Boobrie, brownie, Grippe aviaire et indemnisation sur Abattage...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Boobrie, brownie, Grippe aviaire et indemnisation sur Abattage...

Message par yanis la chouette le Lun 13 Mar - 15:44

Le Boobrie est un oiseau aquatique mythique des Highlands écossais. Il est décrit comme un canard ressemblant au Plongeon huard (Gavia immer), mais dont le corps serait taché de blanc et qui serait capable de rugir. Cette créature est censée hanter les lacs et les puits de sel et serait la forme métamorphosée du Each Uisge, cheval maléfique hantant les rivages des lochs.

Un brownie est un personnage du folklore écossais. Génie domestique sympathique et travailleur, il effectue les tâches ménagères de la famille chez qui il s'est installé en échange d'un repas ou de la liberté de se balancer sur un fer à cheval accroché à côté de la cheminée. Il apporte également la bonne fortune.

Édouard Brasey décrit les brownies comme des singes hauts de quatre-vingt-dix centimètres, dépourvus de nez, couverts de poils et dotés de grands yeux bleus. Il précise que ces créatures s'occupent également des enfants de la maison et que, pour distraire leurs maîtres, ils vont jusqu'à jouer au whist ou aux échecs avec ces derniers. Les brownies sont connus pour quitter le service du foyer si on leur offre des vêtements. Un Brownie des Highlands bat le grain pour des fermiers jusqu'au jour où, croyant ainsi le remercier, ces derniers lui offrent un bonnet et une robe. Il s'enfuit avec, ajoutant qu'ils sont bien bêtes de lui avoir donné avant qu'il n'achève sa tâche1,Note 1.

Ils ont été popularisés par l'auteur et illustrateur canadien Palmer Cox, particulièrement connu pour ses recueils de vers humoristiques et ses comic strips à propos des brownies malicieux. Ses dessins furent publiés en plusieurs livres, comme The Brownies, Their Book (1897). À la suite de la popularité des brownies de Cox, l'un des premiers appareils photo populaires de Kodak fut l’Eastman Kodak Brownie Camera.

Dans la saga Harry Potter de J.K. Rowling, une race de petites créatures qui est appelée « elfes de maison » est très semblable aux descriptions de Brasey sur les brownies. Ce sont des êtres d'environ 90 centimètres qui jouent le rôle de domestiques et de compagnons de jeu pour les enfants de riches familles sorcières (le plus célèbre d'entre eux est celui de la famille Malefoy qui deviendra à la fin du tome 2 un « elfe libre » : Dobby). Généralement une fois « achetés » (ou nés dans la maison, de parents elfes déjà esclaves de la famille), les elfes de maison appartiennent à leur maître jusqu'à leur mort ou à leur libération par le don d'un vêtement par leur maître (les elfes de maison sont « traditionnellement » vêtus d'une vieille taie d'oreiller), ils semblent être simplement des esclaves et non apporter la fortune. Cependant au contraire de la description de Brasey, les créatures de J. K. Rowling ont « un long nez fin et des oreilles semblables à celles d'une chauve-souris ».
Notes et références

↑ Cette particularité du petit peuple a notamment inspiré J.K. Rowling pour créer les elfes de maison

↑ Les derniers Brownies, traduit dans Lecouteux 2010, p. 286-287

Articles connexes

Lares
Les êtres protecteurs du foyer : domovoï, nisse
Château de Claypotts

Bibliographie
Claude Lecouteux, Nos bons voisins les lutins : Nains, elfes, lutins, gnomes, kobolds et compagnie, José Corti éditions, coll. « Merveilleux », 2010, 335 p. (ISBN 2714310133 et 9782714310132)

yanis la chouette

Messages : 408
Date d'inscription : 24/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Boobrie, brownie, Grippe aviaire et indemnisation sur Abattage...

Message par yanis la chouette le Lun 13 Mar - 15:46

Occitanie

Grippe aviaire : l'abattage des oies et canards étendu à 337 communes, la plupart dans le Gers...
Stéphane Le Foll dit redcap, également appelé powrie ou dunter...



La zone d'abattage préventif des palmipèdes a été étendue pour la quatrième fois par le ministère de l'Agriculture. Le nombre de communes du Sud-Ouest touchées par le virus de la grippe aviaire H5N8 passe de 290 à 337. Le Gers est le premier département concerné par cette nouvelle liste.

Par avec AFP Publié le 26/01/2017 à 16:00 Mis à jour le 26/01/2017 à 16:15
C'est par un arrêté publié au Journal Officiel le jeudi 26 janvier que le Ministère de l'Agriculture a officiellement étendu la zone d'abattage préventif des oies et canards. 47 communes sont ajoutées à la liste qui en compte désormais 337.

_Le Gers est le premier département concerné par cette extension avec 17 nouvelles communes en zone d'abattage. Le département en compte désormais 128 au total.
_Les Landes restent le deuxième département le plus touché, même si seulement 3 communes supplémentaires (sur un total de 107) ont été ajoutées à la nouvelle liste.
_Les Pyrénées-Atlantiques voient leur nombre de communes touchées augmenter de 15 pour atteindre 71.
_L'épidémie reste plus circonscrite dans les Hautes-Pyrénées (+12 à 31 communes).

La mise à jour des communes concernées est fonction de "l'évolution de la situation sanitaire depuis le 19 janvier 2017", précise le document.
Un million de palmipèdes abattus

Repéré fin novembre sur des oiseaux sauvages, le virus H5N8 continue de s'étendre dans les élevages du Sud-Ouest. La France a lancé le 4 janvier une politique d'abattage massif et préventif de palmipèdes dans la zone, pour tenter d'enrayer l'épidémie de grippe aviaire amenée au départ par les oiseaux migrateurs, et souvent transmise par les déplacements d'animaux d'un élevage à l'autre, ou de matériels et personnels n'ayant pas suffisamment observé les mesures de biosécurité prescrites.

Mais la crise n'est toujours pas jugulée malgré l'abattage préventif de près d'un million de canards depuis le début du mois. Selon le ministère de l'Agriculture, au 25 janvier, 172 foyers H5N8 étaient répertoriés dans les élevages, essentiellement dans les Landes et le Gers, ainsi que douze cas dans la faune sauvage.

Par ailleurs, un foyer d'une autre forme bien moins pathogène de grippe aviaire, le virus H5N2, avait été détecté ce mardi en Ile-de-France, dans un élevage de volailles du Val-d'Oise, dont les animaux ont été abattus. Le département n'est pas cependant concerné par la zone d'abattage préventif, qui concerne uniquement l'épidémie due au virus H5N8.
120 millions d'euros de pertes

Les producteurs de palmipèdes du Sud-Ouest seront indemnisés dès mars des pertes provoquées par l'épidémie de grippe aviaire, a promis la semaine dernière le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll.

Globalement, les éleveurs ont estimé à 120 millions d'euros les pertes pour l'ensemble de la filière du Sud-Ouest, qui, avec 3.000 éleveurs et 2.000 gaveurs, représente à elle seule 71% de la production française de foie gras.

---------------------------------------

Un Bonnet-Rouge ou Rouge-Bonnet (anglais : redcap, également appelé powrie ou dunter) est une créature humanoïde légendaire malveillante et meurtrière issue du folklore britannique, des régions du Yorkshire et du Nord-Est de l'Angleterre1.

Les Bonnets-Rouges habitent les ruines de châteaux situés le long de la frontière entre l'Angleterre et l'Écosse. D'après la tradition, ils assassinent les voyageurs qui s'égarent dans leur demeure, parfois en poussant des rochers du haut des falaises. Leur surnom provient de la teinte de leur chapeau, qu'ils ont l'habitude de tremper dans le sang de leurs victimes1.

D'aspect physique, les Bonnets-Rouges ressemblent à des vieillards aux cheveux longs avec des yeux rouges étincelants et des dents saillantes. Ils portent une canne ou un bâton munie d'un embout métallique avec lequel ils tuent les voyageurs égarés ou les visiteurs solitaires des ruines qu'ils hantent2
Dans la culture populaire

À l'origine une créature du folklore, le Bonnet-Rouge est devenu un personnage de fiction apparaissant dans de nombreuses romans fantastiques, films fantastiques et jeux.

Des « Chaporouges » sont mentionnés dans la série Harry Potter de J.K. Rowling.
Les Bonnets-Rouges sont des ennemis, avec une description liée aux Gobelins dans le MMO City of Heroes.
Les Bonnets-Rouges sont présents dans le jeu de rôle Changelin : le Songe.
Les Bonnets-Rouges sont présents dans la série de livres Amos Daragon.
Ils sont également des protagonistes importants de la série de livres Meredith Gentry.
Une carte des Bonnets-Rouges, nommée Murderous Redcap en anglais et traduite par Bonnet-rouge meurtrier, est présente dans le Set Sombrelande de Magic : l'assemblée.
Les Bonnets-Rouges sont présents dans Mythes et Légendes de Béliandre, célèbre grandeur nature du Québec.
Les Bonnets-Rouges sont également mentionnés dans Le grand guide du monde merveilleux qui vous entoure, des Chroniques de Spiderwick.
Les Bonnets-Rouges son également mentionnés dans la série Les royaumes invisibles, de Julie Kagawa.
Les Bonnets-Rouges sont présents dans la série Lost Girl.
Les Bonnets-Rouges sont également présents sous le nom de "Chapeau rouge" comme créature féérique maléfique, dans le jeu de rôle Pathfinder.

Bibliographie

(en) Katharine Briggs, An encyclopedia of fairies : hobgoblins, brownies, bogies, and other supernatural creatures, New York, Pantheon Books, 1976 (ISBN 0-394-73467-X), « Redcap », p. 339
Pierre Dubois, Roland Sabatier (illustrateur) et Claudine Sabatier (illustrateur), La Grande Encyclopédie des lutins, Hoëbeke, 1992 (ISBN 9782-84230-325-9)
Édouard Brasey, La Petite Encyclopédie du merveilleux, Éditions le pré aux clercs, 2008

Références et notes

↑ a et b voir Briggs
↑ Briggs, A Dictionary of Fairies, 1976



yanis la chouette

Messages : 408
Date d'inscription : 24/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Boobrie, brownie, Grippe aviaire et indemnisation sur Abattage...

Message par yanis la chouette le Lun 13 Mar - 15:48

Abattage massif de canards, mesures préventives est-ce une solution ?
GRIPPE AVIAIRE
Daniel Roucous
Mercredi, 8 Mars, 2017

Et de neuf... arrêtés ordonnant l'abattage des canards depuis le début de l'année ! Ca interroge à tel point que le Parquet de Paris enquête.

Mise à jour au 8 mars 2017. Le ministre de l’agriculture vient de prendre un nouvel arrêté du 8 mars 2017 listant les communes dans lesquelles l’abattage préventif des volailles est ordonné et les mesures d'indemnisation. 609 communes concernées !

C'est le neuvième arrêté depuis le début de l'année mois et ça interroge parce que la zone "contaminée" ne cesse de s'étendre malgré les mesures complémentaires et de biosécurité faisant l'objet de l' arrêté du 19 janvier 2017 ?

Cela ne concerne pas que les éleveurs de canards précise l'arrêté mais "l’ensemble des détenteurs de volatiles (poules, canards, pintades etc.) y compris les basses-cours, les détenteurs de quelques volailles, d’oiseaux d’ornements, de gibiers à plume d’élevage".

Certes sont prévues des mesures d'indemnisation (pas avant mars a annoncé le ministre de l'agriculture) et au-delà du drame économique ça touche l’humain et l’animal. Ca interroge aussi sur les motivations des autorités et des industriels pour l’aviculture. Ce n’est en effet pas le premier hiver que la grippe aviaire sévit. Dans un communiqué la Confédération Paysanne dénonce cet abattage massif pour cause d'industrialisation massive et demande d'en finir avec la gestion hasardeuse de cette crise

considérant que "on ne soignera pas le mal par le mal". De ce fait, dans un communiqué du 21 février 2017 elle s'oppose à l'abattage de tous les canards.



D'ailleurs, le parquet de Paris vient d'ouvrir une enquête pour "tromperie aggravée" afin de faire la lumière sur les sources de propagation du virus H5N8.



Partout ailleurs, des mesures préventives que nous rappelons sont prévues sur tout le territoire national.

- Vous pouvez suivre l'actualité relative à la grippe aviaire sur le site du ministère de l'agriculture




Quelles sont les mesures prises autres que l'abattage dans les zones géographiques concernées ?

Ce principe de précaution se traduit, partout en France, pour tous les élevages de volailles y compris familiaux, les basse-cours et les oiseaux d’ornement par :

- l’obligation de confinement ou de pose de filets permettant d’empêcher tout contact avec les oiseaux sauvages pour tous les élevages commerciaux de volailles et toutes les basses-cours. Des dérogations sont possibles pour les élevages commerciaux, sous réserve qu’elles soient motivées par : une nécessité au regard du bien-être animal, une perte de label ou d’appellation. Pour les basse-cours, il n’y a pas de dérogation possible au confinement ou à la pose de filets.

- l’interdiction de tout rassemblement de volailles vivantes (poules, canards, oies, pintades, cailles, dindes etc.) et tout particulièrement les marchés aux volailles vivantes. Une dérogation du préfet peut autoriser ces rassemblements à condition que des dispositions soient mises en œuvre pour éviter tout risque de contamination par les oiseaux sauvages d’eau (canards, cygnes, oies etc.) mais aussi entre volailles issues de différents élevages.

Concrètement, il est possible de déroger à cette interdiction de rassemblement lorsque des dispositions sont mises en œuvre pour réduire les risques de contamination par les oiseaux sauvages d’eau (oiseaux de la faune sauvage susceptibles d’être sensibles à l’influenza aviaire) d’une part et par contact avec d’autres éleveurs/détenteurs de volailles d’autre part. Quelques exemples de dérogations : le marché est couvert/fermé et protège donc les contacts avec des oiseaux sauvages d’eau ; il est instauré des distances minimales entre vendeurs, mis en place une zone d’approche des stands pour réduire la proximité des clients potentiels qui passent de stands en stands -arrete-du-16-mars-2016

- l’interdiction de lâchers de gibiers à plume sur tout le territoire national. Exceptions : les lâchers de faisans et de perdrix peuvent être autorisés sous conditions édictées par les préfets, tout comme l’utilisation d’appelants. Ces conditions sont : une visite de biosécurité par un vétérinaire doit avoir lieu, une attestation du bon état clinique des animaux doit être délivrée et l’élevage ne doit pas détenir de colverts. Quant aux conditions pour réduire le risque de contamination, elles sont remplies dès lors que le lâcher de galliformes soit réalisé dans une zone dans laquelle la pression de chasse est important au moment du lâcher et que le lâcher soit effectué à distance suffisante des zones de concentration de gibiers d’eau (plans d’eau, etc).

- l’obligation de prendre des mesures de biosécurité strictes dans toutes les exploitations de volailles de toute la France et par toutes les personnes entrant dans ces élevages. Ces mesures sont détaillées dans un arrêté-du-8-fevrier-2016


Qu’en est-il pour les consommateurs ?

Le ministère de l’agriculture rappelle que "le niveau de risque élevé de la grippe aviaire est un risque épizootique ».

Cela signifie que le virus :

- est transmis essentiellement par contamination directe (sécrétions respiratoires, matières fécales, organes des animaux infectés) ou indirecte (exposition à des matières contaminées : nourriture, eau, matériel ou vêtements contaminés). D’où les précautions à prendre pour les éleveurs, leurs salariés, leurs familles mais aussi les particuliers qui possèdent une basse-cour ;

- n’est pas transmissible à l’humain par la consommation de viande de volaille notamment de canards, la consommation d’œufs, de pâtés, gésiers, confits, magrets, foie gras et tous plats préparés à base de volailles.

Ces produits y compris en provenance des départements touchés par la grippe aviaire (Tarn, Gers, Landes, Lot-et-Garonne, Hautes-Pyrénées, Dordogne, Pas-de-Calais, Haute-Savoie) peuvent donc être commercialisés et consommés.

Explications sur le site de l'ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) https://www.anses.fr/InfluenzaAviaire


Que deviennent les canards abattus ?

Ils sont transformés en farine pour servir de combustible selon une dépêche AFP du 22 février 2017

yanis la chouette

Messages : 408
Date d'inscription : 24/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Boobrie, brownie, Grippe aviaire et indemnisation sur Abattage...

Message par yanis la chouette le Lun 13 Mar - 15:52

Grippe aviaire : trois questions sur l'abattage massif de canards dans le Sud-Ouest
L'objectif de cette opération, qui se déroulera du 5 au 20 janvier, est de circonscrire la diffusion rapide de l'épidémie de grippe H5N8, dont 89 foyers ont été détectés dans la région.

Quelle est la différence par rapport à l'épidémie de l'an dernier ?

La zone avait déjà été touchée, à la fin 2015, par le virus H5N5. "Contrairement au virus de l'an dernier, celui-ci est très virulent. Il provoque la mort systématique des animaux touchés mais n'est pas transmissible à l'homme", explique au Figaro Marie-Pierre Pé, déléguée général du Cifog, le Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras, qui représente les éleveurs et les industriels.

Le virus H5N8, qui se propage depuis la fin novembre dans l'Hexagone, est classé "hautement pathogène", comme l'était la souche H5N1, apparue en Dordogne à la fin 2015. Mais la grippe concernait alors "strictement la France et le Sud-Ouest" et avait un "niveau de pathologie faible chez le canard", indique Jean-Luc Guérin, professeur à l'Ecole nationale vétérinaire de Toulouse et chercheur à l'Inra.

Au contraire, "l'épisode actuel concerne l'ensemble de l'Europe". "L'introduction du virus H5N8 dans les élevages se fait directement ou indirectement par la faune sauvage", et c'est un virus "nettement plus meurtrier", selon le scientifique.
Quelles sont les conséquences pour les éleveurs ?

L'arrivée du virus H5N8 a empêché la France de recouvrer son statut de "pays indemne", indispensable pour exporter son foie gras hors d'Europe, notamment en Arabie saoudite, en Chine ou au Japon.

Cette nouvelle épidémie est un coup particulièrement dur pour la filière foie gras, dont la production a déjà fondu d'un quart en 2016, selon le Cifog. Le Comité "craint des pertes considérables" de l'ordre de 75 à 80 millions d'euros en comptant le coût de l'abattage et du vide sanitaire qui suivra.

Des pertes qui seront indemnisées dans des conditions qui seront arrêtées "lorsque la situation sera stabilisée", précise le ministère. L'Etat prendra également en charge le coût des opérations de transport, d'abattage et d'équarrissage.

Quelle est la zone touchée ?

L'abattage massif se déroulera dans Le Gers, les Landes, les Hautes-Pyrénées et les Pyrénées-Atlantiques. Une zone "qui concentre la majorité des derniers foyers déclarés", comme l'explique Le Parisien. Sont concernés un million de palmipèdes "en parcours" prêt-à-gaver, c'est-à-dire âgés de 3 à 13 semaines, exposés au passage des oiseaux sauvages qui transmettent le virus H5N8, et appelés à être transportés pour être gavés, a indiqué le ministère de l'Agriculture dans un communiqué.

"Nous sommes face à une diffusion très large du virus qui est très agressif et très rapide", a précisé le ministère, selon lequel "plus de 300 000 oiseaux" ont déjà été abattus dans le Sud-Ouest, mais jusqu'à présent uniquement dans des élevages infectés. Cette fois-ci, tous les élevages situés dans un rayon de 10 km autour d'un foyer de grippe aviaire seront concernés.

-----------------------------------------------

Grippe aviaire : une enquête ouverte dans le sud-ouest
Une enquête pour tromperie aggravée a été ouverte dans le sud-ouest de la France, car des canards contaminés par la grippe aviaire auraient été vendus sciemment à des éleveurs.

Des centaines de volailles abattues par précaution quelques semaines avant Noël, une perte difficile à encaisser pour ce jeune éleveur du Lot-et-Garonne. Avec d'autres, il a décidé de porter plainte pour comprendre pourquoi sa ferme a été contaminée par la grippe aviaire. Au centre des soupçons, cette autre exploitation dans le Tarn.
Des lots contaminés avaient transité

Fin novembre, elle avait été la première touchée par l'épidémie de grippe aviaire. Deux lots de canards avaient été expédiés par l'exploitant alors qu'un premier cas suspect avait déjà été signalé dans la commune. Les lots avaient alors transité par la coopérative Vivadour puis les canards réexpédies vers les sites de gavage dans le Lot-et-Garonne, le Gers et les Hautes-Pyrénées. L'exploitant et la coopérative savaient-ils que leurs volailles pouvaient être contaminées et donc contagieuses ? C'est ce que vont devoir déterminer les enquêteurs.

------------------------------------------

Un Bonnet-Rouge ou Rouge-Bonnet (anglais : redcap, également appelé powrie ou dunter) est une créature humanoïde légendaire malveillante et meurtrière issue du folklore britannique, des régions du Yorkshire et du Nord-Est de l'Angleterre1.

Les Bonnets-Rouges habitent les ruines de châteaux situés le long de la frontière entre l'Angleterre et l'Écosse. D'après la tradition, ils assassinent les voyageurs qui s'égarent dans leur demeure, parfois en poussant des rochers du haut des falaises. Leur surnom provient de la teinte de leur chapeau, qu'ils ont l'habitude de tremper dans le sang de leurs victimes1.

D'aspect physique, les Bonnets-Rouges ressemblent à des vieillards aux cheveux longs avec des yeux rouges étincelants et des dents saillantes. Ils portent une canne ou un bâton munie d'un embout métallique avec lequel ils tuent les voyageurs égarés ou les visiteurs solitaires des ruines qu'ils hantent2
Dans la culture populaire

À l'origine une créature du folklore, le Bonnet-Rouge est devenu un personnage de fiction apparaissant dans de nombreuses romans fantastiques, films fantastiques et jeux.

Des « Chaporouges » sont mentionnés dans la série Harry Potter de J.K. Rowling.
Les Bonnets-Rouges sont des ennemis, avec une description liée aux Gobelins dans le MMO City of Heroes.
Les Bonnets-Rouges sont présents dans le jeu de rôle Changelin : le Songe.
Les Bonnets-Rouges sont présents dans la série de livres Amos Daragon.
Ils sont également des protagonistes importants de la série de livres Meredith Gentry.
Une carte des Bonnets-Rouges, nommée Murderous Redcap en anglais et traduite par Bonnet-rouge meurtrier, est présente dans le Set Sombrelande de Magic : l'assemblée.
Les Bonnets-Rouges sont présents dans Mythes et Légendes de Béliandre, célèbre grandeur nature du Québec.
Les Bonnets-Rouges sont également mentionnés dans Le grand guide du monde merveilleux qui vous entoure, des Chroniques de Spiderwick.
Les Bonnets-Rouges son également mentionnés dans la série Les royaumes invisibles, de Julie Kagawa.
Les Bonnets-Rouges sont présents dans la série Lost Girl.
Les Bonnets-Rouges sont également présents sous le nom de "Chapeau rouge" comme créature féérique maléfique, dans le jeu de rôle Pathfinder.

Bibliographie

(en) Katharine Briggs, An encyclopedia of fairies : hobgoblins, brownies, bogies, and other supernatural creatures, New York, Pantheon Books, 1976 (ISBN 0-394-73467-X), « Redcap », p. 339
Pierre Dubois, Roland Sabatier (illustrateur) et Claudine Sabatier (illustrateur), La Grande Encyclopédie des lutins, Hoëbeke, 1992 (ISBN 9782-84230-325-9)
Édouard Brasey, La Petite Encyclopédie du merveilleux, Éditions le pré aux clercs, 2008

Références et notes

↑ a et b voir Briggs
↑ Briggs, A Dictionary of Fairies, 1976


yanis la chouette

Messages : 408
Date d'inscription : 24/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Boobrie, brownie, Grippe aviaire et indemnisation sur Abattage...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum