation de Jean-Napoléon Vernier qui est si réelle sur l'aspect du courage d'être dans des situation auquel l'aspect humain se doit de se reconsidérer dans l'aspect de l'adversité dans l'être. Cette citation cherche à nous monter des aspects qui nous semblent enfoie par l'adversité et la douleur mais qui ne demande qu'à renaitre afin de permettre à la rose de devenir Rosier...


Aide pour le retour à domicile d’une personne lourdement handicapée.

L’Association Pour Lise et pour Vous, a but non lucratif, met à la disposition des personnes en situation de grand handicap et leurs familles, son expertise dans la prise en charge du retour au domicile.

Plus largement, l’association veut favoriser et permettre le développement des soins de qualité et le maintien à son domicile de tout enfant, adolescent ou jeune adulte, atteint d’une maladie grave ou d’un handicap lourd.

Nous sommes à votre écoute pour parler et construire ensemble de votre projet de vie, nous sommes à vos côtés pour le concrétiser.


Pour Lise Et Pour Vous
le Bourg Chevreau, 53600 SAINTE GEMMES LE ROBERT
Association humanitaire, d'entraide, sociale



"La grâce est à la beauté ce que la souplesse est à la rose. Sans grâce, la beauté n'est qu'une fleur artificielle, qu'un colibri sans vie."
Citation de Jean-Napoléon Vernier ; Fables, pensées et poésies (1865)

"La beauté sans grâce est un printemps sans verdure."
Citation de Mirabeau ; Lettres à Sophie Ruffei (1777-1780)

"La beauté sans grâce est un hameçon sans appâts."
Citation de Ninon de Lenclos ; Confessions (1700)

"On admire d'un coup d'œil la beauté, elle ne laisse plus rien à deviner ; la grâce se fait aimer peu à peu par des détails variés, imprévus, qui vous plaisent d'autant plus qu'ils vous surprennent, et ses petits défauts d'ensemble sont quelquefois des charmes qui nous attachent."
Citation de Louis-Philippe de Ségur ; L'ennui (1816)

"La grâce, ce charme suprême de la beauté, ne se développe que dans le repos du naturel."
Citation de Madame de Staël ; L'influence des passions (1796)

"La beauté ne déplaît jamais, mais sans la grâce, elle est dépourvue de ce charme secret qui invite à la regarder."
Citation de Voltaire ; Dictionnaire philosophique (1764)

"Les grâces préférables à la beauté, ornent la femme de tous ce qu'elles ont de séduisant."
Citation de Marie-Geneviève-Charlotte Darlus ; Traité des passions (1764)

"Il y a un art caché dans la simplicité qui donne une grâce à l'esprit et à la beauté."
Citation de Alexander Pope ; Maximes et réflexions morales (1739)

"Aucune grâce extérieure n'est complète si la beauté intérieure ne la vivifie."
Citation de Victor Hugo ; Post-scriptum de ma vie (1901)

"Brillante de beauté, de grâces, de jeunesse, pour vous plaire, on accourt, on s'empresse."
Citation de Charles-Guillaume Étienne ; L'Intrigante, I, 9, le 6 mars 1813.

"Sans le fard de l'amour, par qui tout s'apprécie, les grâces sont sans force, et la beauté sans vie."
Citation de Antoine Bret ; La double extravagance, VII, le 27 juillet 1750.

"La beauté est la clef des coeurs, la grâce le passe-partout."
Citation de Paul Masson ; Les pensées d'un Yoghi (1896)

"La beauté réside dans la forme ; la grâce dans les mouvements, le charme dans l'expression."
Citation de Lucien Arréat ; Réflexions et maximes (1911)

"La grâce, plus belle encore que la beauté."
Citation de Jean de La Fontaine ; Adonis (1658)

Compte rendu de
TAY
La chouette effraie

_________________
Kounak le chat....


yanis la chouette

Messages : 408
Date d'inscription : 24/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ἐλευσίνια Μυστήρια, Mystère, Assemblage ou EUROPE

Message par yanis la chouette le Jeu 4 Mai - 18:25

Title Listening for Cassini
Released 04/05/2017 4:37 pm
Copyright ESA/S. Marti, CC BY-SA 3.0 IGO
Description

ESA’s sensitive tracking antennas at New Norcia,
Western Australia, and Malargüe, Argentina (seen here in 2012),
are being called in to help gather crucial science data
during Cassini’s last months in orbit, dubbed the Grand Finale.

The mission will end on 15 September, when Cassini plunges
into Saturn’s atmosphere, bringing to a close one
of the most successful exploration endeavours ever
(more information).

The craft isn’t exiting meekly, however,
and its Grand Finale orbits are proving to be
immensely valuable. On 26 April, Cassini made
the first-ever daring dive between Saturn
and its beautiful and enigmatic ring system.

Starting next week, ESA ground stations
will work with NASA’s Deep Space Network
to record radio signals transmitted
by Cassini across 1.6 billion km during 22 communication ‘passes’.

The recorded signals will have been affected
by crossing or bouncing off Saturn’s atmosphere
or rings. Variations in the strength and
frequency contain valuable information
on the composition, state and structure
of whatever they have passed through.

In addition, tiny wobbles in Cassini’s orbit
owing to the varying pull of gravity can be
teased from the signals, helping to build
our understanding of the planet’s interior.
The ESA stations listened late last year
and earlier this year for radio science passes
while Cassini was outside the ring system.

“We are just now getting into a new mode
of radio science, with much more accurate measurements
of gravitational effects compared to previous where
the effects of ring density on the radio signals were
the main topic of study," says Daniel Firre,
the service manager at ESA’s mission control centre
in Darmstadt, Germany.

More information

http://www.esa.int/estrack
http://www.esa.int/Our_Activities/Operations/Catching_Cassini_s_call
Id 377001

-----------------------------------------



Les douleurs et faiblesses musculaires comptent parmi les évènements
les plus fréquemment rapportés sous statines. Plus que de réels effets
secondaires pharmacologiques, ces symptômes pourraient en fait relever
d’un effet nocebo, selon une étude publiée dans le Lancet.

Dans ce travail, les auteurs ont repris et analysé les données
de tolérance de l’étude ASCOT-LLA. Conduit entre 1998 et 2004,
cet essai cherchait à évaluer l’impact d’un traitement par statine
en prévention primaire chez 10 180 patients à risque cardiovasculaire
(HTA + au moins trois autres facteurs de risque cardiovasculaire).
Durant une première phase de trois ans, ces patients ont reçu
en aveugle, après randomisation, soit de l’atorvastatine,
soit un placebo. Au bout de trois ans, l’étude a été poursuivie
en ouvert, l’atorvastatine ayant démontré son intérêt
dans cette population.

Côté tolérance, pendant la première phase de l’étude,
lorsque les patients ignoraient s’ils prenaient
ou non de l’atorvastatine, le taux de symptômes musculaires
était similaire dans les 2 groupes (2,03 % et 2 % par an).
En revanche, lors de la deuxième phase, lorsque les patients
étaient au courant de leur traitement, la fréquence
de ces symptômes était augmentée de 41 % chez les patients
bénéficiant d’un traitement par statine par rapport à ceux n’en prenant pas.

Ainsi, la survenue de symptômes musculaires sous statine
serait moindre lorsque les patients ignorent qu’ils en prennent.
« Notre étude montre que c'est justement la crainte d'éprouver
des effets indésirables qui peut provoquer l'augmentation
des douleurs et de la faiblesse musculaires, plutôt que
les médicaments eux-mêmes »
analyse le Pr Peter Sever (Imperial College, Londres),
qui a coordonné l’étude. Cet effet nocebo « peut être très puissant ».

Pour les auteurs, « ces résultats devraient aider
à convaincre médecins et patients que la plupart
des effets secondaires associés aux statines ne sont pas
directement liés à l'utilisation du médicament et devraient permettre
de contrer l'effet néfaste sur la santé publique
des allégations exagérées concernant
les effets secondaires liés aux statines ».

Reste que l'étude, financée par les laboratoires Pfizer, Servier et Leo,
ne porte que sur un type de statine, l'atorvastatine, et
à des doses relativement faibles, comme le souligne
le Dr Amitava Banerjee, de l'University College London,
dans un commentaire sur l'étude.

Bénédicte Gatin

-------------------------------------------


Title Deforestation in Rio Branco
Released: 21/03/2017
Length 00:12:00
Language English
Footage Type Animation
Copyright USGS/ESA/contains modified Copernicus Sentinel
data (2016), processed by ESA, CC BY-SA 3.0 IGO
Description

Deforestation near the northwestern Brazilian city
of Rio Branco has made its mark on the rainforest over
the last 30 years. By comparing a Landsat-5 image from 1985
with a Copernicus Sentinel-2 image from 2016,
we can see where vegetation has been cleared away
for logging, farming and other activities.

Rainforests worldwide are being destroyed at an alarming rate.
This is of great concern because they play an important role
in global climate, and are home to a wide variety of plants,
animals and insects. More than a third of all species
in the world live in the Amazon Rainforest.

Unlike other forests, rainforests do not grow
back when they are destroyed and,
owing to their composition, their soils are not suitable
for long-term agricultural use.

With their unique view from space, Earth observation satellites
have been instrumental in highlighting the vulnerability
of the rainforests by documenting the scale of deforestation,
particularly in remote areas.

In these false-colour images, vegetation appears red
to help us better distinguish between vegetated
and non-vegetated areas.

-----------------------------------------------

Pour la première fois, un candidat médicament (l'ABX464 du laboratoire Abivax)
a permis une diminution des « réservoirs du VIH » chez des patients séropositifs
chroniques, d’après un essai clinique de phase IIa. «Les médicaments actuellement
approuvés peuvent réduire et contrôler la réplication du virus, permettant
ainsi aux patients de vivre avec un traitement à vie. Mais à ce jour aucun traitement
n'a réussi à éradiquer le virus chez l'homme car il échappe au traitement
en se cachant dans ce que la communauté scientifique dénomme
communément les réservoirs du VIH », explique le Dr Jean-Marc Steens,
directeur médical d’ABIVAX, le laboratoire fabriquant le médicament.

Cette étude incluait des patients infectés par le VIH provenant de France,
d’Espagne, ou de Belgique. Deux tiers d’entre eux ont reçu le médicament
pendant 28 jours en plus de leur traitement antirétroviral habituel et le tiers
restant était sous placebo. Des prises de sang ont été réalisées au début
des travaux puis après les 28 jours de traitement afin d’évaluer la quantité
d’ADN viral dans les cellules périphériques mononucléées du sang (PBMC),
celle-ci étant un biomarqueur largement validé de ces fameux réservoirs.

Les résultats se sont avérés encourageants : les chercheurs ont observé
une réduction des copies d’ADN viral chez 7 patients parmi les 14 traités.
Cette diminution est estimée à 40 % en moyenne alors qu’aucune réponse
n’a été constatée chez les 4 membres du groupe placebo.
Par ailleurs, les participants ont bien toléré le médicament
et aucun effet secondaire grave n’a été rapporté.

Ces données offrent un nouvel espoir dans la lutte
contre le virus du SIDA. D’autres médicaments de ce type
pourraient d’ailleurs voir le jour étant donné que plusieurs marqueurs
de ces cellules réservoirs ont été récemment découverts.

--------------------------------------------------------

RAPPORT
DU
CITOYEN TIGNARD YANIS
ALIAS
TAY
LA CHOUETTE EFFRAIE

yanis la chouette

Messages : 408
Date d'inscription : 24/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ἐλευσίνια Μυστήρια, Mystère, Assemblage ou EUROPE

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum